L’HÔPITAL SENEGALAIS EST MALADE

Prise en charge, lits, rendez-vous, personnels… Les hôpitaux sénégalais sont gravement malades

Des problèmes de prise en charge, de disponibilité de lit, de rendez-vous, de personnels, de spécialistes et de matériels assaillent les hôpitaux du Sénégal. Malgré tout le tintamarre sur la couverture médicale, 80% de la population ne bénéficient d´aucune couverture sociale ou de maladie.

Au Sénégal, le député qui se réclame « la voix du peuple » et au nom de qui il est élu, se soigne pour une petite égratignure en occident au moment où pour une prise en charge, un rendez-vous ou la disponibilité de lit, de spécialiste, un pauvre citoyen malade est trimbalé de structure de santé en structure de santé.

Il nous faut en toute urgence refonder le système de la santé, d´abord en refusant de le politiser, en recrutant les jeunes médecins, ensuite en mettant les gens qu’il faut à la place qu’il faut. Selon les experts de la santé, le plateau technique, dans les Établissements de santé, doit être impérativement renouvelé et également mettre en place une bonne politique de maintenance du matériel pour atteindre les objectifs du millénaire.

Dans beaucoup d’hôpitaux, les patients meurent devant les médecins impuissants, car n´ayant pas le matériel nécessaire pour intervenir ou pour les sauver. Les blouses blanches espèrent que les milliards empruntés ou qui seront tirés de l’exploitation du pétrole et du gaz ne serviront pas seulement au fonctionnement de l’administration, mais aussi, à recruter des spécialistes et à changer le matériel anachronique dans les hôpitaux, afin que le citoyen Sénégalais qui ne peut pas se soigner à l’hôpital militaire de Neuilly ou à Val-de-grâce, puisse le faire à Fann, à Le Dantec, à Amadou Sakhir Mbaye, El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack, Nabil Choukair…

Thioro Sakho / senenews.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *