MORT DE MER

254.770 tonnes de déchets en mer par an, farine de poissons en quantité, surexploitation … Les eaux marines sénégalaises, en sursis

Plusieurs facteurs menacent les eaux océaniques du Sénégal. En faisant une présentation axée sur «Protéger le patrimoine océanique du Sénégal», le chercheur Todd Caspson, est revenu sur de nombreux problèmes qui nuisent à la mer, notamment la pollution marine (déchets), la surexploitation liée à la pêche légale et illégale et le demande de plus en plus croissante de farine de poisson. Il a séjourné à Dakar pendant une semaine.

A l’initiative de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Dakar, le chercheur associé à l’Institut de physique du globe de Paris, Todd Caspson, a séjourné au Sénégal pendant quelques jours. Période pendant laquelle il a rencontré différentes autorités et animé plusieurs panels sur les effets des changements climatiques.

Lors d’un webinaire axé sur le thème : «Protéger le patrimoine océanique du Sénégal : des menaces sans précédent nécessiteront des interventions audacieuses», il est revenu sur la pêche durable, la pollution marine et les changements climatiques. En faisant sa présentation, le chercheur a donné l’information selon laquelle, le Sénégal est à la 21ème position des pays dont les océans sont les plus pollués. «La quantité de déchets déversés dans la mer est de 254.770 tonnes par an. Il arrive derrière les Etats-Unis, larges de 50 Etats qui sont à 275.424 tonnes de déchets annuelles».

Le chercheur signale que le Sénégal a une économie côtière beaucoup plus grande et une présence plus accrue des populations sur la bande côtière. A l’en croire, les problèmes du Sénégal, qui fait partie du courant des Canaries qui part du Maroc jusqu’en Guinée-Bissau, sont aussi les changements climatiques qui ont des impacts très forts sur les océans, qui se manifestent par la «solidification», la «désoxygénation» et le «réchauffement»

. Ces trois facteurs ont des conséquences sur la vie marine, y compris sur les poissons. Il y a aussi le fait que les ressources du courant des Canaries dépassent les pays limitrophes, en fournissant des protéines animales aux communautés les plus vulnérables dans l’Afrique saharienne ; soit près de 200 millions de personnes. L’autre remarque du chercheur c’est que les flottes étrangères, légaux et illégaux, sont une grande menace pour les pays comme le Sénégal.

A côté, il y a également, dit-il, «la surcapacité des pêches nationales et la faiblesse de la surveillance et contrôle». Pis, la demande mondiale de farine de poisson, susceptible d’augmenter, aura sans doute des conséquences sur ces pays du courant des Canaries auxquels appartient le Sénégal.

36 Navires Araisonnes Pour Peche Illegale Et Autres Infractions En Matiere De Peche
Pendant ce temps, au moins 15 des 18 stocks côtiers et ressources pélagiques importants sont entièrement ou surexploités. En atteste, indique-til, «le partenariat entre Sea Shepherd et les gouvernements africains pour lutter contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée (Pêche INN) qui a, à ce jour, permis l’arrestation de 36 navires pour pêche illégale et autres infractions en matière de pêche».

Justement, relève-t-il, dans ce domaine de la pêche illégale, une organisation ayant des bateaux a signé des accords avec l’Etat du Sénégal afin de mieux maquiller ses activités illicites. Les effets des changements climatiques sur les océans des pays qui composent ce courant des Canaries sont entre autres, l’acidification qui a des impacts sur tous les organismes marins y compris les coraux, les mollusques, les crustacés et les poissons. Il y a aussi la désoxygénation.

En effet, explique-t-il, l’oxygène est essentiel aux processus biologiques et biogéochimiques dans l’océan. La hausse des températures mondiales diminue la solubilité de l’oxygène dans l’eau, augmente la consommation d’oxygène, réduit l’introduction d’oxygène de l’atmosphère et des eaux de surface dans l’intérieur des océans.

Le Sénégal tarde également à mettre fin au péril plastique ; d’où sa plaidoirie pour que le pays s’inspire du modèle rwandais. Todd Caspson révèle, dans ce contexte, qu’en 2019, les exportateurs américains ont expédié plus de 450 millions de kilos de déchets plastiques dans 96 pays. Les exportations vers l’Afrique ont plus que quadruplé en 2019, par rapport à l’année précédente.

Sud Quotidien

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. issa gibb dit :

    Encore une nouvelle enquête sur la surexploitation des eaux Sénégalaises avec encore un constat alarmant…
    Du déjà lu, du déjà vu, du déjà dit , pour rien au bout !
    Mais pourquoi voulez-vous que les pourris gouvernementaux qui ont vendu les eaux territoriales Sénégalaises à la surpêche des tankers étrangers contre de grosses enveloppes qui ne va pas dans les caisses de l’Etat, arrête ce scandale alimentaire, humanitaire et écologique, etc…
    Même, si les locaux ont aussi une part de responsabilité dans ce désastre à venir, ils sont plus pardonnables car il sont chez eux, à pêcher pour survivre et faire bouffer leurs grandes familles…
    Tandis que les pourris se gavent et après moi, le déluge !
    Rien à foutre du Peuple sénégalais si il n’y a plus de poissons à bouffer…

  2. Stephane dit :

    Comment détruire la poule aux œufs d’or? Dommage qu’aucun gouvernement Sénégalais ne sache gérer cette source de revenus, d’emplois, de protéines
    Mais bon , ces incapables ont déjà foutu en l’air la filière arachidière
    Le cours du gaz et du pétrole explosent ,nos ingenieurs regardent les milliards leurs passer sous le nez ,de quoi avoir les boules depuis le temps qu’ils nous disent que les forages et les bateaux qui vont avec sont opérationnels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :