1ere PIERRE DU PONT DE ROSSO

Mauritanie-Sénégal: Lancement des travaux de construction du pont de Rosso au service de l’intégration transafricaine

Les présidents mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, et sénégalais, Macky Sall, ont lancé, mardi, les travaux de construction du pont de Rosso qui reliera les deux pays voisins. Le coût total du projet, d’environ 88 millions d’euros, ne manquera de développer le commerce transafricain au service de l’intégration entre l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb.

Le pont enjambera le fleuve Sénégal sur 1,5 km liera le sud sud mauritanien et le nord du Sénégal. Il réduira les temps de trajet et baissera le coût de transport au service des échanges commerciaux le long des corridors transafricains Tanger-Lagos et Alger-Dakar.

Le financement du projet est notamment composé d’un don de 20 millions d’euros de l’Union européenne (UE), de deux prêts d’environ 41 millions d’euros de la Banque africaine de développement (BAD) en faveur des deux pays et de 22 millions d’euros de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) indique la BAD dans un communiqué dont TAP a reçu une copie.

« Intégrer, développer et faire la différence dans le quotidien des populations, ce sont trois ambitions que nous voulons réaliser avec le pont de Rosso, pour en faire un véritable trait d’union entre l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb », a affirmé, à cette occasion, le vice-président de la BAD, Solomon Quaynor.

Il a indiqué que « 41 millions d’euros ont ainsi été mobilisés par la Banque pour réduire de plus de 80% la durée du trajet, tripler environ le commerce transfrontalier et baisser considérablement le coût de transport. Avec le pont Sénégambie que nous avons financé, le pont de Rosso vient compléter le seul maillon manquant des corridors Tanger-Lagos et Alger-Dakar ».

« l’UE est convaincue de la nécessité d’appuyer l’intégration régionale ouest-africaine et continentale. Le pont de Rosso est un emblème de cette ambition portée par deux pays mais attendue aussi par leurs voisins, dans la région et au Maghreb, et au-delà en Europe. » a pour sa part, affirmé l’ambassadrice de l’UE au Sénégal, Irène Mingasson.

Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI a affirmé que le renforcement des transports transfrontaliers est essentiel pour le commerce, l’activité économique et la cohésion sociale. le projet du pont de Rosso facilitera la coopération internationale et renforcera le commerce transafricain. En promouvant le développement du secteur privé (notamment agricole), le projet favorise le maintien et la création d’emplois, et de ce fait contribue à lutter contre la pauvreté » a-t-elle conclu.

INTER/AIS/tap.info.tn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    L’annonce de la construction de ce pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal a déjà été faite, l’année dernière en 2020 ??? Nous sommes fin 2021 et ils nous annoncent la pose de la 1ère pierre ???
    Que c’est long… Que c’est long… Que c’est long…
    Pas étonnant que ces pays n’avancent pas, n’émergent pas
    Exemples : Nouvel aéroport de Tunis en Tunisie => 2 ans
    Nouvel aéroport AIBD au Sénégal => 13 ans ??? Chercher l’erreur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :