LE PALU AU SENEGAL

Paludisme: Des localités du Sénégal sur alerte rouge.

Le Coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme est revenu sur la cartographie du paludisme au Sénégal. Ainsi, il a désigné les zones où cette maladie continue de faire des ravages. Selon le docteur Doudou Sène qui s’est basé sur la cartographie, le pays est peint en trois couleurs. Une partie en vert est là où, sur 1 000 habitants, 05 ont le paludisme pendant l’année. Cette zone concerne Saint-Louis, Matam, Louga Thiès et une partie de Fatick et de Ziguinchor. Kaolack et Ziguinchor constituent la zone jaune ou intermédiaire. C’est-à-dire entre 10 et 15 pour mille de cas de paludisme. La zone rouge, avec 25 pour mille, concerne Kédougou, Kolda et Tambacounda.

Docteur Sène d’ajouter qu’Il existe aujourd’hui une baisse stratégique du paludisme, même si des zones rouges sont notées, à cet effet. « Cela ne veut pas dire que la maladie n’existe plus dans les zones qui ne sont pas considérées rouges», a-t-il rappelé.

Paludisme: Des localités du Sénégal sur alerte rouge.
Le Coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme est revenu sur la cartographie du paludisme au Sénégal. Ainsi, il a désigné les zones où cette maladie continue de faire des ravages. Selon le docteur Doudou Sène qui s’est basé sur la cartographie, le pays est peint en trois couleurs. Une partie en vert est là où, sur 1 000 habitants, 05 ont le paludisme pendant l’année. Cette zone concerne Saint-Louis, Matam, Louga Thiès et une partie de Fatick et de Ziguinchor. Kaolack et Ziguinchor constituent la zone jaune ou intermédiaire. C’est-à-dire entre 10 et 15 pour mille de cas de paludisme.

La zone rouge, avec 25 pour mille, concerne Kédougou, Kolda et Tambacounda.

Docteur Sène d’ajouter qu’Il existe aujourd’hui une baisse stratégique du paludisme, même si des zones rouges sont notées, à cet effet. « Cela ne veut pas dire que la maladie n’existe plus dans les zones qui ne sont pas considérées rouges», a-t-il rappelé.
ndarinfo.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *