COVID APRÈS TABASKI

Coronavirus : Les régions en passe de vivre une catastrophe après la vague de la Tabaski

Après la situation globale autour du coronavirus présentée par le directeur de la Prévention, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye, le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), Dr Alioune Badara LY, a pris le relais pour livrer les détails de la situation épidémiologique.

Le tableau de l’évolution du coronavirus dans les régions est inquiétant. Si la situation tendancielle se précise, il prédit la catastrophe notamment dans les régions. L’élément déclencheur est la Tabaski célébrée le 21 juillet, au Sénégal.

Car signale-t-il, d’emblée : « aujourd’hui, l’analyse de (cette) situation ne peut pas se faire sans tenir compte de l’événement important de la Tabaski. Il va y avoir un avant Tabaski, du point de vue de la situation épidémiologique, un pendant mais surtout un après-Tabaski, qui aujourd’hui concentre toute notre attention. »

D’après lui, il s’agira aussi de « regarder surtout la maladie entre Dakar et l’intérieur du pays. « D’autant plus que, décrit le successeur du Dr Abdoulaye Bousso, « juste avant la Tabaski, on avait le maximum de cas hebdomadaires cumulés au niveau de notre pays. Pendant la semaine de la Tabaski, nous avons observé, pour la première fois, une baisse du nombre de cas qui avait, pendant neuf semaines successives, augmentée. Cela nous l’avons observé sur la courbe globale mais aussi au niveau de Dakar, en particulier ».

Et, « cette baisse, analyse Dr LY, doit être prise avec beaucoup de précautions, pour deux principales raisons. » D’abord, décline-t-il, « avec la Tabaski, avec le mouvement important de populations qui a eu lieu, entre Dakar et les régions intérieures. »

modou Mamoune Tine senenews.com

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Bob dit :

    Non mais je rêve, ou plutôt non quel cauchemar !
    Un vrai ramassis de conneries cet article, ça fait presque 3 semaines que la fête est terminée, les débuts de clusters ont une période de 7 jours !

    La peur et la propagande, ça continue !

    Pour info, la direction du CDC a fait un aveu important lors d’une interview aujourd’hui sur CNN.  La directrice du CDC, Rochelle Walensky, a déclaré que le vaccin ne prévient pas l’infection par le COVID-19 et qu’il n’empêche pas non plus la personne vaccinée de transmettre l’infection ou la variante delta.    Selon la directrice Walensky, le seul avantage du vaccin à l’heure actuelle est vraisemblablement qu’il réduit la gravité des symptômes. Si une personne vaccinée et une personne non vaccinée ont la même capacité de porter, d’excréter et de transmettre le virus – avec ou sans symptômes – alors quelle différence fait un passeport ou une carte d’identité de vaccination ? Selon le CDC TODAY, les personnes vaccinées et non vaccinées qui entrent dans un restaurant, un magasin, un groupe, un lieu de réunion ou un lieu de travail présentent exactement le même risque pour les autres personnes présentes, alors en quoi la présentation d’une preuve de vaccination fait-elle une différence ?
    Et surtout en quoi la vaccination est utile pour les jeunes et personnes en bonne santé ?

  2. Ali dit :

    Oui je l’ai entendu sur CNN et lu sur le Jérusalem post que en Israël, avec le variant delta, le vaccin ne protège plus du tout contre les contaminations – il y a proportionnellement autant de contaminés parmi les vaccinés que les non-vaccinés !

    Et même sur les formes graves, le vaccin ne joue plus son rôle : le directeur de l’hôpital Herzog à Jérusalem a reconnu que 85 à 90 % des hospitalisés sont complètement vaccinés !

    Et malheureusement non, une personne vaccinée ne transmet pas moins le covid19

  3. Stephane dit :

    on manipule et on fait dire ce que l’on veut aux chiffres mais plusieurs études disent que l ‘on diminue on moins par 2 la transmission du virus si l’on est complètement vacciné

  4. Stephane dit :

    le variant Colombien ?

  5. Ndeye dit :

    Une chose est certaine, il y a eu plus de décès chez les moutons (les vrais) que les humains à la Tabaski

  6. Le chaman dit :

    Certe les joyeux égorgements en famille ce sont bien passés, mais les dégâts collatéraux sont maintenant visibles d’un bout du pays à l’autre, encore un joyeux magal à Touba et on a pas fini de creuser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :