SALY PROPRE ?

Station balnéaire de Saly : 32 jeunes recrutés pour le nettoiement de la voirie

La commune de Saly, en partenariat avec le Fonds d’entretien routier autonome (Fera), a recruté 32 jeunes pour s’occuper du nettoyage des rues de la commune. Cela, afin de faire de cette station balnéaire de la Petite Côte l’une des plus propres au monde.
La commune de Saly veut être aux normes des stations balnéaires les plus propres et les plus attrayantes au monde. Après la restauration des plages qui a permis aux hôteliers de retrouver le sourire et de s’engouffrer dans la relance du secteur touristique, la commune de Saly à procéder hier au lancement des travaux de nettoiement des routes de la collectivité. Des réalisations qui pourraient aider la station à regagner son lustre d’antan. En ce sens, elle a signé une convention avec le Fonds d’entretien routier autonome (Fera) à travers laquelle 32 jeunes sont recrutés pour l’entretien des routes bitumées de la commune.
Selon Ousmane Guèye, maire de Saly, le recrutement de ces jeunes participe à régler leur emploi. C’est pourquoi il leur a lancé un appel. «Nous invitons ces jeunes à comprendre qu’ils sont les ambassadeurs de la commune. Nous leur demandons de respecter les horaires de travail et à bien nettoyer les rues. Il n’y a pas de sot métier. Moi-même j’ai commencé ma vie professionnelle comme pêcheur et je vendais du poisson dans les quartiers de Saly. Ensuite, nous avons mis en place une association pour prendre en charge les ordures au niveau de cette commune. D’ailleurs, nous avons prévu de descendre dans la rue à chaque fin de mois avec tout le personnel de la mairie pour accompagner ces jeunes dans le nettoiement des rues», déclare l’édile. Qui a également exhorté ces jeunes à faire de leur mieux pour gagner le prix que le Fera a mis en jeu et qui consiste à donner à la commune qui aura les rues les plus propres 4 km de routes bitumées. «Nous fondons beaucoup d’espoir sur ces jeunes pour gagner le prix du Fera, parce qu’un km de route c’est déjà beaucoup d’argent. J’en veux pour preuve les 7,150 km de routes qui sont réalisés dans la commune et qui ont coûté 1 milliard 803 millions de francs Cfa. Et si on t’offre gratuitement 4 km, c’est presque 1 milliard. Cela n’est pas négligeable. Je crois qu’il faut qu’on saute sur l’occasion et nous ferons tout pour gagner ce prix», plaide le maire de Saly.
Il s’est ainsi réjoui des rapports excellents qui existent entre la commune et la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco) et que face aux nombreux défis qui se dressent devant eux, ils vont continuer à travailler ensemble pour réussir à bâtir ces grands chantiers qui se dressent sur leurs chemins.
Quant à Ibrahima Thioub, représentant la directrice de l’Exploitation de Saly et de la Sapco, il s’est félicité de la signature de cette convention, tout en rappelant l’enjeu que la station constitue. «Saly constitue une station balnéaire très convoitée au niveau international, alors que la propreté constitue actuellement un levier fort du développement du Sénégal. On ne peut pas parler de tourisme sans parler de propreté. Donc il faudrait qu’ensemble les acteurs se réunissent autour de l’essentiel pour que la station soit la plus propre attractive et la plus attrayante de l’Afrique de l’Ouest», dit-il.
Alioune Badara CISS/lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Et après qu’il aura gagné le concours,tout redeviendra comme avant !!!
    Où vont allez les ordures après leur ramassage ??
    Quid des petites ruelles ou peu de touristes n’osent s’aventurer ??
    Elles font aussi partie du challenge ??
    Parce que les bennes à ordures,on les a vu pourrir devant la mairie faute d’entretien

  2. le chaman dit :

    La propreté de Saly, éternel sujet de discussion ici ,sale est faible pour décrire l’état de saleté de cette station dite Balnéaire, et qui n’en à que le nom, on se demande ou sont passé les camions d’enlèvement des ordures, tant cela fait longtemps qu’on ne les vois plus en dehors du centre ville, par endroit, on arrive même plus à circuler tellement il y à de gravats, sable et parpaings à moitié cassés sur les pistes de saly, comme si Saly se résumait aux abords des routes goudronnées.
    Et les trous et ornières qui ont proliféré depuis le dernier hivernage, pas un trois rebouché. Mais pour faire en catimini la nuit, des dos d’âne tous les 200 mètres, alors là, miraculeusement, on trouve de l’enrobé par tonnes.
    La propreté est un tout, les lois sur l’interdiction des sacs plastiques jamais appliquées, les millions de sachets d’eau jetés partout quoditiennement, c’est pas sérieux du tout. Un pays ou chacun fait ce qu’il veut, ça peut pas marcher.

  3. bibiche dit :

    MEGALOMANIE SENEGALAISE : un peu de modestie vous ferait du bien ! ds ces articles , vous ètes tjs les meilleurs du monde : L’ile de Gorée ,il y a qq. temps ,était la plus belle ile du monde !
    Aujourd’hui , Saly devient la station balnéaire mirifique et la plus propre du monde !!
    Faut voyager un peu ,avant d’écrire de telles bétises , çà devient ridicule ++++
    Les trous ds les routes ne seront rebouchés que lors d’une inauguration présidentielle (les plages ,sans doute ) . Peut-on imaginer qu’un jour , les dos d’ane seront matérialisés en peinture , çà existe des peintures résistantes pour les routes ….Bref , Cocorico ,! çà votre journaliste ,il sait le faire , mais il tombe ds un orgueil ridicule et mégalomane , il aura des galons du Gouvernement surement …

    • jack le tiof dit :

      quand les sénégalais arreteront’ils de cracher n’importe ou, de jeter les ordures sur la plage y compris les jours de tabaski , les sacs plastiques , les mégots de cigarettes , etc.……., que font’ils a part monter leurs muscles boire le thé ,et vanter leur braguette ? PAS TOUS BIEN SUR , heureusement les femmes travaillent

  4. Xx dit :

    Ce serait important aussi de prévoir le « nettoyage » des plages maintenant reconstituées… en particulier les parties de plage publique, car on y trouve un tas de saletés qui ne vont pas disparaître d’un seul coup de baguette magique !
    On y trouve pêle-mêle : des filets de pêche déchirés, des morceaux de bois, de tout petits poissons morts, des godasses, des bouts de chiffon, des sacs en plastique, des mégots de cigarettes, des déchets alimentaires (peau d’orange, de pastèque, morceaux de pain, etc., biodégradables peut-être, mais sales malgré tout), sans que personne ne s’en inquiète.
    Seules les plages des hôtels sont nettoyées chaque jour, pour le reste on a l’impression que tout le monde s’en fout…
    Nettoyer les plages régulièrement est également un atout pour le tourisme… et cela permettra de donner un emploi à certaines personnes « désoeuvrées »…
    Rien ne doit être laissé au hasard, si le Sénégal veut retrouver la « grande période touristique » d’il y a des années…

    • BURRET dit :

      Super, je soutiens à fond, moi je paye un jeune chaque après-midi pour nettoyer environ 200 m de plage au quotidien, en face de notre Résidence de Nianing, et il y a du boulot, c’est sans fin, dur de ne pas se décourager… Mais j’essaie de tenir et aussi d’agir au plus haut niveau pour éradiquer le problème à la source, à savoir le rejet quotidien des déchets à la mer, aussi bien par les pêcheurs en pirogue que par les riverains.

  5. BURRET dit :

    Super, tout ce qui va dans le sens d’une amélioration de la propreté favorise le développement touristique donc économique du Sénégal. Mais il y a du boulot… quid des tonnes de détritus déversés en mer chaque jour, et qui se retrouvent sur les plages de Mbour à Djiffer ???
    Une honte nationale, et personne ne fait rien !!!!

  6. Tiocan dit :

    Belles plages rénovées à Saly, jolies visuellement, mais combien d’ordures, d’excréments et de cadavres d’animaux enfouis dans le sable depuis leur réhabilitation?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :