BONNE NOUVELLE POUR L’EAU

KMS 3: Le plus grand ouvrage hydraulique du Sénégal achevé à 80 %

Les 4/5 du projet, soit 80% des travaux de réalisation de la 3e usine de traitement des eaux de Keur Momar Sarr (KMS3), ont été effectués. L’assurance a été donnée, par Charles Fall, le Directeur de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES), à l’occasion de la visite, hier, des responsables du projet Keur Momar Sarr, en compagnie des partenaires. De ce fait, les projections de mise en service sont fixées à novembre prochain, dans un trimestre.
Par ailleurs, “nous en avons profité pour apporter un certain nombre d’améliorations, a-t-il indiqué. Aujourd’hui, deux sont notées : Au-delà de la sécurisation énergétique, le coordonnateur du projet vous l’a dit, il y a une ligne haute tension. Cela n’assure pas une autonomie parce qu’il suffit qu’il y ait une intervention pour qu’il y ait interruption. Nous avions investi sur un groupe électrogène de secours pour assurer une certaine autonomie sur toutes les usines à 50%. Nous avons décidé de passer à une autre échelle pour aller à 100% afin que nous ne fassions courir aucun risque en termes d’interruption de la centrale d’alimentation en eau potable. Nous avons également apporté des améliorations sur le confort de l’exploitation parce qu’il y a une salle intelligente et une autre pilote afin d’assurer aux populations sénégalaises un service de qualité.”
À terme, l’usine va produire 100 000 m3 d’eau/jour, c’est-à-dire 100 millions de litres d’eau par jour durant sa première phase, puis 200 000 m3 d’eau/ jour dans la deuxième afin d’améliorer la qualité de l’eau d’un million de personnes et sa disponibilité 24h sur 24 dans les ménages, a fait savoir Babou Ngom, chargé de projet à l’unité de gestion de l’usine, repris par l’APS.
La prochaine étape consistera à ’’travailler avec la Sen’Eau qui va prendre l’ouvrage bien avant sa mise en service pour discuter des éventuels problèmes et des difficultés à surmonter pour ensuite faire le transfert et la prise en main.”
L’ouvrage va contribuer à la sécurisation de l’alimentation en eau potable des populations des localités traversées par les conduits d’eau, notamment Louga, Ndande, Gueoul, Kébemer, Tivaoune, Pire, Thiès, La Petite côte, Dakar et sa banlieue.
KMS3 dont les travaux ont été lancés en 2018 dans la localité abritant le lac de Guiers, est présenté comme le plus important ouvrage hydraulique du Sénégal d’un coût de 284 milliards FCFA.
rewmi.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Reginald GROUX dit :

    Et à quand l’eau dans le Sine Saloum, assoiffé depuis trois ans ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :