L’ÉTAT MASQUE L’AGONIE DU TOURISME

Réouverture des frontières aériennes: Un mois après, Saly attend toujours ses visiteurs étrangers

Les autorités avaient décidé de la réouverture des frontières aériennes le 15 juillet dernier pour, entre autres objectifs, favoriser la reprise des activités touristiques. Plus d’un mois après, les touristes se font toujours désirer à Saly Portudal.
Les réceptifs hôteliers de la station balnéaire de Saly Portudal ont rouvert leurs portes aux visiteurs qui ne se font pas prier pour reprendre place dans les différents sites. Mais, la particularité est que ces derniers sont constitués essentiellement de nationaux, car beaucoup de pays n’ont pas encore rouvert leurs frontières. Le Sénégal a ouvert son espace aérien depuis le 15 juillet dernier, mais à la station balnéaire, les étrangers, en particulier les Européens, se font encore désirer. Ceci n’est pas sans conséquence pour les acteurs touristiques dont les guides, premiers interlocuteurs des visiteurs, les artisans ou encore les pensionnaires du village artisanal dont les étrangers sont les principaux clients. Plusieurs acteurs dont l’activité dépend principalement des visiteurs expatriés sont dans l’oisiveté, en espérant de meilleurs jours.
Au village artisanal de la cité balnéaire, le décor qui s’offre aux passants frôle la désolation. Les rares occupants qui s’aventurent encore sur les lieux y sont par résignation. Moussa Gadj, vannier de son état et secrétaire général de l’Association des vanniers, renseigne que « sur les 102 boutiques que compte le village, moins d’une dizaine sont ouvertes ». Encore que ces artisans présents sur le site et qui ne veulent pas rester chez eux préfèrent venir sur place, boire du thé, deviser jusqu’au soir et repartir. Cette situation inédite n’a que trop duré. Certains ne se donnent même pas la peine de se déplacer sur le site en sachant qu’ils ne verront pas de clients. C’est le cas de Momar Diaw, président de ladite association. Joint au téléphone, il déclare : « Au lendemain de la réouverture des frontières, je suis parti travailler. Mais, après une semaine, un seul client ne s’est présenté. Je suis retourné chez moi et, depuis lors, je ne suis jamais reparti travailler ». Une situation préjudiciable à leur activité. Moussa Gadj affirme que les expatriés sont leurs principaux clients et leur absence les prive de revenus. Même complainte pour le président Moctar Lô dit Dj Makhou.
Développer de nouveaux concepts pour faire face
Autres impactés, et pas des moindres, les guides touristiques qui sont les premiers et derniers interlocuteurs des visiteurs étrangers à qui ils ont la charge de faire visiter le pays. À Saly Portudal, Serigne Lô et Mamadou Thiam pâtissent de la situation au même titre que leurs collègues. Respectivement président et secrétaire général de l’Association des guides des régions de Thiès et Diourbel, ils accusent le coup. « Depuis la réouverture des frontières, les touristes se font désirer. La reprise est très timide alors que la période faste (mars-avril qui coïncide avec les vacances de la sainte semaine, surtout avec la clientèle espagnole et française), est derrière nous », note M. Thiam.
Il ajoute qu’en août des Européens venaient au Sénégal, mais jusqu’ici, ce n’est pas la ruée. En contact avec ses partenaires européens, il indique que ceux qui ont décidé de sortir de leur pays ont choisi le voisinage immédiat. « La stratégie de l’Union européenne, c’est de retenir l’argent chez eux », dit Mamadou Thiam, rappelant que les principaux pays où se rendent habituellement les ressortissants européens ont été exclus de la liste des États dont les résidents sont exclus de l’espace Schengen. M. Lô d’indiquer que la situation actuelle n’est pas spécifique au Sénégal, elle prévaut à l’échelle mondiale avec des pertes estimées à 390 milliards de dollars. Il souligne que pour tous les pays, il est question de développer le tourisme local. C’est dans ce cadre, dit-il, qu’un nouveau concept, le « staycation », qui veut, pour le Sénégal, « que les autochtones découvrent leurs terroirs », a vu le jour. D’après Serigne Lô, pour l’année 2018, des études ont montré que sur les 200 000 Africains qui ont visité le Maroc, 45 000 provenaient du Sénégal. Un contingent qui, selon lui, pourrait faire du bien au secteur localement.
L’Agence sénégalaise pour la promotion touristique (Aspt) a, lui, saisi la balle au rebond avec le concept « Taamu Sénégal » à travers lequel le pays va gagner sur deux tableaux : découverte des terroirs par les nationaux et fonctionnement des différents segments de la chaine de valeur touristique (réceptifs hôteliers, transporteurs, guides, artisans, restaurants, etc.). « Cela fera des revenus supplémentaires qui ne vont pas combler complètement le gap, mais qui, au moins, constituent un pourcentage relativement important qui peut atténuer les pertes occasionnées par la pandémie », estime le président des guides touristiques. Mamadou Thiam tient toutefois à se féliciter de l’appui de l’État dans le cadre du Plan de résilience économique et sociale (Pres) du secteur. Il déclare que tous les guides officiels ont reçu, chacun, un prêt de 500 000 FCfa de la tutelle. M. Thiam renseigne aussi que l’Aspt a organisé à l’intention des acteurs une formation pour gérer les touristes à partir des mesures barrières mises en place.
Ousseynou POUYE/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Aminata DIAW dit :

    QUI a envie de revenir au Sénégal ? … Personne !

  2. Isa dit :

    Les touristes européens auraient bien voulu venir en juillet mais pas encore les bienvenus !!!

  3. Aïda dit :

    Il faut savoir que ce n est pas vrai que le tourisme à reprit ay Sénégal. Il faut une dérogation spéciale ou faire partie des personnes qui sont rapatriées. Et les prix sont élevés pour tout le monde.

  4. Lysa dit :

    Nous on a voulu revenir au Sénégal mais frontières fermées aux passeports français donc restées en France ce mois d aout.

  5. issa gibb dit :

    Le mec du journal Le Soleil, Ousseynou Pouye a l’air d’avoir totalement oublié qu’au nom de la Réciprocité : Les autorités Sénégalaises, tiennent fermer leurs frontières aériennes, à tout ressortissant ou touriste de l’Espace Schengen, sauf pour les résidents €uropéens qui ont la double nationalité ou un domicile au Sénégal (sous réserve)…
    Donc, les acteurs Sénégalais du Tourisme qui pleurnichent sur le manque de touristes au Sénégal, n’ont qu’à s’en prendre directement qu’aux autorités Sénégalaises, qui par un orgueil mal placé de Réciprocité suite à la décision de l’Union €uropéenne (U.E) de laisser fermer ses frontières aériennes pour le Sénégal, ont réagi connement en fermant à leur tour, leurs frontières aériennes aux touristes €uropéens, qui sont pourtant les principaux et plus gros apporteurs de devises sonnantes et trébuchantes aux familles qui vivent du Tourisme au Sénégal…
    Au contraire, de quelques nantis Dakarois qui font du Tourisme « Staycation », les week-ends à Saly et qui cassent leurs pognons au Casino, puis aux putes, sans faire travailler et gagner du fric aux acteurs du Tourisme de la station, en paradant avec dédain devant eux, dans leurs 4X4 rutilants neufs de riches parvenus bling-bling, agrandissant la « Fracture Sociale » de plus en plus réelle et visible dans le pays…

    Quand à la majorité des Sénégalais qui doivent patriotiquement faire du Tourisme « local » pour relancer le Tourisme au Sénégal, il faut arrêter ce délire étatique mensonger :
    Un peuple qui vit à 95 % dans le commerce informel et dans la survie quotidienne pour bouffer chaque jour, avec une majorité de gens qui vivent sous le seuil de pauvreté (50% ), n’a pas les moyens de faire du Tourisme, trop occupé à survivre tous les jours…
    Présent au Sénégal, j’ai loué un minibus et amené mon filleul et 15 autres élèves de Saly, faire une excursion au Siné-Saloum, organisé et encadré par mon copain-guide du Pélican à Ndangane, avec petit resto familial abordable à Ndangane village et promenade en pirogue à la découverte du Saloum, avec des jumelles pour voir les oiseaux et découvrir les mangroves, les palétuviers et les huitres jusqu’à Djiffer et la Pointe de Sangomar aux visages de guerre apocalyptique, des arrêts sur des petits îlots de sable pour ramasser des coquillage ou jouer au foot et pour finir une collation au petit port du village de Mar Lodj au retour…
    Un de ces journées de Tourisme, de Découverte et de Liberté que ce putain de Virus Chinois a mis à mal aujourd’hui !
    A notre retour à Saly, les parents m’ont remercié pour l’excursion des enfants et ils m’ont avoué qu’ils n’étaient jamais aller à Ndangane la vraie nature et visiter le Siné-Saloum qui n’est pourtant qu’à 80 kms de Saly, la station balnéaire occidentalisée… Alors les autorités Sénégalaises qui te parlent de Tourisme « Local », ont intérêt a créer des Congés Payés ou donner des enveloppes Vacances au peuple Sénégalais pour qu’ils partent faire du Tourisme dans leur pays : Il ne faut pas déconner non plus et être aussi hypocrite au sommet de l’Etat, la grosse majorité des Sénégalais n’ont pas les moyens de faire du Tourisme au Sénégal, ni même y penser ! Des autorités Sénégalaises qui te parlent d’un côté, de relance du Tourisme au Sénégal avec le ministre-guignol-enfûmeur Alioune Sarr qui est complètement à côté de la plaque et de l’autre, empêchent les touristes €uropéens de venir au Sénégal, avec leur décision de réciprocité à la con en se tirant une balle dans les pieds… Réduisant la Destination Sénégal à une mort certaine après sa longue agonie ???

    Il y a aussi, des professionnels du Tourisme au Sénégal, qui sur les réseaux sociaux, déconseillent fortement aux touristes de venir au Sénégal, expliquant qu’ils risquent d’être bloqués à l’aéroport AIBD à cause de ce principe étatique de Réciprocité à la con… Mais aussi, d’avoir des difficultés à repartir car la pandémie Covid19 est toujours en progression au Sénégal avec des pics prévus désormais fin Octobre 2020 et que cela pourrait entrainer une soudaine re-fermeture des frontières aériennes au Sénégal… Ce qui est tout à leur honneur pour leurs franchises et leurs analyses de la situation pandémique au Sénégal !
    Mais, vue la situation mondiale et les secondes vagues annoncées du Coronavirus, le Sénégal n’a pas besoin non plus, de nouveaux cas de Coronavirus importés, dont il ne se relèverait pas, à cause de la faiblesse de ses moyens de Santé et le manque de lits de réanimation dans les hôpitaux du pays… Sécurité et Raison obligent !
    Mais tout çà pue et sonne faux ! La « Relance du Tourisme » ??? Avec une destination trop chère pour ce qu’elle est et l’autre Virus typiquement Sénégalais, le HARST (Harcèlements, Arnaques, Rackets ou Racisme, Saleté et Talibés ) qui a tant fait de mal au Tourisme passé : Le retour des touristes au Sénégal n’est pas pour demain…
    Les professionnels du Tourisme peuvent continuer à pleurnicher encore longtemps ou demander des comptes à leurs autorités qui les enfument depuis des années, Coronavirus ou pas !

    Seuls, les marabouts Islamistes anti-touristes, anti-toubabs et anti-occidentaux à rien foutre, se frottent les mains : Car eux, ils ont leurs élèves coraniques bien niqués, les Talibés asservis dans l’Esclavage de la mendicité forcée, pour faire du fric en toute impunité avec la complicité des autorités Sénégalaises… In chà Allah !

    • Bernard dit :

      Hélas, trois fois hélas, le commentaire d’issa est encore vrai !!!

    • blondel yves dit :

      c’est une excellente analyse, rien à ajouter sur le fond et la forme, bravo…..

    • A BU dit :

      ISSA On dirait tu déverses ta bile sur le tourisme en chantant..peut être tu es prêts à baissé ton pantalon devant L EU.
      Ce n est pas de la réciprocité c est de la logique de courage la pandémie ne connaît pas de frontières ni de grandes puissances ni de faibles puissances, on est tous au même niveau de risque..
      Comment peux-tu accepter que le porteur du virus entre chez toi et en revanche il te refuse d entrer chez lui parce que tu portes le virus. Il faut arrêter l hypocrisie mentale, seul les imbéciles acceptent une telle stigmatisation que veut nous imposer l U E
      Heureusement le virus n est pas d origine africain…

    • Christian Le poupon dit :

      Bonjour ,une bien triste analyse du tourisme au Sénégal !!l le gouvernement totalement détaché de la préoccupation des acteurs du tourisme ! de sa population !Trop préoccupé par ces réalisations de prestige ! Un magnifique pays autant délaissé !!!

  6. jack le tiof dit :

    bonne vérité monsieur issa gibb et dommage pour le peuple !!!! d’accord avec toi le HARST ET LES MARABOUTS qui font fuir les touristes

  7. Lol dit :

    Le Sénégal pays en devenir !!!! Depuis 60 ans

  8. D. Bâ dit :

    « L’Etat masque l’agonie du tourisme »… encore une histoire de masque, ou bien ???!!! on n’en sort plus… 🙂

  9. Paracétamol dit :

    Toujours autant gâteux et méprisant le issa gibb!
    Au fait, pourquoi se cacher derrière un nom pareil.

  10. Christian Le poupon dit :

    Bonjour ,une bien triste analyse du tourisme au Sénégal !!l le gouvernement totalement détaché de la préoccupation des acteurs du tourisme ! de sa population !Trop préoccupé par ces réalisations de prestige ! Un magnifique pays autant délaissé !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :