RAS LE BOL DANS TOUT LE PAYS

Tattaguine et environs crient leur ras-le-bol

Adduction d’eau, électrification : Tattaguine et environs crient leur ras-le-bol
Tattaguine, Ndiosmone, Poulton, Naffa, Ngoy Pofine… souffrent d’un manque criard d’eau et d’électricité. La population dit manquer de tout. D’après les femmes, de l’indépendance à nos jours, elles vivent une situation chaotique et dans un le désarroi total.
Ces mères de famille ont profité d’une cérémonie de remise d’aide alimentaire pour crier leur ras-le-bol.
 »Nous vivons des moments très difficiles. Les promesses ont été nombreuses et toujours rien n’est fait. Nous les femmes, pour piller notre mil, nous devons nous rendre jusqu’à Thiadiaye ou Tattaguine. Nous avons des sols propices au maraîchage mais par manque de moyens, nous ne pouvons faire aucune activité génératrice de revenus  », se lamente Fatou Ndiaye, habitante de Ndiosmone.
Ainsi, pour étancher leur soif, les ménages ont recours à l’eau des puits. A la tombée de la nuit, ils sont plongés dans l’obscurité totale. Afin de permettre à leurs enfants d’étudier, ils s’éclairent à l’aide de bougies et de lampes tempêtes. Mais selon la dame, certaines familles ne peuvent même pas s’offrir le luxe de toujours acheter des bougies ou des lampes torches faute de moyens.
 »Le concessionnaire EDR, nous vend l’unité kilowatt à 316 francs, alors que la Senelec la vend à moins de 90 francs. Le branchement tourne à hauteur de 66.000. Nous avons beaucoup de retard concernant l’électricité et l’eau. Avoir de l’eau est difficile, même les puits commencent à tarir », affirme Bou Ndaw Thiam, responsable Apr Thiaméne.
Ces doléances ont été évoquées ce week-end lors de la distribution de 15 tonnes de riz par le coordonnateur de l’Apr communal, Ibou Ndiaye.
Ce riz d’une valeur de 4.350.000 frs est destiné à environs 500 familles qui n’ont pas bénéficié de l’aide alimentaire distribuée par l’État. Pour rappel, toujours dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, le coordonnateur avait déjà octroyé un lot de produits sanitaires et 1000 masques à la population.
Khady Ndoye/Seneweb.com

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Tak dit :

    « D’après les femmes, de l’indépendance à nos jours, elles vivent une situation chaotique et dans un le désarroi total. » C’était mieux avant ?

  2. Ndiaye dit :

    C’était mieux avant la colonisation. Pas de factures!!

  3. Yvesbzh dit :

    C’est sur c’était mieux avant
    Mais avant il n’y avait RIEN

  4. Ndiaye dit :

    L’Humain est vraiment prétentieux, que signifie 120 ans sur 200000 ans

    • Diallo dit :

      Vous ne vous en êtes sans doute pas rendu compte mais la civilisation a fait plus de progrès en 120 ans qu’en 200000 ans !
      Et la vitesse de ce progrès ne cesse d’augmenter et ce d’une manière exponentielle …

  5. Ndiaye dit :

    Cela depend ce que vous entendez par « progres ». A part polluer la planete et entasser du beton partout, je ne vois pas de quel progres si « extraordinaire » s’agit il. D’ailleurs on est incapable de trouver une solution à une grippette avec comme solution se terrer dans sa maison ou portet un bout de chiffon sur le visage.
    Bravo! Hommes « modernes » ultra avancés!!
    Progrés… tu parles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :