CONSÉQUENCES DE CONFINEMENT

Le confinement pourrait provoquer 7 millions de grossesses non désirées


Les mesures de confinement imposées à travers le monde dans le cadre de la pandémie de Covid-19 pourraient mener à pas moins de 7 millions de grossesses non désirées dans les mois à venir, selon les données publiées par le Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA) mardi. Plus de 47 millions de femmes risquent en effet de ne plus avoir accès à la contraception.
« Dans 114 pays à revenu faible et intermédiaire, 47 millions de femmes seraient dans l’impossibilité d’accéder à des méthodes de contraception modernes et on prévoit 7 millions de grossesses non désirées si les mesures de confinement se prolongent pendant 6 mois avec des interruptions significatives des services de santé », relève le fonds onusien en charge de la santé sexuelle et reproductive.
Il met en garde qu’à chaque prolongation de confinement de 3 mois, « ce sont jusqu’à 2 millions de femmes supplémentaires qui pourraient ne pas avoir accès aux méthodes de contraception modernes ».
Violences faites aux femmes
Le Fonds attire aussi l’attention sur les violences faites aux femmes qui augmentent d’autant plus durant ces périodes « lockdowns ». « Si le confinement se poursuit pendant au moins 6 mois, on pourrait recenser 31 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre. À chaque période de confinement qui se prolonge de 3 mois, on pourrait dénombrer 15 millions de cas supplémentaires de violence basée sur le genre », estime l’UNFPA.
“Répercussions désastreuses”
La Dr Natalia Kanem, directrice générale de l’UNFPA, observe que ces nouvelles données – collectées par Avenir Health, l’Université de John Hopkins (États-Unis) et l’Université de Victoria (Australie), démontrent « les répercussions désastreuses » de la pandémie de Covid-19 à court terme sur les femmes et les filles. « La pandémie creuse les inégalités et des millions d’autres femmes et de filles risquent à présent de ne plus pouvoir effectuer de planning familial et ainsi de protéger leur corps et leur santé », déclare-t-elle.
Protéger les femmes “à tout prix”
Le Fonds enjoint dans ce contexte à continuer à protéger « à tout prix » la santé et les droits des femmes en matière de reproduction. « Les services doivent continuer, les produits doivent être disponibles et les personnes vulnérables doivent être protégées et soutenues », insiste Mme Kanem.
seneweb.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Stephane dit :

    Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA) comme l’oms se fiche du monde en laissant et en faisant croire aux occidentaux que les femmes tombent enceintes faute de moyens contraceptifs.Une famille nombreuse est signe de réussite .Si le procréateur n’a pas le sou , Dieu viendra en aide,tant pis si les drôles crèvent de faim et ne sont pas soignés.Ras le bol de ces organisations qui ne cessent de mentir et d »assurer leur confortables revenus

  2. issa gibb dit :

    Tout à fait d’accord,
    Toutes ces organisations internationales qui dépensent des sommes folles en assemblées, en déplacements, à faire des statistiques sur les problèmes mondiaux, en plus de recevoir des sursalaires, des avantages et autres privilèges, etc… seraient mieux sur le terrain, en train de distribuer des moyens contraceptifs avec tout l’argent qu’ils dépensent et qu’ils nous coutent, dans les pays qu’ils citent dans leurs rapports…
    Parce que tout çà n’amène à rien et ces planqués inutiles (ONU, UNFPA, OMS, UE, etc…) ne servent à rien pour faire avancer les problèmes qu’ils sont censés gérer comme la contraception dans les pays pauvres qui n’y ont pas accès…et en plus, ils coûtent chers pour toujours rien ! Autant que le pognon pour la contraception aille, avec un suivi contrôlé car les requins sont aussi sur place pour se servir au passage, directement aux femmes qui veulent des moyens de contraception dans ces pays…
    Et les statisticiens inutiles, au chômage ! çà leur fera des vacances…

  3. jean dit :

    Le 19 avril , je prévoyais déjà les conséquences du couvre feu dans 8, 9 mois, la culture Africaine étant les 3 « B » , Baiser, Bouffer et Bavarder, les Marabouts du Sénégal ont encore de beaux jours pour s’enrichir !

  4. Paracétamol dit :

    Les commentaires sur SBR sont de plus en plus racistes!
    Liberté d’expression ?
    Honte à ses responsables.

  5. Beatrice BRUN dit :

    A propos de toute cette flopée d’organisations internationales, qui séjournent en Afrique, de tous ces cons instruits, les « sachants »…. ras le bol.
    Entièrement d’accord avec Issa Gibb et Stephane. 👍🏾

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :