ARACHIDE: GESTION CALAMITEUSE D’UNE MAUVAISE RECOLTE

80% des graines d’arachides collectées au Sénégal a été exporté

On savait que la campagne arachidière 2019/20 avait été catastrophique pour les huiliers au Sénégal, les chiffres révélés dimanche par le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé, le confirme avec 400 000 tonnes exportées pour 500 000 tonnes de graines collectées depuis l’ouverture de la campagne de commercialisation de l’arachide le 3 décembre. Les huiliers n’ont pu rivalisé avec les prix offerts par les acheteurs étrangers, en particulier les Chinois. Ainsi, la Sonacos n’a acheté que 27 000 tonnes sur un objectif initial de 150 000 tonnes ramené ensuite à 50 000 tonnes.
Le ministre a indiqué que 90 000 tonnes de semences ont été collectées, dont 52 000 certifiées et près de 40 000 écrémées. Ajoutant que la campagne de commercialisation allait être arrêtée. Dès la mi-février la campagne tirait à sa fin avec l’interdiction d’achat des exportateurs étrangers tandis qu’avec le Covid-19, les échanges se sont quasiment arrêtés.
commodafrica.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    L’éternelle règle de 3 nous explique que :
    Si les 500 000 tonnes de cacahuètes récoltés => sont 100 % des cacahuètes à vendre
    Alors les 400 000 tonnes de cacahuètes vendus => sont 80 % des cacahuètes vendus et partis en Chine…
    Parce que les huiliers Chinois ont fait jouer leurs pouvoirs d’achats plus puissants pour rafler la mise et laisser aux huiliers Sénégalais que des noisettes….
    Heureusement comme le dit, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural, Moussa Baldé, qu’il y a eu cette pandémie Coronavirus pour que la campagne commerciale de l’arachide s’arrête pour les acheteurs étrangers : Sinon les huiliers Chinois auraient tout acheté et les 500 000 tonnes de cacahuètes (100%) seraient partis en Chine !… Et les huiliers Sénégalais n’auraient pas même pas eu, une seule noisette…
    => Il est curieux, tout de même, que dans un principal pays producteur d’arachides qu’est le Sénégal, il n’y est pas des quotas pour vendre les arachides, au huiliers nationaux et aux huiliers étrangers ???
    => Il est curieux, tout de même, que dans un pays principal producteur d’arachides qu’est le Sénégal, à cause de cette situation exportatrice : L’huile d’arachide soit devenue rare au Sénégal et si chère pour le peuple sénégalais ???
    => Il est curieux, tout de même, que dans un principal pays producteur d’arachides qu’est le Sénégal, ces ventes d’arachides exclusives aux Chinois, transformant des tonnes de cacahuètes en « Biftons » verts pour le Sénégal : Il n’y ai aucune transparence ??? A qui vont ou dans quelles poches finissent tous ces « Billets » verts Chinois ??? çà part en Chine : çà on le sait ! Mais qui, au Sénégal, profites de çà ??? Pas le peuple, çà se saurait !

    Sur le plan historique : Aux Indépendances, l’exploitation arachidière créée par les colons pendant le Colonialisme, est tombé gracieusement, pour ne pas dire gratuitement aux mains des Mourides, au départ des colons…. Ce qui a fait les fortunes sans partage, des marabouts confrériques Mourides Cadillac milliardaires…
    Aujourd’hui, les Mourides ont quelque peu délaissé l’exploitation arachidière pour des secteurs plus rentables, comme l’immobilier ou les transports… Laissant cette exploitation arachidière aux mains des Chinois, comme l’usine des Huileries de Kaolack qui est désormais, entièrement sous gestion Chinoise… Les Mourides, se contentant de recevoir de belles enveloppes de « Biftons » verts Chinois et autres commissions sur les bénéfices, de la part des Chinois, en bons actionnaires qu’ils sont dans les sociétés Chinoises qui envoient toutes leurs huiles d’arachides sénégalaises en Chine… Certains mauvaises langues vont jusqu’à dire qu’ils font pareil en Casamance, complices de la mafia Chinoise, dans la déforestation et le trafic des bois rares en Casamance… Comme, l’ex-ministre de l’Ecologie, Haïdar el Aly qui l’a dénoncé : Ce qui lui a coûté son poste ministériel !Toute contradiction ou tout démenti de ces faits historiques arachidiers au Sénégal ou ces rumeurs sur les responsables de la déforestation en Casamance, sont les bienvenus … Il y va, tout de même, de l’avenir des huiles d’arachides au Sénégal et celui des forêts de la Casamance, car un arbre ne repousse en une année, comme les cacahuètes… Afin, de remettre les pendules à l’heure, comme on dit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :