CORRUPTION INFERNALE

«Les entreprises qui refusent la corruption sont privées de marchés publics »

Au Sénégal, la Présidente de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption (Ofnac) a fait une révélation explosive sur les marchés publics dans le pays. Selon Seynabou Ndiaye Diakhaté, « les entreprises qui refusent la corruption sont privées de marchés publics ».
Seynabou Ndiaye Diakhaté a fait cette révélation à l’occasion du lancement de la quinzaine nationale de sensibilisation sur la corruption.
L’Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) organise une quinzaine nationale de sensibilisation sur la corruption et ses méfaits sur le développement, la paix et la sécurité au Sénégal, depuis le 06 décembre dernier.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de lutte contre la corruption qui est célébrée le 9 décembre de chaque année.
Cette année 2019, l’Ofnac a choisi de discuter du rôle du secteur privé dans la lutte contre la corruption.
S’il en est ainsi, c’est parce que selon la présidente de l’Ofnac, «dans bien des cas, les entreprises privées cèdent à la tentation de corrompre». Pas toutes, fort heureusement.
Cependant, fustige-t-elle «celles qui refusent de céder à cette pratique désastreuse pour l’économie nationale se retrouvent prises au piège de pratiques qui les isolent des marchés publics.
En d’autres termes, le refus de céder à la corruption isole certaines entreprises, qui sont ainsi sanctionnées par une privation de marchés publics. Ces entreprises sont ainsi confrontées au renchérissement des coûts des facteurs de production, qui les rend moins compétitives et ralentit leur croissance.
Ces manœuvres qui sont le fait des corrompus, mais également des corrupteurs, installent ainsi le secteur privé sénégalais dans «un cercle vicieux qui déstructure et affaiblit l’économie nationale», révèle Seynabou Ndiaye Diakhaté. Cette sortie de la présidente de l’Ofnac témoigne s’il en était encore besoin, de l’opacité qui entoure l’attribution des marchés publics.
L’Office National de lutte contre la Fraude et Corruption est une Autorité administrative indépendante, dotée de l’autonomie financière. Il a été créé par la loi n° 2012-30 du 28 décembre à l’unanimité par l’Assemblée Nationale. Sa mise en place consacre la volonté politique du Président de la République de promouvoir la probité dans la gestion des affaires publiques et privées.
En effet, la création de l’OFNAC résulte d’une forte exigence populaire de transparence ainsi que d’une volonté politique d’instaurer une gouvernance vertueuse .La mise en place de l’OFNAC permet ainsi au Sénégal d’être en phase avec la recommandation de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC) qui demande aux Etats Parties de créer un ou des organismes indépendants de lutte contre la corruption
Sidy Djimby NDAO/© Koaci.com/Seynabou Ndiaye Diakhaté Présidente de Ofnac

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Ce n’est pas un scoop !!!!
    C’est Dans les Gènes bien ancrée au corps.
    Le sport national à tous les niveaux du plus humble au plus puissant !!!
    Ce n’est pas maintenant que cela va s’arrêter
    Lisez la presse !!!!!

  2. le chaman dit :

    La Présidente de l’OFNAC ne va pas faire long feu à ce poste. Elle va se retrouver avec une mutation à Matam au milieu de nulle part.
    S’il fallait mettre en prison tous les fonctionnaires qui palpes, les 3/4 seraient en à l’ombre. Pareil pour la plupart des hommes politiques. Chacun se tient la main. La corruption est élevé à un tel degrés dans ce pays qu’il est difficile de renverser la table. Et si seulement une petite affaire est en justice, c’est pour mieux masquer le reste. Il faut bien donner quelques brebis à manger au peuple pour sauver le troupeau des corrompus.

  3. Je ne sais plus quelle organisation dénonçait les complices de Karim Wade jamais jugés, les dossiers ayant été gelés à l’OFNAC sur ordre. La lutte conter la corruption commence dans son propre parti, dans sa propre famille s’il le faut.
    La corruption à des conséquences désastreuses sur l’économie et sur les mœurs de la société, et pour cela l’Islam interdit strictement la corruption. Voici ce que le Coran dit à ce sujet :
    « Dieu dans Sa Grande Sagesse, maudit le corrupteur, le corrompu et l’intermédiaire entre les deux».
    Mais on est pas obligé d’y croire…

  4. le chaman dit :

    Effectivement, étant ici en permanence, ce que l’on vois, ce que l’on entend, ne permet pas d’y croire. À ce demander si confreries maraboutiques n’est pas synonyme de voleur et de corrupteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :