EXPLOITER LES ENFANTS, UN BUSINESS MONSTRUEUX

L’exploitation des enfants, un fonds de commerce

L’affaire de Ndiagne va bientôt être oubliée. Cheikhouna Guèye a bénéficié de la clémence du tribunal avec une condamnation de 2 ans avec sursis.
Il est libre et va regagner sa famille, si ce n’est pas déjà fait. Affaire classée.
Mais, l’exploitation des enfants, elle, n’est pas une affaire classée. Elle va, encore longtemps, interpeller nos consciences en cela que nous voyons, tous les jours, des enfants exploités économiquement par des adultes peu consciencieux.
Si Cheikhouna est libre, ce n‘est pas le cas pour ces milliers de jeunes, pieds nus, qui, dès l’aube, arpentent les rues des villes et villages à la recherche de petites monnaies.
L’exploitation des enfants, en plus des violences physiques, donnent une piètre image de notre société qui, sous prétexte de donner un enseignement coranique, utilise ces enfants comme un fonds de commerce.
L’Etat, depuis très longtemps, sous les anciens régimes de Diouf et de Wade, a toujours tenté d’obvier le phénomène avant de faire marche arrière. Le retrait des enfants de la rue a été un échec pour tous les régimes qui se sont succédé au pouvoir depuis Abdou Diouf.
Car, à n’en pas douter, ceux qui le font constituent un puissant lobbying et savent, au besoin, instrumentaliser les familles religieuses, pour un soutien.
Pourtant, tout le monde sait qu’ils gagnent beaucoup d’argent avec ce ‘’commerce’’. La preuve, beaucoup d’enfants proviennent maintenant des pays limitrophes. Une bonne partie est d’origine étrangère. La stratégie est facile et rentable.
C’est pourquoi, des solutions doivent être trouvées pour endiguer son phénomène. Certes, nous avons plus de 90% de musulmans au Sénégal, mais cela ne donne pas le droit d’user de la fibre religieuse pour faire des enfants une industrie.
L’enseignement privé coranique fait partie de notre quotidien depuis la nuit des temps. Ainsi, l’Etat qui a un devoir de veille sur tous ses enfants, ne saurait laisser s’installer une forme d’anarchie dans le secteur. On arrivera un moment où il faudra nécessairement une rationalisation, et la mise sous tutelle de ces daaras ou écoles coraniques sous l’escarcelle de l’Etat.
A ce propos, la proposition de Serigne Mountakha, Khalife général des Mourides, est la bienvenue. Le fait de réunir toutes les familles religieuses et de discuter avec l’Etat sur les voies et moyens de rationaliser le secteur, est la meilleure solution même si elle est difficile à mettre en œuvre.
Beaucoup rejettent la responsabilité de la maltraitance des enfants sur les parents. L’argument avancé est que ce sont ces derniers qui les confient sans aucune participation financière ou logistique. Soit, mais, c’est le marabout ou maître coranique qui l’accepte. Pis, c’est lui qui a créé son daara à cet effet en n’exigeant rien des parents. Et comme nous sommes tous adeptes de la facilité, tout le monde se rue vers vous.
Certes, de plus en plus de promoteurs, eux-mêmes arabisants, investissent dans le secteur en modernisant leurs installations avec des internats par exemple, mais ils exigent des parents une certaine participation, comme dans toutes les écoles privées.
Et nous sommes convaincus qu’il faudra nécessairement aller vers cela avec l’appui de l’Etat qui pourrait subventionner.
Même les parents qui ont peu de moyens peuvent participer d’une certaine façon pour éviter que les talibés ou élèves ne soient obligés de mendier.
En clair, il faudra des états-généraux du secteur afin de dégager des pistes de solution claires et les mettre en œuvre. L’exploitation de nos enfants a trop duré. Et nous sommes tous coupables.
Or, nous ne pouvons pas perdre de vue qu’en les martyrisant de la sorte, nous fabriquons des montres et faisons le lit du terrorisme. Car, ces jeunes, une fois devenus adultes, seront, pour certains, sadiques et socialement inadaptés.
Si ceux qui comme Cheikhouna Guèye qui font des violences physiques sur les enfants sont arrêtés, d’autres qui sont aussi auteurs de violence morale doivent aussi l’être. Dans l’application de la loi, l’autorité doit rester ferme.
Mais, en l’espèce, les mesures d’accompagnement sont nécessaires après concertations avec les principaux concernés.
Assane Samb/rewmi.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. issa gibb dit :

    D’accord avec cet article de Assane Samb sur Rewmi : « Un Business Monstrueux… basé sur la mendicité forcée et des violences faites à des enfants… qui fabriquent des tarés, des sadiques et des inadaptés sociaux »…
    Mais qui finit mal, car la concertation avec les marabouts esclavagistes des Enfants Talibés, est inutile… Une perte de temps qui n’a jamais amené à rien, avec les reculs étatiques permanents et de vrais échappatoires pour les marabouts qui continuent à exploiter les Talibés de plus belle… Déjà galvanisés par l’argent facile et leur Fédération mafieuse, les marabouts ressortent toujours plus fort de ces concertations inutiles… Ils ont fait leurs preuves depuis 30 ans, sans aucune volonté d’abandonner leurs pratiques esclavagistes sur les Enfants Talibés dont le nombre ne cesse d’augmenter dans un trafic abject qui déborde maintenant, dans les pays limitrophes avec le Sénégal en exemple…Où les maltraitances, violences, tortures jusqu’aux meurtres d’enfants sont aussi en augmentation, de plus en plus graves et fréquents et restent impunis dans la déchéance humaine, morale et religieuse dans laquelle glisse actuellement le Sénégal par la faute des escrocs et mafieux maraboutiques au Sénégal
    Il faut exterminer cette puissance maraboutique… Interdire sa Fédération mafieuse qui pollue toutes les strates du pays… Condamner et jeter les marabouts esclavagistes et tortionnaires d’enfants en prison… Saisir leurs biens et leurs comptes en banque d’argent sale pour dédommager le Mal fait aux Enfants, au Pays et à l’Islam… Détruite aux bulldozers les daaras esclavagistes et maltraitantes… Passer l’enseignement coranique sous le giron et le contrôle de l’état… Rétablir la peine de mort et fusiller tous religieux ou marabouts qui s’opposent à la Fin de l’Esclavage des Enfants Talibés, Khalifes confrériques y compris… En se demandant à quoi sert l’unique apprentissage du Coran pour cacher l’Esclavage de la mendicité forcée au Sénégal, sans accès à l’instruction universelle pour les Enfants Talibés comme le font les autres pays musulmans civilisés et protecteurs de leurs enfants dans les vraies valeurs de l’Islam et de son Saint Coran qui interdit la mendicité des Enfants… Sauf, au Sénégal Maraboutique ???????????????? Cherchez l’erreur !
    Car l’unique apprentissage du Coran ne mène à rien, pour devenir un adulte responsable et utile à son pays… Avec plus de 90 % des Talibés qui deviennent adolescents, des délinquants asociaux en bandes dans les rues ou des proies faciles pour les groupes intégristes terroristes… Où se joue l’avenir même du Sénégal…
    Tout le reste n’est que palabres stériles et inutiles qui confortent le Monstrueux Business et la puissance maraboutique, dont le seul but est de sauvegarder leurs privilèges éhontés et s’enrichir sur le dos d’enfants innocents pour fanatiser les citoyens ignares sénégalais qui ont de la merde jusque devant les yeux pour comprendre que l’Avenir du Sénégal est en danger avec ces pourris Sataniques et leurs pratiques inhumaines sans aucun lien réel avec l’Islam … In chà Allah !
    Le combat pour sortir les enfants Talibés des griffes des Marabouts Esclavagistes et Sataniques continue…
    A Mort ! Les marabouts Esclavagistes des Enfants Talibés du Sénégal…

  2. stephane dit :

    Tout Sénégalais possédant toutes ses facultés est responsable,ce n’est pas uniquement une histoire de misère matérielle,bien beau de faire le malin avec deux épouses et 12 gosses mais si tu ne peux pas les nourrir ,les soigner, les vêtir gardes tes baloches dans ton pagne et n’utilise pas l’excuse du créateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :