DES VIGNES AU PIED DES BAOBABS

Le Sénégal fait du vin, au pied des Baobabs

Le Domaine Du Clos Des Baobabs, c’est avant tout l’histoire de deux entrepreneurs français, amoureux du Sénégal, en quête d’aventure et que le destin allait bientôt rapprocher autour d’un projet viticole hors du commun.
L’un, Philippe Franchois, natif de Dakar et passionné de vin depuis l’adolescence, n’avait qu’une envie en tête après un long séjour en Bourgogne dans le milieu des assurances : revenir au pays et relever le défi d’un projet viti-vinicole qui mettrait le Sénégal sur la carte des pays producteurs.
L’autre, François Normant, décidait en 2008 de s’expatrier avec sa femme sénégalaise à Nguékhokh, dans la région de la Petite Côte, afin d’y développer un projet agricole innovant, sur des terres dont il avait fait l’acquisition. Après avoir été mis en relation par des amis communs, les deux hommes réalisent la complémentarité de leurs projets réciproques et décident de s’associer, en créant un vignoble sur les terres de François.
En janvier 2013, trois hectares sont plantés sur des sols argilo-sablonneux, avec deux hectares en grenache et un hectare expérimental de 5000 plants, composé de cabernet sauvignon, cinsaut, sangiovese et syrah. Le Domaine Du Clos Des Baobabs était né.
Chantal Avantin
https://web.facebook.com/closdesbaobabs/

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    ET LES CONS DE MARABOUTS DE MES … . ???????

  2. le chaman dit :

    Ils avaient déjà hurlé à la mort lors de la première récolte!!!
    Je que j’aimerais savoir c’est connaître l’endroit où on peux se procurer une bouteille….

  3. issa gibb dit :

    Je me souviens très bien que les marabouts ont hurlé à la mort lors de la création et les premières vendanges de ce vignoble du domaine du Clos des Baobabs à Nguékokh, sur la route entre Sindia et Gandigal et à 15-20 kms de l’océan, de Ngaparou et de Saly… Le domaine ne fait que 500 bouteilles par an, vendues majoritairement en direct à la propriété et pas de millésime en 2017, car les singes ont bouffé toutes les grappes…
    Mais, c’est curieux, ces réactions imbéciles des marabouts sénégalais contre la présence d’un vignoble au Sénégal ??? Alors que la majorité des pays musulmans ont des vignobles et fabriquent du vin, en Algérie, au Maroc, en Tunisie jusqu’en Turquie ??? Même le Roi du Maroc Mohammed VI, Commandeur des Croyants, est propriétaire des vignobles des plus grands crus marocains qui sont commercialisés dans le Monde ???
    Vraiment ces pauvres cons de marabouts sénégalais sont des arriérés pas finis !
    Le développement du Sénégal est impossible avec de tels tarés du casque !
    D’autant plus, qu’il y a aussi à Nguékokh, une usine de production d’eau minérale naturelle de la marque Mana… Ils ne sont donc pas obligés de boire du vin, puisqu’il y a de l’eau naturelle ???
    Ou apprendre à mettre de l’eau dans son vin, pour nous faire des vacances avec leurs fatwas à la con !

  4. Il faut surtout saluer le courage et la persévérance de ces deux français qui ont passé des années à faire des essais, à sélectionner les cépages, à amender les sols, à lutter contre les termites, et même à se protéger des singes qui , il y a quelques années, ont dévoré toute la récolte en deux nuits, à quelque jours des vendanges. On peut trouver ça original de boire un vin sénégalais, mais peu imaginent l’investissement humain et financier que cela représente. Nous attendons avec impatience la prochaine cuvée, qui promet d’être excellente, selon Philippe Franchois. Bravo, messieurs, il n’est pas donné à tout le monde de faire de grandes choses !

  5. Seb le brasseur dit :

    Et peut ajouter a cela que les deux acteurs viticoles, en plus d’etre passionnés et complémentaires, ils sont également tres sympa.
    Bonne continuation à vous deux.

  6. sissie dit :

    Oui saluons leur courage, car malgré les problèmes qu’ils rencontrent, ils persévèrent bravo à eux d’avoir entrepris quelque chose et d’assouvir leur passion. Je ne les connais pas mais je vais bientôt leur rendre visite, et peut être gouter une de leur production ; si les singes n’ont pas tout bouffé cette année ; bonne continuation à vous Messieurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :