QUID DU FRANC CFA?

La France est ouverte à une réforme ambitieuse du franc CFA

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, l’a déclaré hier à Paris, à l’occasion de la réunion des ministres des Finances et des responsables des institutions économiques et monétaires des 14 pays de la zone franc. Mais, sans évoquer l’adoption prévue l’année prochaine de l’éco, la monnaie unique pour l’Afrique de l’Ouest, le ministre français a souligné qu’il revenait aux États membres de la zone franc d’en décider.
Le débat autour du franc CFA fait rage depuis la parution, il y a trois ans, d’un ouvrage collectif posant la question de savoir à qui profitait cette monnaie créée pendant la colonisation, aujourd’hui arrimée à l’euro. Les 14 pays africains qui utilisent cette monnaie doivent déposer 50% de leurs réserves de change à la Banque de France.
Face à une partie de l’opinion qui veut que ces pays coupent le cordon monétaire qui les relie à Paris, le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire rétorque : « La zone franc apporte des avantages et des garanties, la stabilité, la prospérité économique. Il y a des attentes, elles se manifestent et nous les entendons. L’initiative doit venir des États membres de la zone franc. »
Faisant partie d’un ensemble économique plus vaste, les pays de la zone franc en Afrique de l’Ouest ont déjà lancé l’initiative politique de créer l’éco, une monnaie qui devrait voir le jour en juin prochain. Romuald Wadagni, ministre béninois de l’Économie et des Finances et président du conseil des ministres de l’UEMOA, l’Union économique et monétaire ouest-africaine.
« Les chefs d’État ont reconnu que l’UEMOA seraient prêts à basculer en 2020 à la monnaie éco. Mais en attendant que tout le monde soit dans l’union, le régime de change de la monnaie Cédéao est un régime de change flexible avec ciblage d’inflation, mais tant que l’ensemble des quinze pays de la Cédéao ne seront pas dans la monnaie, nous allons garder la fixité de la parité euro et CFA transformé éco. »
L’éco est aujourd’hui dans une période de gestation dont on ignore encore la durée. Du côté de la zone CFA d’Afrique centrale, aucune initiative de réforme de cette monnaie n’a été avancée jusqu’ici.
RFI

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Jean maurice dit :

    En fait pourquoi ne pas écouter leurs doléances et supprimer le CFA …ils pensent que nous profitons du système, alors qu’en fait c’est une garantie de stabilité de leur monnaie.. .mais nous devons respecter leurs souveraineté
    Qui vivra verra

  2. stephane dit :

    Ils devraient s’adosser aux francs Guinéen

  3. Ndiaye dit :

    apres la suppression de ce franc cfa…
    demanteler la francophonie..
    et hop plus de siege au conseil de securité! ca ne se justifie plus..des pays nucleaires y en a d’autres…avec un pib plus important!!

  4. ivan dit :

    Ndiaye a raison, il faut supprimer le franc CFA, la francophonie, et tout un tas d’organismes internationaux qui ne servent qu’à taxer certains pays pour en subventionner d’autres qui mettent beaucoup de temps à émerger, cela devrait accélérer leur capacité à émerger et atteindre un PIB décent.

  5. Abdul dit :

    Suppression du FCFA…. Hyper inflation résultante…. Les produits importés ++++ cher… Le peuple sera content mais plus pauvre.

  6. Jm dit :

    100% d’accord

  7. stephane dit :

    Supprimer aussi l’accueil des étudiants Sénégalais en France qui nous coûtent une blinde,et la CAF

  8. Eddy dit :

    Tt à fait d’accord qu’ils se débrouillent avc leur CFA et qu’ils gardent leurs étudiants pr la même occasion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :