AUTOROUTE SANS ANIMAUX!

Sécurité Autoroute à péage : L’État va sévir contre les piétons et propriétaires de bétail

Les éleveurs qui laissent divaguer leur bétail dans l’emprise de l’autoroute à péage sont avertis. De même que les personnes qui s’aventureraient à travers l’autoroute à péage à pied. L’État ne tolérera plus de telles pratiques et la gendarmerie, va déferrer tout contrevenant à cette règle destinée à garantir et à préserver la sécurité sur l’autoroute Dakar-Diamniadio-Aibd.
Propriétaires de bétail et piétons encourent de lourdes sanctions
« Désormais Si on prend des bêtes, les propriétaires seront déférés. Même si on prend quelqu’un en train de traverser à pied, il sera déféré. Ça relève de la loi, les gendarmes feront leur travail », a menacé le sous-préfet de Keur Moussa, Makhtar Mbengue, ce jeudi à Pout, lors d’une rencontre à laquelle ont été conviés les chefs de villages des localités environnantes de l’infrastructure.
Au sortir de la réunion qui a eu pour cadre la sous-préfecture de Keur Moussa (Thiès), les responsables de l’Agence Ageroute, de la gendarmerie et les autorités administratives ont, devant les représentants des différents chefs de villages concernés, insisté sur la sécurité de l’autoroute. Porteurs du message auprès des siens, ces derniers sont mis à contribution pour prévenir de tels dangers qui ont récemment causé mort d’homme sur l’autoroute à péage.
Agéroute, à travers cette rencontre, a dit vouloir mettre à contribution les chefs de villages des localités concernées, afin qu’ils portent le message à leurs administrés, souligne Moustapha Dème. Ce fut aussi l’occasion pour les chefs de villages de lister leurs doléances et soulever des inquiétudes liées à la mise en œuvre de l’autoroute même. Les eaux de ruissellement, sources d’inondations dans certaines localités, ont été soulevées et Ageroute a promis d’étudier la question. Les riverains ont également proposé l’aménagement d’aires de divagation de bétails pour éviter des drames sur l’autoroute.
« La divagation des animaux, un problème de sécurité publique »
Pour Abdoulaye Thiam, responsable des opérations à Ageroute, il s’agit de faire en sorte « que chaque acteur puisse apporter des éléments pour aller vers la sécurité. Aujourd’hui les sanctions sont là en fonction des niveaux de dégâts causés par les tiers. Toutes les (localités) environnantes de l’autoroute sont concernées par les décisions qui sont prises aujourd’hui », insiste-t-il, à savoir Mbadate, Kessoukhat, Soune, etc.
Pour ce qui est de l’éclairage de l’autoroute tant réclamé par les populations et les usagers, elle le sera sous peu, a rassuré Oussyenou Diagne, conseiller de Senac-Eiffage, qui estime que les éleveurs ne se contentent pas seulement de faire passer leur bétail. « La divagation des animaux est un problème de sécurité publique. Les bergers que vous voyez conduire des animaux sont souvent des gamins de 12-14 ans. Ils laissent les passages animaliers conçus et praticables pour ces animaux, pour aller découper le grillage. C’est un problème de comportement », déplore-t-il.
Momar Mbaye/Seneweb.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Tiocan dit :

    Il serait temps que cette mesure de sécurité et de bon sens soit réellement appliquée. C’est véritablement oeuvrer pour la sécurité routière au contraire du pseudo permis à points ou le racket de la gendarmerie contre tous les conducteurs.

    • Xx dit :

      C’est bien vrai ! « Problème de comportement » selon Oussyenou Diagne, conseiller de Senac-Eiffage. Oh que oui ! + indiscipline, irresponsabilité, je m’en foutisme, et/ou ignorance totale des dangers potentiels… Ne faudrait-il pas développer l’émergence de ce côté-là aussi ? et vite… vite… le peuple est à la traîne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :