L’OR NOIR DU SENEGAL

PÉTROLE : LE SÉNÉGAL EMPOCHERA 1 723 MILLIARDS A PARTIR DE 2023

10061338-16362297.jpg

Pour la première fois depuis qu’on parle du pétrole sénégalais, un ingénieur géologue, Fary Ndao, explique dans les détails ce que notre pays va gagner dans cette nouvelle aventure pétrolifère.
Un document didactique et riche en informations…
« L’opérateur écossais Cairn qui a découvert du pétrole, en association avec Petrosen, Far et Conocco Phillips (dont les parts ont récemment été rachetées par l’australien Woodside), au large de Sangomar à la fin de l’année 2014, a publié hier Mardi 16 Août, son rapport du 1er semestre. Cairn avait découvert deux gisements, SNE et FAN. Il est indiqué dans ce rapport que suite aux forages d’évaluation (qui servent à préciser la taille du gisement de pétrole) qui ont été réalisés durant l’année 2015 et début 2016, les réserves récupérables (appelées « réserves 2C ») pour le gisement SNE s’élèvent à 473 Millions de barils de pétrole. Ce qui correspondrait, d’après un calcul basique, sur une période de 20 ans, à environ 65000 barils de pétrole / jour soit environ l’équivalent de l’actuel production journalière d’un pays comme le Cameroun, 12eme producteur africain de pétrole.
Ces réserves récupérables ne sont en réalité qu’une partie (environ 40 %) du pétrole qui se trouve sous terre, car Dame Nature est comme ça : malgré toute la technologie du monde, elle ne vous donne pas tout et il devient, à un moment donné de la vie du gisement, trop coûteux de sortir le pétrole du gisement. D’où la notion de « réserves récupérables ». Une nouvelle phase de forages d’évaluation pour préciser la taille des réserves récupérables est prévue par Cairn, elle débutera fin 2016 / début 2017 et devrait aboutir probablement à une augmentation du volume des réserves récupérables. Peut-être arriverons-nous à un total de 500 à 550 millions de barils pour SNE. Je ne traiterai pas ici le gisement FAN qui n’a pas encore été évalué de manière précise, même si ses réserves 2C tourneraient environ à 900 millions de barils, soit deux fois la taille de SNE.
La question clé : que gagnera le Sénégal ?
Il s’agit là d’une évaluation que je tente. Et elle comporte beaucoup de conditions et sera sans doute fausse car je ne connais pas le futur, notamment le prix du baril qui change sans cesse, ni les changements fiscaux, ni le contenu détaillé du contrat entre Cairn, ses partenaires et l’Etat etc. Mais cette évaluation peut donner une idée et un ordre de grandeur plus ou moins fiable car je m’appuie sur des contrats pétroliers existants, des lectures spécialisées, une observation de ce qui se fait en général dans le monde pétrolier, les dispositions du code pétrolier sénégalais et les lectures de tous les rapports publiés par Cairn depuis fin 2014. Voici donc les conditions en question :
* Si on part de réserves récupérables de 550 millions de barils, avec une production qui débutera en 2022. Cairn, dans un document officiel, pense commencer la production entre 2021 et 2023.
* Si la production s’étale sur 20 ans, soit 75 000 barils jours. (Cairn prévoit pour l’instant, dans un document officiel) entre 50 000 et 100 000 barils / jours)
* Si le prix moyen du baril oscille autour 70 dollars (USD) à partir de 2022 et durant toute la période de production.
* Si Petrosen (la société nationale des pétroles du Sénégal) augmente sa part du capital dans son association avec les autres compagnies pour passer de 10 % à l’heure actuelle à 20 % comme le lui permet le code pétrolier. Cela l’obligera d’une part à participer à hauteur de 20% des investissements pour les opérations pétrolières (exploration + production) et lui permettra d’autre part de toucher 20 % des bénéfices nets, comme n’importe quel actionnaire d’une société où il y’a des associés.
* Si l’association des compagnies qui va exploiter le gisement se rembourse les frais d’exploration qui ont été investis de 2014 à 2022 (début de la production) + les coûts de production après 2022 en prenant pour elle environ 55 % de la production comme pourrait le prévoir le contrat pétrolier entre l’Etat et l’association des compagnies. On appelle « Cost Oil » cet argent destiné à rembourser les opérations pétrolières. Ce chiffre de 55% est une estimation de ma part basée sur les taux du cost oil fixés par le code pétrolier.
* Si la part du pétrole autre que le « Cost Oil », part que l’on appelle le « profit oil » et qui correspond aux 40 % restants hors remboursement, est partagé 50 / 50 entre l’Etat et l’association des compagnies. Généralement quand la production tourne autour de 75000 barils/jours, c’est ce ratio de 50 /50 qui est appliqué sur le profit oil pour le « partage de production » entre l’Etat et l’association de compagnies.
* Si l’Etat du Sénégal touche, dans le meilleur des cas prévus par le code pétrolier, environ 8 % de royalties (redevances), c’est à dire 8 % du montant de la production totale de pétrole.
* Si l’Etat touche 30% des bénéfices réalisés par l’association de compagnies. Ces 30 % correspondent à l’impôt sur les sociétés (IS) que toute société doit payer à l’Etat.
Je néglige volontairement d’autres postes de recettes comme la subvention à la formation (environ 200 000 dollars par an versés à Petrosen), ou encore le volet RSE (environ 150 000 dollars par an) destiné aux populations ou encore la location du périmètre pétrolier (15 dollars/km²/an sur le permis pétrolier). Ces rentrées sont importantes dans le rôle qu’elles jouent (formation, RSE) mais demeurent négligeables sur le long terme vu les volumes en question.
Ce qui donne, de manière très simplifiée :
Chiffre d’affaire/jour = 75 000 barils x 70 dollars = 5.25 Millions USD
Chiffre d’affaire/année = 5.25 millions x 365 = 1916 millions de dollars
Cost Oil/jour = 5.25 millions x 55 % = 2.88 millions USD
Profit Oil total/jour = 5.25 millions – 2.88 millions = 2.37 millions USD
Profil Oil de l’association des compagnies/jour = 2.37 millions x 50 % = 1.185 millions USD
Profit Oil de l’association des compagnies/année = 1.185 millions x 365 = 432,5 millions USD
Profit Oil de l’Etat/jour = 1.185 millions USD
Profit Oil de l’Etat/année = 1.185 millions x 365 = 432.5 millions USD
Royalties (redevances) de l’Etat /jour = 5.25 millions x 8% = 0.42 Millions USD
Royalties de l’Etat /année = 0.42 millions x 365 = 153.3 millions USD
Impôt sur les sociétés (IS) gagné par l’Etat sur le profit Oil annuel de l’association des compagnies = 432.5 millions x 30 % = 129.75 millions USD
Bénéfice net annuel de l’association de compagnies = Profit oil annuel – IS = 432.5 – 129.75 = 302.75 millions USD
Part annuelle de Petrosen (donc indirectement de l’Etat) dans le Cost Oil = 2.88 millions x 20 % x 365 = 210.24 millions USD
Dividendes annuels de Petrosen (donc indirectement de l’Etat) dans le bénéfice net = 302.75 millions x 20% = 60.55 millions USD
Dividendes annuels des autres compagnies (Cairn, Woodside, FAR) dans le bénéfice net = 302.75 – 60.55 = 242.2 millions USD
Total part annuelle de l’Etat = Royalties annuel + Profit oil annuel + Impôt sur les sociétés + Part de Petrosen dans le cost oil + Dividendes de Petrosen = 153.3 + 432.5 + 129.75 + 210.24 + 60.55 = 986.34 millions de dollars par an.
Ces 986.34 millions de dollars sont l’équivalent de 51 % du montant total du Pétrole qui sera produit. Cela revient à dire, si on part sur mes estimations, qu’environ 51 % du pétrole sous terre, découvert par Cairn, iront sous forme d’argent dans les caisses de l’Etat et 49 % dans les caisses des compagnies étrangères. Dans un pays comme l’Indonésie, la part finale qui revient à l’Etat est d’environ 75 %, 25 % pour les compagnies étrangères. Cette différence est due à l’expertise indonésienne, la qualité de leurs ressources humaines et de leur savoir faire financier, technique qui leur a permis progressivement d’augmenter la part totale revenant à l’Etat au cours des années. Le Sénégal doit donc à mon avis anticiper, renforcer Petrosen qui sera notre bras armé technique et financier dans l’association des compagnies, former des ingénieurs, des économistes de l’énergie, rapatrier les ressources humaines sénégalaises de qualité dans ce domaine où qu’elles soient dans le monde et surtout avoir une société civile vigilante qui veillera sur l’utilisation de l’argent qui sera ramené par le Pétrole. Car 986,34 millions de dollars c’est environ 573 milliards de FCFA. Si l’on rajoute au gisement de SNE, celui de FAN, découvert aussi par Cairn et qui semble être deux fois plus gros en taille, et que l’on repart sur la même hypothèse de calcul simplifié, on peut penser que FAN rapportera autour de 1150 milliards de FCFA soit un total FAN + SNE de 1723 milliards. Cela représente plus la moitié de l’actuel budget du Sénégal. Avec tout cet argent, nous pourrions réinvestir dans les énergies renouvelables qui sont la seule voie de salut écologique et économique sur le long terme, améliorer l’accès à la santé ( le budget du Ministère de la Santé est actuellement de 150 milliards), créer de nouvelles universités, faire moins d’importations et soutenir l’agriculture et la petite industrie/artisanerie locale, créer un fonds bloqué pour les générations futures, améliorer nos villes, promouvoir et financer la culture etc.
Le pétrole ne sera une malédiction que si nous en décidons ainsi. Il peut être une formidable opportunité pour les sénégalais d’aujourd’hui et de demain. Les dirigeants sénégalais actuels et futurs, ainsi que le peuple, ont le devoir de ne pas dilapider ce trésor géologique que la nature a mis des millions d’années à créer. »
Fary Ndao/Ingénieur géologue/Dakaractu

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. Ndiaye dit :

    pas mal, avec ces sommes annuelles y aura de quoi acheter des bus allemands ou japonais pour leurs qualités, et se séparer enfin de « l’aide » au développement..

  2. flopaty dit :

    a chacun de vos commentaires , je suis surprise de votre naiveté !!!!!! mais ou iront les revenus , mais bien sur dans la poche des pas mal de membre du gouvernement , ensuite a leurs familles et ils iront s’acheter des biens en europe ou aux états unis ….mais oui bien sur !!!!!

  3. Reginald GROUX dit :

    Belle et encourageante analyse. Il y a beaucoup de si, il ne manque que l’âge du Capitaine…
    Ceci étant, chacun sait que l’Or Noir génère souvent des instabilités politiques quand ce ne sont pas des guerres. La conquête du pouvoir au Sénégal va prendre un tout autre aspect, tous les requins vont accourrir, soutenus par des pays étrangers qui auront intérêt à mettre des corrompus au pouvoir. Je pense que pour l’heure les répercussions politiques sont les seules choses à envisager avec sérieux si l’on veut que la manne profite au pays et non pas à ses dirigeants ou à des « pays amis ».
    Il faut que le Président prenne rapidement des mesures indéboulonnables pour éviter toute forme de dérive ultérieure, un peu comme on protègerait un Trésor National…
    J’ajouterai que les réflexions du style « ça va encore passer dans la poche des gouvernants » sont stériles. La critique qui ne propose pas de solution ne sert vraiment à rien.

  4. bill dit :

    Le Nigeria est 11eme producteur de pétrole au monde, la vie de la population s’en trouve t-elle améliorée ?

  5. Ndiaye dit :

    On vous retourne la question, que serait aujourd’hui le Nigeria surpeuplé et ses 200 millions d’habitants sans aucun revenus de pétrole ? Probablement, l’un des pays les plus pauvres d’afrique avec un revenu par habitant le plus faible d’Afrique. Croyez moi, il vallait mieux un Nigeria avec pétrole que sans.
    Le Sénégal ne court aucun risque avec son pétrole on est plus à l’époque de Totalfina-elf, et de la Franceafrique, et c’est une démocratie pas parfaite mais assez solide. Donc comparaison n’est pas raison, si demain la France ou l’Espagne découvrait beaucoup de pétrole personne ne s’inquiéterait de la stabilité politique de ces pays. Alors un peu de respect.

  6. olivier dit :

    Mr Ndiaye, que feriez vous pour le pays avec tout cet argent ?

  7. da Silva Barata dit :

    Voyez juste la République Démocratique du Congo…. Que de richesses de toutes nature….. J’u suis né, j’y ai vécu, j’y ai un frère métisse, j’y ai ma belle mère, j’y ai ma mère et mon père qui y sont enterrés…. Allez donc voir dans la Province de l’Equateur, allez y et vous verrez…. Vous verrez qu’il n’y a plus rien, plus âmes qui vivent, et pourtant les richesses sont la….. dans le sol…….. Le peu qui y est exploité, n’enrichit que quelques privilégiés…. Aujourd’hui, le président veut faire reculer les électionbs alors qu’il est en fin de mandat…. Vous y verrez encore et encore des émeutes et du sang…. C’est partout pareil…. Alors, ne me parlez ni positivement, ni négativement du pétrole au Sénégal….. L’histoire des années à venir nous éclairera la dessus….. Elle nous éclairera……..

  8. da Silva Barata dit :

    Voyez juste la République Démocratique du Congo…. Que de richesses de toutes nature….. J’u suis né, j’y ai vécu, j’y ai un frère métisse, j’y ai ma belle mère, j’y ai ma mère et mon père qui y sont enterrés…. Allez donc voir dans la Province de l’Equateur, allez y et vous verrez…. Vous verrez qu’il n’y a plus rien, plus âmes qui vivent, et pourtant les richesses sont la….. dans le sol…….. Le peu qui y est exploité, n’enrichit que quelques privilégiés…. Aujourd’hui, le président veut faire reculer les électionbs alors qu’il est en fin de mandat…. Vous y verrez encore et encore des émeutes et du sang…. C’est partout pareil…. Alors, ne me parlez ni positivement, ni négativement du pétrole au Sénégal….. L’histoire des années à venir nous éclairera la dessus….. Elle nous éclairera……..

  9. Ndiaye dit :

    De quel R.D.C il s’agit ? celui du grand dictateur mobutu sesseko ?? celui là même qui a fini renversé par un coup d’état militaire par une rebellion armée dirigée par un autre grand démocrate kabila?? lui même succédé par son fils comme dans toute grande démocratie, ce dernier parachuté par le clan militaire de son défunt pére ? et qui depuis 15 ans maintenant est au pouvoir et s’apprête à repousser sa « derniere » élection prévue en 2016 à une date ultérieure en 2017 ou 2018 ??
    Désolé, mais cela n’a rien à voir avec le Sénégal, vous le savez bien!

  10. Lola diolla dit :

    Toujours entrain de faire la comparaison ( France-Sénégal).
    Ici on viole, on vole, on tue et on nous dit c’est dieu qui l’a voulu ainsi.
    Certaines personnes ne sont jamais assez punis pour leur délit.
    Et vous étant un petit peu instruit (écrire) vous êtes ce que le peuple sénégalais devrait se méfier.
    Vous êtes plein de haine ndiaye.

  11. Lola diolla dit :

    Pour l’instant ndiaye.

  12. olivier dit :

    Mr Ndiaye, que feriez vous pour le pays avec tout cet argent ?

  13. Ndiaye dit :

    En premier je me construirai une maison.
    J aiderai ma famille.

  14. ?????? dit :

    Ben voyons ,je fais comme les autres je m’en met plein les poches!!!!!le peuple on s’en fou ,une fois qu’on a main mise sur le pactole,et ça se permet de critiquer les autres,balayer devant votre porte,avant de juger !!!!

  15. olivier dit :

    mdr … merci pour votre franchise et pour votre réponse Mr Ndiaye …

  16. flopaty dit :

    voilà Ndaiye, ferait comme les autres n ma maison , ma famille et peuple senegalais on verra plus tard…..redresseur de tort perpetuel et pourtant !!!!!!!!

  17. Ndiaye(le vrai) dit :

    3 choses :
    des routes,
    des routes
    et des routes

%d blogueurs aiment cette page :