DECLIN DU TOURISME: LES VRAIES RAISONS SONT AILLEURS!

Tourisme en danger, entre menaces terroristes et Ebola
7159215-10978229.jpg
Le tourisme est considéré par de nombreux pays africains comme un vecteur de développement. Des projets ambitieux sont ficelés, à côté d’importantes réalisations sur les différentes niches. Mais les menaces de djihadistes et l’épidémie Ebola imposent un frein à son expansion…
En 2013, le baromètre OMT du tourisme mondial a fait état de 1 159 milliards de $ de recettes. Dans ce pactole, l’Afrique dont la croissance des touristes internationaux a été de 6%, soit +13 millions de touristes, pour atteindre 56 millions, grâce notamment à une reprise en Afrique du Nord (+6%) et une croissance soutenue en Afrique au sud du Sahara (+5%). Au début de l’année 2014, les prévisions de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) tablaient d’ailleurs sur une croissance de 4 à 4,5%. Mais depuis le déclenchement de l’épidémie à virus Ebola, les tendances sont en train de s’inverser. Aux menaces des terroristes et autres trafiquants dans la bande sahélo-saharienne s’ajoute une certaine psychose de la propagation d’un virus mortel à plus de 70%. Le manque de moyens des pays touchés, à savoir la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria, en dépit de déclarations tapageuses, pour faire face au fléau, ne vient pas faciliter la tâche des professionnels.
Malgré l’éloignement des zones d’infection, par rapport à des destinations touristiques de rêves à l’autre bout du continent, souvent à plus de 5 000, voire 7 000 km, des clients ont préféré rester chez eux ou changer de programmes. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a beau déclarer qu’officiellement il n’y a plus de cas Ebola, respectivement au Sénégal puis au Nigéria… rien n’y fait. La stigmatisation fait que tous les pays en Afrique sont logés à la même enseigne. Des agences de voyages, telles que Great Canadian Travel Company ou Heritage Safaris, viennent de confirmer cette tendance et déplorer des baisses drastiques de chiffres d’affaires. Parmi les pays qui se débattent pour vaincre Ebola, le Libéria et la Sierra Leone mettent la communauté internationale en garde. En effet, Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria, affirmait lundi 20 octobre que si on n’y prend garde, l’Afrique de l’Ouest peut perdre une génération entière. Des techniciens sierra-léonais de la santé, confrontés à un grand manque de lits et de matériels, ont lancé un appel à l’aide…
Annulations en série
Une réelle psychose est en train de gagner le monde entier, les annulations se succèdent un peu partout. En témoigne l’odyssée du bateau de croisière, Carnaval Magic de la compagnie Carnaval Cruise, qui a erré pendant 2 à 3 jours, avant d’accoster à l’île de Galveston (Texas), dans le golfe du Mexique. Auparavant, à cause d’une passagère, qui se trouve être une infirmière du Dallas Presbyterian Hospital, mais qui avait attrapé une grippe bénigne, à la fois les autorités de Bélize, puis du Mexique lui ont refusé le débarquement. Le rapprochement avait été vite fait entre cet établissement hospitalier et le malade qui y est décédé de la fièvre à virus Ebola… Justement, le président américain Barack Obama fera une sortie remarquée pour appeler ses compatriotes à ne pas céder à l’hystérie et à la peur.
Quelles solutions ?
S’il est vrai que certains pays ne communiquent pas assez pour signifier au monde entier les efforts fournis pour contrer l’épidémie (contrôles thermiques dans les points d’entrée), pour l’avoir vaincue (Sénégal et Nigéria), ou dans un élan de solidarité avec les États touchés, d’autres ont pris le taureau par les cornes. Ainsi pour réduire l’impact d’Ebola sur son tourisme (344 millions de $), la Namibie emploie les grands moyens. En effet, les professionnels de l’hôtellerie, réunis au sein de l’Association namibienne de l’hôtellerie (HAN), viennent de dévoiler leur partenariat avec Jeff Chatterton, consultant canadien spécialisé dans la gestion de réputation. Gitta Paetzold, directeur général de HAN, assure que cet expert les aidera à trouver des solutions pour apprendre à gérer et à surmonter la crise que la phobie d’Ebola fait planer sur l’image et la réputation du continent africain.
Aussi, entre autres solutions, outre la conception de vaccins que l’OMS se presse de valider, et la sérothérapie, la Chine appelle à une solidarité internationale, en termes de coordination et de coopération, pour éradiquer le fléau. Dans ce sens, Li Keqiang, Premier ministre chinois, s’est entretenu avec Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, la semaine dernière, pour une lutte à l’échelle internationale contre Ebola. Rappelant que la priorité est d’apporter plus de moyens financiers et techniques aux zones touchées, de renforcer les campagnes de prévention et de consolider la confiance quant à la capacité de vaincre la maladie. La Chine a su faire face, avec l’aide de partenaires du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) et de la grippe aviaire aux souches H5N1 et H7N9, rappelait le Pr Wang Yu, directeur du centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.
Pour le secrétaire général de l’ONU, il s’agit d’oeuvrer à la promotion de la solidarité et la coopération internationale. L’organisation internationale va faire jouer pleinement sa task force spéciale et son fonds de financement, permettant de garantir plus de soutien aux pays en difficulté et prévenir contre l’extension de la pandémie.
LesAfriques/Seneweb

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. gourdin dit :

    Ils n’y a pas de déclin les vrais raison sont que toutes les structures touristiques appartiennent a des européens qui pratique des prix équivalent a l’Europe, n’oublie pas que vous êtes en Afrique, prenez exemple sur la Tunisie ou le Maroc.

  2. rico dit :

    Je suis d’accord sur la cherté des hébergements au Sénégal, je l’ai souvent dénoncé ici.Tant que le Ministère n’établira pas de normes, ce sera la règle de la mauvaise qualité/prix. La solution est simple et peut s’appliquer à tout le monde.
    Mais, c’est vraiment simplifier de dire que seuls les européens possèdent les structures. C’est vrai, en partie.
    J’ ai beaucoup sillonné le pays en individuel, et il y a aussi beaucoup de sénégalais, de sénégalo-libanais.
    Je crois que ces gens travaillaient avec les T.O. directement et donc affichaient des prix élevés. Mais le pire, dans l’histoire, c’est qu’il faut savoir que ces T.O. négocient le prix à environ 50% grâce au nombre de nuitées-repas sur l’année. En conséquence, les hôtels se fichaient un peu de faire des prix aux individuels,et ça, c’est valable partout. Seulement ces prix restent

  3. babacar revient dit :

    Au moment ou tout va mal sur le plan mondiale , le Sénégal , au lieu de baisser ses taxes d’aéroport ou autres et faire une vrai politique du tourisme à instauré un visa , et pas le + facile à obtenir , les européens sont las des contrainte et à cause de cela vont au + facile , c à dire ailleurs !
    Croyez-vous que cela est opportun ?
    maintenant dire que cela est la seul raison : non mais elle y participe beaucoup !
    Le visa est instauré aussi pour ses ressortissants mais pas pour les tours opéra tors qui, eux , n’amènent absolument rien au pays car tout est payé à l’extérieur , reste quelques os à ronger !
    quitte à me répéter : sécurité , changement des mentalités , propreté , police etc….
    1 seul cas police d’ébola ici , et encore …mais les journaliste se délectent à mentionner des absurdité car leur principal but c de vendre du papier et au mépris de tous : la grippe aviaire ou asiatique et bien d’autre dont vous n’entendez plus parler sont autant de cas d’inconscience de pourvoyeurs de mauvaises nouvelles qui donnent une mauvaise images des pays concernés .

  4. oyster dit :

    Le tour opérateur possède un avantage celui de savoir combien coute le voyage avec hôtels ,repas ect …
    et par ce fait permet de venir au SENEGAL (ou ailleurs ….) ,alors il reste quelques « os à ronger » ,cela est une image bien sur, mais d’une part cela est plus utile que ne pas voir de touristes ou d’imaginer que ce dernier soit dans l’obligation de négocier chaque jour tous les tarifs hôtels ,restau, voiture ect!…..
    Le touriste ne veut pas de contraintes !

  5. jean louis coulon dit :

    le Sénégal ne se vend pas assez en France il arrivait de gagner des voyages dans des jeux télévisés et c’était un vecteur de promotions on ne voit pas d’affichage comme on peut en trouver pour le Maroc ou la Tunisie. Les hôtels devrait faire des promotions de séjour pour relancer le tourisme il vaut mieux avoir une cinquantaine de clients avec des offres promotionnelles que deux clients a taux pleins.
    J’ étais au Sénégal en octobre j’ai constaté qu’au niveau corruption il y avait de gros progrès , il ne reste plus qu’un progrès sur les tarifs des souvenirs (beaucoup trop cher pour les europeens il ne faut pas oublier que la crise est aussi en Europe et que les gens calculent beaucoup plus, et beaucoup de propreté .
    Faites des efforts car ce pays est une merveille et si on traîne se sera encore plus dur et les structures en place fermeront .
    Il est préférable d’aider les structures déjà en place que d’en créer de nouvelles (Pointe Sarène)

  6. Babacar revient dit :

    Bon article Jean Louis , mais par contre , désolé , mais la corruption est à son apogée et ce n’est pas fini !

  7. Thierry dit :

    Bonsoir .
    Des normes sur les hotels campement certes ce serait un plus mais cela ne reglerera nullement le prix dela nuité car chacun est libre d appliquer son propre prix
    Les freins au développement touristique existent et en premier la formation de vrais guide touristiques , de vrais chauffeurs avec des assurances valident , des infrastructures routières voila que le Sénégal essaye de développer déja ses quelques points et je pense que cela profitera a tout le monde .
    Le visa il est là et il restera certainement encore quelques années en place , ce qui est plus énervant c est la façon de l obtenir surtout pour des personnes qui habitent loin des consulats ou qui ne manipulent pas facilement un ordinateur , ensuite lorsque l on lit sur les sites officiels pour l obtention d un visa que nous devons recevoir deux emails , ce n est malheureusement pas le cas jusqu à prèsent reçu un seul mail avec des code QR et un code barre mais après avoir contacté deux consulats on m a dit que cela été normal .
    Donc embarquement le 10 janvier avec un retour le 7 mars 2015

%d blogueurs aiment cette page :