REVUE DE PRESSE SUR LA MANIF DU TOURISME A SALY

Une marche de sensibilisation et de protestation à Saly portudal
manif.jpg
L’industrie touristique doit être unie, mobilisée et engagée car Le tourisme est une composante essentielle de notre économie. Nous refusons d’accepter que le tourisme ne soit pas une priorité du gouvernement Dans la bataille de notre tourisme, la diplomatie joue un rôle très influent et très
important dans les mesures du plan de réforme et non du plan de relance de notre tourisme. Osons une nouvelle dynamique, car il faut répartir les compétences de manière très stricte et opérationnelle, et éviter les doublons administratifs et les calculs politiques. Il faut, laisser aux départements les actions de proximité, comme la politique de promotion touristique. Le tourisme change, les professionnels s’adaptent et le tourisme de demain nécessite une mobilisation de toutes les compétences avec une
conception intelligente du tourisme pour améliorer son efficacité.  Marchons pour sauver le tourisme Marchons pour la réforme et le renouveau du tourisme
Marchons pour ne pas tuer le tourisme balnéaire Marchons pour construire et consolider le tourisme Réagir plutôt que subir Avant de dépenser, il faut gagner de l’argent Avant de payer des taxes, il faut travailler d’abord On ne construit rien sur un champ de ruine Prenons tous la route du changement
Marchons, marchons, mobilisons-nous tous ensembles C »est dans l »unité que nous gagnons Alors tous ensembles, réagissons Tous ensembles, Hommes, Femmes et Enfants Pour la marche du 15 Décembre 2014 de heures à 19 heures (Point de Départ : Place bougainvillées Saly) Tous les acteurs du tourisme du Sénégal sont conviés à la grande marche d »espoir pour l’avenir de la station de Saly et du tourisme au Sénégal  Mouhamed faouzou DEME Président de l’Observatoire National pour le Développement du Tourisme au Sénégal
DAKARACTU

le départ du ministre Diouf Sarr demandé par les manifestants et non les initiateurs
Selon Mohamed Faouzou Dème, membre du comité de crise du tourisme de la commune de Saly, les initiateurs et organisateurs de la marche de cet après-midi n’ont jamais demandé le départ du ministre Abdoulaye Diouf Sarr. « Ce sont les participants à la marche qui ont demandé le départ de Paul Faye de la Sapco et du Ministre » révèle t-il. «  En ma qualité de membre du comité de crise, j’ai été chargé d’apporter ce démenti pour dire que cela ne figure pas dans nos revendications. » précisera t-il.
ARTP

Difficultés secteur touristique : des manifestants demandent le départ de Ablaye Diouf Sarr et la suppression du visa biométrique
Ce sont plusieurs centaines de personnes qui actuellement, battent le macadam à Saly pour protester contre les problèmes que traverse le secteur touristique dans cette zone côtière et qui ont pour nom visa biométrique, érosion côtière, ou encore baisse du rendement touristique.
En effet, résidents de la ville, employés d’hôtel et hôteliers ont décidé de s’unir pour sortir la zone de ses difficultés. Mais la résolution de ces problèmes, selon ces acteurs, passe par la démission de l’actuel ministre du tourisme Abdoulaye Diouf Sarr, incompétent à leurs yeux. Ce dernier aurait même tenté de faire interdire cette manifestation selon des infos qui nous sont parvenues de la petite côte, sans succès, avant de prôner le dialogue.
Le Directeur de la Sapco, Paul Faye est aussi pointé du doigt, puisque invisible et d’aucun apport pour les habitants de cette zone. Les protestants promettent donc de refaire la même démonstration de force tous les 15 jours jusqu’à ce que leurs deux revendications, à savoir le départ du ministre du Tourisme et la suppression des visas biométriques soient prises en compte.Toutefois et selon Mouhamed Faouzou DEME qui s’exprimait au nom du comité de crise du tourisme de la commune de Saly, eux n’ont jamais demandé le départ du ministre Abdoulaye Diouf Sarr. Mais plutôt ce sont les participants à la marche qui ont demandé le départ de Paul Faye de la SAPCO et du Ministre
Dakaractu

malgré une forte mobilisation, le Sénégal peine à séduire
Au Sénégal, la saison touristique a été lancée à Toubacouta, dans le Saloum, au sud de Dakar. Les autorités du pays espèrent tripler le nombre de visiteurs d’ici 2020. Mais entre le virus Ebola, la situation instable de l’Afrique de l’Ouest ou encore les problèmes d’obtention de visa, la destination Sénégal peine à séduire.
RFI

Saly-Portudal: marche des acteurs du tourisme, la survie du secteur cristallise les énergies
marche_tourisme_mbourLes acteurs du tourisme, gérants de réceptifs, de motels, d’auberges, de campements et de bars restaurants ont marché hier, lundi, à Saly-Portudal, pour solliciter l’élaboration de solutions viables et durables aux maux de leur secteur.
La requalification de la station balnéaire de Saly-Portudal a classée priorité, à côté de la création d’un office du tourisme dans la localité et la formalisation des rencontres avec les autorités gouvernementales.
Un comité de crise regroupant le Syndicat national du tourisme, de l’hôtellerie, des bars restaurants et cafés, dirigé par Mamadou Diouf et affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal et les professionnels du tourisme ont interpellé hier, à Saly Portudal, l’Etat sur des points essentiels touchant leur secteur, des points au nombre d’une dizaine. P
renant la parole, Mamadou Diouf et Pathé Diouf ont fait part de l’union sacrée à mettre en place pour la sauvegarde de ce maillon fort de l’économie nationale qu’est le tourisme. Pour eux, plus que jamais, un plan de réforme s’avère nécessaire dans le cadre d’une nouvelle dynamique pour relever le secteur.
La baisse des taxes aéroportuaires et la relance de la destination Sénégal ont été par ailleurs abordées sous l’angle prioritaire pour la survie du tourisme. Ces acteurs du tourisme qui organisaient une marche dans la station balnéaire ont plaidé de même pour des mesures d’accompagnement concrètes : une baisse substantielle des taxes d’aéroport pour une durée de deux ans et l’exonération de la Tva pour la même durée.
A cela, s’ajoute la suppression du visa et une exonération des Tours opérators. Les acteurs du tourisme n’ont pas aussi manqué d’indexer la question de la sécurité dans le département de Mbour qui constitue une priorité et qui doit faire l’objet d’une attention particulière.
Au final, ils ont affirmé fermement que des mesures d’accompagnement sont absolument nécessaires et urgentes pour redresser un secteur agonisant et sinistré. A l’instar de la réactivation du conseil national du tourisme créé par décret présidentiel, depuis 1994.
Samba Niébé BA /DakarEchos

Vous aimerez aussi...