Aide à l’agriculture

Le FIDA a injecté 214 milliards CFA dans 16 projets au Sénégal
resizedimage600225-Senegal25L9267322huneaultBR-602x226.gif
Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a injecté au total 214 milliards de francs CFA pour financer 16 projets sénégalais depuis 1979, selon Anne Marie Lambert du bureau indépendant d’évaluation du fonds onusien.
Mme Lambert qui s’entretenait avec la presse, mardi à Kaolack (centre), au terme de deux jours de visite des réalisations des bénéficiaires du projet d’appui aux filières agricoles (PAFA) des villages de Keur Socé (Kaolack) et de Kane Kane (Diourbel).
Le FIDA, avec l’appui d’autres bailleurs partenaires, a financé 16 projets agricoles sénégalais en 35 ans pour un total de 214 milliards de francs CFA, a indiqué Mme Lambert.
Conformément aux recommandations du FIDA, le PAFA, doté d’un financement de 13 milliards de francs CFA sur une période de 6 ans (2010-2016), a mis l’accent sur le rendement, la commercialisation et notamment la transformation, « un aspect nouveau » pour ledit fonds, s’est réjouie Anne Marie Lambert.
« Le PAFA qui va bénéficier d’une extension est sur la bonne voie parce que faisant très attention à la rentabilité économique », a relevé Mme Lambert, se disant convaincue que « si les jeunes ne parviennent pas à vendre leurs productions, alors ils quitteront les campagnes pour les villes ».
Le directeur par intérim du bureau indépendant d’évaluation au FIDA, Kees Tuinenburg a relevé que cette visite de terrain intervient après la publication des résultats de l’évaluation des projets sénégalais, avant de souligner qu’il est « frappant de voir que le PAFA a bien introduit la diversification dans le quotidien des ruraux ».
« Cette visite est un exerce régulier pour les experts du FIDA qui viennent voir le niveau d’appréciation par les bénéficiaires de projets conçus à Rome (Italie) (…) », a pour sa part relevé le directeur de la division politique et des conseils techniques du FIDA, Adolfo Prizzi. Selon lui, la mission des inspecteurs du FIDA vise aussi à évaluer les projets pour savoir si les objectifs assignés ont été atteints.
« C’est encourageant de voir que les bénéficiaires ont compris que le PAFA leur sert comme tremplin et est un coup de pouce pour les aider à pouvoir aller d’eux-mêmes », a souligné M. Prizzi. Il a salué la capacité d’organisation et les actions collectives qui constituent la force des fédérations de paysans mises pied.
« Le défi pour le futur, c’est de faire en sorte que les jeunes qui sont une force dynamisante restent et s’intéressent à l’agriculture afin d’assurer la relève », a dit M. Prizzi, avant de saluer les « résultats impressionnants » obtenus par les bénéficiaires membres de la Fédération des organisations de producteurs de Kane Kane (FOPKK).
« Il est important de constater que le PAFA a réussi de très bons résultats sur une courte période parce que ses responsables ont suffisamment étudié les échecs et expériences d’autres projets antérieurs », a relevé le directeur de la division Afrique de l’Ouest et du Centre du département de la gestion des programmes du FIDA, Ides Does de Willebois.
« Nous allons débattre avec le gouvernement au cours d’une rencontre ce mercredi du bilan de 5 à 6 projets financés par le FIDA et de la possibilité de donner plus de supports au PAFA qui va connaître une extension », indiqué M. de Willebois.
Visiblement ému par les multiples témoignages de satisfaction, le coordonnateur du PAFA, Sémou Diouf, a rappelé aux bénéficiaires les objectifs d’autonomisation après le retrait du projet.
« Tous les groupements comme ceux des femmes de Keur Socé, devraient réussir à s’élargir, à aider et accompagner à leur tour de nouveaux membres avec les plus-values enregistrées. Vous avez fini de régler l’accès aux intrants et nous avons espoir que vous pourrez désormais financer à 100% vos activités », a indiqué M. Diouf.
Au cours de cette de terrain, les producteurs de Keur Socé et de Kane Kane ont exposé devant leurs hôtes les équipements acquis, les productions record de mil obtenues et ont salué les connaissances reçues en matière de respect des itinéraires techniques et de transformation de céréales locales.
PON/BK/APS

Vous aimerez aussi...