Remboursement ou la prison

SALE TEMPS POUR LES ANCIENS MINISTRES INCRIMINÉS

Le remboursement ou la prison

tribunal-11-640x426.jpg

Les anciens ministres de Wade, mis en cause dans le cadre du recouvrement des biens mal acquis, sont dans de sales draps. Bien avant leur convocation, une enquête a été menée par les autorités sénégalaises avec le soutien de certains pays, pour répertorier leurs biens. Après, leur audition, ces derniers doivent eux-mêmes lister leurs biens, mais ils risquent gros au cas où ce qu’ils ont déclaré ne correspond pas aux résultats des enquêteurs.

L’ancien ministre de la Coopération internationale, des Infrastructures et de l’Énergie, Karim Wade a fait face aux enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie nationale. Entendu dans un premier temps sur ses biens, notamment sur leur nombre et leur origine. Le fils de l’ancien Président de la République, fera à nouveau face aux gendarmes, jeudi prochain. D’autres anciens ministres ou Directeurs généraux de société du défunt régime, suivront les pas de Wade fils. En effet, même si pour le moment rien n’a filtré de ses auditions, des sources généralement bien informées, avec qui nous avons longuement échangé sur la question, nous renseigne que « ces personnalités présumées coupables sont dans de sales draps ». Et pour cause, rapportent nos informateurs, « bien avant qu’elles ne soient convoquées, une enquête a été menée discrètement, pour répertorier tous les biens des mis en cause. Et cette investigation a été menée avec la parfaite collaboration de certains pays dont la France et les États Unis ». Donc, dans la première phase de l’interrogatoire, le présumé détourneur doit revenir en détail sur la totalité de ses biens. Après cette étape, il sera convoqué à nouveau pour une confrontation, une comparaison sera faite entre ce qu’il a déclaré et ce que les enquêteurs ont trouvé au cours de leurs investigations. Le remboursement intégral ou la prison Nos sources, très au fait de cette affaire, soulignent également qu’une fois que leur preuves sur l’enrichissement illicite sont établis, le mis en cause n’a qu’une seule alternative, soit il rembourse ou bien il sera mis en prison.

Piccmi.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. oyster dit :

    La législation devrait obliger la publication des biens avant et aprés « l’usure du pouvoir » ,pour ne pas que ceci semble à un réglement de comptes comme ici !
    Sans préjuger de la situation dans ce cas , il reste que le senegal ne sortirait pas plus grand de mettre un ancien du régime en prison.
    ( on devrait en FRANCE prendre inspiration)

%d blogueurs aiment cette page :