Sénégal médias et Internet : le dilemme

Sénégal médias et Internet : le dilemme de certains journaux
presse

Au Sénégal, plusieurs journaux ont choisi d’être présent sur la toile tandis que d’autres préfèrent se limiter au papier. Ainsi si le Soleil, Sud Quotidien, Walf Fadjri, le Quotidien et l’Observateur ont des portails plus ou moins mis fréquemment à jour, le Populaire et le Témoin sont à la traine. Il ne dispose pas de portail internet et leurs articles sont difficilement trouvables sur le net. Pourquoi? Refus du progrès? Manque de moyens?
Qu’est ce qui peut justifier le refus de certains organes de
presse d’avoir « pignon sur le net » ? Cette interrogation taraude l’esprit de bon nombre de personnes mais elle trouve difficile une réponse. Or, les avantages ne manquent pas quand on décide d’être présent sur la toile. En plus des publicités qu’il génère, Internet permet d’avoir une plus grande audience notamment dans les zones ou les journaux ne sont pas distribués. Selon une source travaillant au populaire, «le journal était présent sur la toile en 2001 mais suite à une décision de la direction d’alors, ce portail a été supprimé. Mais, c’est un manque à gagner et un préjudice causé aux lecteurs qui peuvent trouver plus confortable de lire le journal en ligne». Toutefois confirme la même source, « la direction étudie la possibilité de créer un autre portail».
A en croire, le directeur de publication du journal « L’As», Thierno Talla «Internet est devenu incontournable car il amplifie notre visibilité et notre message. C’est un gage de sérieux. Il n’est pas sérieux de nos jours qu’un journal ne dispose pas de portail internet. De Kédougou à Matam, les sénégalais de l’intérieur peuvent nous lire instantanément. Cela permet
d’être connecté au monde. D’être partout». Pour la documentation, internet est
plus adéquat que les journaux que l’on conserve difficilement.
Dans certains sites de vieux articles peuvent être trouvés. En plus on peut y écouter la radio et accéder à d’autres services. Alors, restez connectez!

Mame Coumba Diop

Vous aimerez aussi...