LE SÉNÉGAL FACE AUX MUTATIONS PRÉOCCUPANTES DU CHAMP POLITICO-RELIGIEUX

Il y a, désormais, de la part d’une jeunesse désemparée, une libération assumée du discours ethniciste en plus d’un désaveu des leaders religieux de plus en en plus assimilés à la classe politique

Le Sénégal s’achemine vers des élections législatives de toutes les interrogations. Les périodes pré-électorales qui devaient être celles d’une respiration démocratique, sont, souvent, sous nos tropiques des moments d’anxiété. Voire un moment privilégié de satisfaction déguisée de toutes leurs envies refoulées de violences verbale, symbolique et physique. C’est à se demander, même, si « l’exception sénégalaise » tant vantée était en passe de se réduire en un simple slogan qui a subi l’œuvre du temps. Ou bien a-t-elle été, simplement, impactée par l’évolution d’une société qui, sans auto-critique, avait longtemps bâti sa réputation d’un pays « différent des autres » sur le socle d’un imaginaire nationaliste qui s’est toujours confondu à l’imaginaire religieux ?

Fin de l’exception ou simple mauvais virage ?

C’est justement, ce trait marquant de la société sénégalaise qui fait que toute évolution qui impacte l’évolution socio-politique ne peut épargner la sphère religieuse et vice-versa. Le fait est que cette dernière qui a été jusqu’ici considérée comme régulatrice éternelle au point de parler d’une « exception sénégalaise » n’est pas exempte des contradictions qui traversent cette société dite « profondément religieuse ».

La vague inouïe de violence politique a délié les langues et fait sauter les deux principaux tabous jusqu’ici entretenus comme le discours ethniciste et l’attaque ouverte contre les chefs confrériques qu’on croyait hors de propos. Signe d’une profonde mutation sur le landerneau socio politique sénégalais : des jeunes, à visage découvert, activistes ou se réclamant des rangs de l’opposition, invectives à la bouche, s’en sont pris aux chefs religieux confrériques sur les réseaux sociaux allant même jusqu’à leur dénier tout droit à l’expression sur la chose publique.

Sans y prêter l’attention due, il y a eu, ces deux dernières années, des signaux de conflictualités et de rivalité ouverte entre les confréries par prédicateurs interposés sur les grandes chaînes de télévisions, notamment, durant le mois de ramadan au point de causer un malaise général au niveau de leurs fidèles. Parfois, par prédicateurs interposés, les adeptes des deux plus grandes confréries, surtout pendant le mois du ramadan, se sont, ces dernières années, échangés des propos aigres-doux sur les réseaux sociaux dans une ambiance électrique lourde de risques n’eût été l’intervention d’acteurs issus principalement du Cadre unitaire de l’islam, des personnalités de la société civile et monde universitaire.

Après les chocs intra-religieux, le Rubicon ethniciste ?

A cette situation délétère, est venu se greffer le conflit désormais ouvert entre mouvances salafistes qui contrôlent les mosquées des deux principaux campus universitaires de Dakar et Saint-Louis et adeptes de confréries dénonçant un activisme wahhabite débordant jusque dans l’enceinte des capitales confrériques. Cette évolution préoccupante s’affirme dans un contexte où la fuite en avant des élites politiques – du pouvoir comme de l’opposition – devant les pressions des religieux, surtout, sur les droits des femmes et même les libertés académiques n’a jamais aussi criante depuis l’indépendance.

Mais la classe politique qui était un tant soit peu appuyée par une intelligentsia, aujourd’hui, terrorisée par les nouveaux « activistes du web » au point de démissionner du débat public piégé, est elle-même dans une phase inédite de perte de crédibilité et de légitimité.

L’autre tabou qui a sauté de manière inattendue est le « clivage ethnique », question qui jusqu’ici était entourée d’une épaisse enveloppe de pudeur qui empêchait au politicien ou au chercheur le plus téméraire de s’y prononcer même pour dénoncer des dérives. C’était une sorte de « limes », barrière infranchissable qui faisait que le Sénégal se targuait encore d’être une exception dans une Afrique que déchire l’ethnicisme depuis des décennies. Ailleurs sur le continent, les conférences nationales consécutives à la vague de démocratisation « forcée » avaient conduit à une décomposition tribale de l’espace politique alors que le Sénégal semblait, jusqu’ici, prendre une certaine hauteur républicaine. Mais, cela vole bien bas depuis quelques temps où pouvoir et opposition s’inscrivent dans une telle surenchère politique qui n’hésite même plus à surfer sur le régionalisme primaire. Lorsqu’il est reproché à l’opposant Ousmane Sonko d’accuser publiquement le Président Macky Sall de nourrir une « haine pour la Casamance », les communicants du leader de Pastef ripostent en postant sur les réseaux sociaux des propos attribués au président-candidat conditionnant l’investissement en Casamance aux votes en sa faveur. Le rubicon est-il désormais franchi ? Suite à la mort non encore élucidée d’un détenu proche de l’opposition, s’est tenue la première conférence de presse à connotation ethnico-communautaire de l’histoire du Sénégal en guise de protestation de la communauté Mancagne, originaire du Sud du pays. La messe est dite. A la suite des politiques, il y a, désormais, de la part d’une jeunesse désemparée, une libération assumée du discours ethniciste en plus d’un désaveu des leaders religieux de plus en en plus assimilés à la classe politique comme formant, ensemble, le cœur de ce qu’ils appellent « le système » dont il faudrait se débarrasser.

Islamo-nationalisme, le nouveau syndicat unitaire ?

Certes, on savait l’ingénieuse manie des hommes politiques sénégalais à compétir âprement dans la quête effrénée du soutien des religieux. Mais, ces dernières années, la démarche en est arrivée à l’émergence d’un populisme quasi-généralisé avec la montée d’un « islamo-nationalisme » poussant un célèbre défenseur des droits humains à parler d’une « extrême droite religieuse ». Une dictature rampante de la pensée unique dans ce pays qui, jadis, était plus connu par les voix de ses intellectuels qui continuent à rayonner plus à travers le monde que dans leur pays où les populistes semblent avoir pris le pouvoir dans l’espace politique et médiatique. Cette tendance a, même, facilité une curieuse alliance objective entre activistes religieux et « vieille gauche » qui trouve en cet islamo-nationalisme un puissant levier et une nouvelle trouvaille de contestation du « néolibéralisme » et de la « domination occidentale » à l’ère du souverainisme et du « sentiment anti-français » ambiant dans la sous-région.

Le paradigme de la fin des exceptions développé il y a quelques années, par le Timbuktu Institute, après la première attaque terroriste au Burkina Faso, longtemps considéré comme le dernier pays qui pouvait être un terreau du djihadisme, semble coller au contexte actuel du Sénégal. Ce pays voit sauter, de jour en jour, les derniers mythes qui alimentaient encore l’illusion d’une « exception » comme celui du « sénégalais naturellement non violent ». Le dénombrement des morts ne fait plus sursauter après les manifestations politiques les plus violentes depuis des décennies. La violence politique s’est durablement installée en tant que pratique pour, en plus de la fin des tabous et de l’exception, laisser la place à de grandes interrogations sur l’avenir d’une vitrine démocratique qui s’est bien craquelée au fil et à l’épreuve du temps et des mutations souvent refoulées mais de plus en plus inquiétantes.

Dr. Bakary Sambe est enseignant-chercheur au Centre d’étude des Religions, Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), Directeur Régional du Timbuktu Institute/seneplus.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Amba dit :

    Je viens de lire cet article depuis un pays lointain,dont je ne donne pas le nom pour ma sécurité, sous la même latitude, qui a connu guerre, génocide, et ce qui va avec, genre corrup*** XXL.

    Cet article, bien écrit, n’est pas à la portée de lecture de nombreux jeunes. Certains mots sont compliqués à comprendre.

    Après plus de 10 ans loin du Sénégal, j’y reviens. Le pays a bien avancé par rapport à d’autres.
    Maintenant, trop de jeunes ont besoin de formations et d’emplois, mais c’est possible…les toubabs partis en Asie veulent y revenir… certains touristes aussi. Il faut y croire ! Le Sénégal possède des avantages que d’autres pays n’ont pas. Ne pas faire peur aux touristes, qui parfois reviennent pour investir… Histoires vécues.

  2. oyster dit :

    Bonjour ,
    Une réflexion qui interpelle sur l’avenir ,et ceci sans concession .
    Bien rare de nos jours !
    Merci .

  3. issa gibb dit :

    Texte rare qui dénonce les mutations au Sénégal :
    le désespoir de la jeunesse et sa perte totale de confiance envers les religieux et des politiques qu’ils considèrent complices à les exploiter et les laisser dans la misère, sans espoir d’avenir meilleur
    la descente aux enfers de l’Islam radical wahhabite et salafiste qui se propage comme une trainée de poudre au Sénégal, dans les mosquées, dans les confréries jusqu’à dans les universités aux mains d’Associations Islamiques comme Jamra dirigée par le connard Islamiste Massamba Diop, ami personnel de l’Imam malien intégriste Diko qui a déboulonné le président malien Keita et prônait le rapprochement avec les Groupes Armés Terroristes (GAT) pour gouverner le Mali, ce qui a entrainé les 2 coups d’états militaires au Mali pour éviter ce scénario…
    Mais çà, on te l’apprend pas à l’école, ni dans les journaux…

    Oui, avec les pourris religio-politiciens complices qui ne font que se gaver sur le pauvre peuple et les salopes Islamistes qui sont entrain de cadenasser toutes les strates du pays : La Jeunesse Sénégalaise a de quoi perdre les valeurs et s’inquiéter pour l’avenir, ce qu’elle fait déjà en se révoltant régulièrement !
    Car l’horizon au Sénégal semble boucher pour 95 % de la population dans la survie journalière et toujours dans le commerce informel, rendant impossible l’émergence du pays qui s’enfonce en plus, dangereusement dans un Islamisme radical féroce et intolérant comme on s’enfonce dans la merde noire… In chà Allah !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :