LES QUOTAS CARBONE: UN SCANDALE INDUSTRIEL

« Le réchauffement menace la pêche au Sénégal »

« Dans le dernier numéro du Chasse-Marée, il y a un article sur la pêche de coquillages, pratiquée par des femmes, dans le delta du Saloum, au Sénégal. Cette activité est perturbée par le réchauffement climatique. Les coquillages sont plus petits et moins abondants. L’article apprend aussi qu’on a entrepris d’y replanter des mangroves, qui favorisent la reproduction des coquillages. Pour financer ces plantations, on a vendu des quotas de carbone à des industriels. Ainsi, pour continuer une activité traditionnelle, on a vendu aux industriels de quoi réchauffer le climat et perturber cette activité. De plus, les pêcheuses n’ont pas le droit d’accéder aux mangroves, qui, cerise sur le gâteau, consistent en une monoculture de palétuviers. L’article mentionne aussi que des pêcheuses ont refusé de participer à cette opération. »

Jean-Denis Gauthier/ouest-france.fr

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. oyster dit :

    Faire de l’argent en se servant de l’écologie comme excuse ,car en fait
    si les coquillages sont plus petits et moins abondants n’oubliez pas
    l’huitre et le plaideur ou le résultat est identique !….
    Le bénéficiaire n’étant pas le plaignant …………

    • Stephane dit :

      Greenpeace à bien des intérêts financier dans l’éolien , des moulins qui produisent 1 heure par jour , qui demandent des tonnes et des tonnes de béton pour pour leurs socles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :