LA GUERRE VUE D’AFRIQUE

La guerre en Ukraine suscite des réactions prudentes en Afrique

La Russie a entamé une invasion de l’Ukraine ce jeudi 24 février, unanimement condamnée par les pays occidentaux. Les réactions africaines sont timides. Seule l’Afrique du Sud fait exception.

Au soir de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, les réactions sur le continent africain étaient encore peu nombreuses. Le président de l’Union africaine Macky Sall et celui de la Commission, Moussa Faki Mahamat, ont tous deux exprimé « leur extrême préoccupation face à la très grave et dangereuse situation en Ukraine ». Ils appellent la Russie et tout autre acteur au respect du droit international, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine. Ils exhortent les deux parties à l’instauration immédiate d’un cessez-le-feu et à l’ouverture sans délai de négociations politiques.

L’Algérie, allié historique de la Russie, a simplement appelé ses citoyens sur place à faire preuve d’une extrême prudence sans se prononcer sur le fond.

Le président en exercice de l’Union Africaine et président du Sénégal, Macky Sall, et le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, expriment leur extrême préoccupation face à la très grave et dangereuse situation créée en Ukraine.

Ebba Kalondo, porte-parole du président de la commission de l’Union Africaine

La réaction la plus vive est finalement venue d’Afrique du Sud, où le conflit russo-ukrainien prend un tournant politique. Moscou est considéré comme un partenaire stratégique, membre tout comme Pretoria de la communauté économique des Brics. C’est aussi un allié de longue date de l’ANC, le parti au pouvoir, du temps où l’ex-URSS soutenait les mouvements de libération en Afrique australe. Peu engagé dans la résolution du conflit avant que la guerre n’éclate, le gouvernement sud-africain exige désormais le retrait immédiat des troupes russes en Ukraine.

Mais cette prise de position est jugée par certains trop tardive, rapporte notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson. Le responsable des questions internationales pour le parti d’opposition l’Alliance démocratique, Darren Bergman, regrette ainsi que le gouvernement ait fait preuve d’une si grande retenue jusqu’à présent. « Ils ont l’air d’avoir un sentiment d’infériorité face à la Russie. D’évidence, ils respectent leur partenaire des BRICS et restent disciplinés. On devrait plutôt faire jouer nos relations dans les Brics pour condamner la Russie dans les termes les plus vifs », estime-t-il.

L’Afrique du Sud dit respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays. En cela elle se range derrière l’Ukraine. Mais elle dit aussi qu’il faut trouver une solution diplomatique aux inquiétudes soulevées par la Russie. L’Afrique du Sud avance avec prudence.

« Ça va être compliqué pour l’Afrique du Sud de trouver le point d’équilibre. Avec ce communiqué, elle veut montrer qu’elle reste ferme sur ses principes, mais elle doit aussi protéger ses intérêts économiques et les liens entre la Russie et l’Afrique du Sud sont de plus en plus importants », estime Cayley Clifford, chercheuse à l’Institut sud-africain des affaires étrangères et spécialiste des relations Afrique-Russie.

L’ambassadrice ukrainienne en Afrique du Sud demande au gouvernement de prendre des sanctions contre la Russie. C’est peu probable. Elle-même reconnaît que ce serait une décision difficile à prendre.

RFI

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Stephane dit :

    Les forces spéciales Francaises devraient donner une leçon aux mercenaires Wagner , au Mali Et en Centre-Afrique

  2. Ivan dit :

    Il ne s’agit pas de mercenaires mais des forces spéciales russes. Ils ont gagné la première bataille, celle de la communication, en propageant un fort sentiment anti-français dans les peuples de la sous-région, ce qui rend inutile toute intervention militaire française. L’Afrique est à un tournant où les pays vont choisir ou subir au cas par cas entre Poutine, Erdogan ou Xi Jiping, bref, que du beau monde.

  3. Stephane dit :

    Ce sont de jeunes mercenaires Russes payés main à la main 2500 ou 3000 € par mois un excellent reportage est passé sur TV5 racontant leur quotidien

  4. Ivan dit :

    Effectivement, je me suis mal exprimé, ce sont des mercenaires, mais des mercenaires qui dépendent d’un état, en l’occurrence la Russie et dont le budget est assuré par le ministère de la défense russe. Ils sont présent aussi en Ukraine, en Syrie, à Madagascar… La seconde organisation pilotée par l’état russe est l’IRA qui s’occupe de propagande et de désinformation. Ils sont intervenu lors de l’élection de Trump et parmi leurs nombreuses missions figure la déstabilisation de la France en Afrique, action qu’ils mènent depuis plusieurs années.

    • Stephane dit :

      Souvenez -vous que Poutine les yeux dans les yeux à assurer à Macron ne pas être responsable de ces colonnes de mercenaires ou  » forces spéciales  » je pense que nos soldats qui sont largement supérieurs devraient leur donner une bonne lecon, j’espère de tout mon coeur queles Maliens et leurs représentants restent dans leur caca avec leurs nouveaux alliés Russes et que la France n’utilise plus l’argent des Francais pour entretenir ce pays d’assistés qui n’ont aucun respect pour les femmes , qu’ils continuent a se foutre dessus entre éleveurs et cultivateurs et à plonger leur fronts dans le sable le vendredi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :