ÉNERGIE: 64 MILLIARDS DE LA BM

Projet régional d’énergie de la Banque mondiale : Plus de 64 milliards pour le Sénégal

Dans le cadre du nouveau projet régional d’accès à l’électricité et de stockage de l’énergie par batteries, approuvé hier par le Groupe de la Banque mondiale pour 465 millions de dollars, environ 232,5 milliards de francs Cfa, le Sénégal devrait encaisser 129 millions de dollars, soit environ 64,5 milliards de francs Cfa.
La Banque mondiale octroie 129 millions de dollars, soit environ 64,5 milliards de francs Cfa, au Sénégal pour accroître l’accès à l’énergie et intégrer les énergies renouvelables dans son réseau.
Ce financement s’inscrit dans le cadre du nouveau projet régional d’accès à l’électricité et de stockage de l’énergie par batteries, approuvé hier par le Groupe de la Banque mondiale pour un montant total de 465 millions de dollars, soit environ 232,5 milliards de francs Cfa. Lequel permettra, selon un communiqué de la banque, «d’augmenter les raccordements au réseau dans les zones fragiles du Sahel, renforcer les capacités de l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la Cedeao (Arrec) et améliorer l’exploitation du réseau du système d’Echan­ges d’énergie électrique ouest-africain (Eeeoa), grâce à une infrastructure de stockage de l’énergie par batteries. Cette initiative novatrice ouvre la voie, à l’échelle de la région, à l’augmentation des capacités de production et de transport des énergies renouvelables, ainsi qu’à une hausse des investissements dans ce domaine».
Au cours de la dernière décennie, mentionne le document, «la Banque mondiale a financé près de 2,3 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures et les réformes en faveur de l’Eeeoa, une initiative considérée comme essentielle pour atteindre l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030 dans les 15 pays de la Cedeao. Ce nouveau projet s’appuie sur les progrès déjà réalisés et financera des travaux de génie civil pour accélérer l’accès en Mauritanie, au Niger et au Sénégal».
Sur ces 465 millions de dollars, la Mauritanie encaissera 90 millions de dollars. L’électrification rurale y sera ainsi «étendue grâce à la densification du réseau des sous-stations existantes. Ce qui permettra d’électrifier les villes de Boghé, Kaédi et Selibaby, ainsi que les villages voisins le long de la frontière sud avec le Sénégal». En outre, «les populations situées le long du fleuve Niger et dans les régions du centre-est du pays, vivant non loin de l’interconnexion entre le Niger et le Nigeria, bénéficieront également d’un accès au réseau, tout comme celles à proximité des sous-stations en Casamance (Sénégal). Les tarifs de raccordement au réseau seront partiellement subventionnés, limitant ainsi les coûts pour le million de personnes qui devraient en bénéficier».
Dialigué FAYE/lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stephane dit :

    Au 31 décembre quelqu’un serait capable de nous dire quelle somme représente pour un Sénégalais toutes ces aides, ces emprunts jamais remboursées, financements de toutes ces ONG et autres assos bidons, je ne ne parle pas de ce que le malheureux Sénégalais serait en droit de bénéficier je parle de tous ce gaspi , un jour un homme comme Issa devrait faire un article de référence à soumettre à tous nos politicards qui tous les jours serine et mentent effrontément au peuple Francais expliquant la tête haute que pour lutter contre l’immigration ; légale, illégale, politique, climatique, économique les occidentaux doivent financer encore et encore r ,rappelez vous le grand nigaud Edouard Phillipe qui voulait sucrer de 5 € les aides d’allocation logement réserver à nos étudiants

  2. oyster dit :

    Assez juste votre commentaire .
    et pourtant il serait logique de savoir le montant à titre indicatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :