BANQUES ET DIRECTIVES COVID

Coronavirus : Le secteur du tourisme lâché par les banques

Le secteur du tourisme, 2° ressource économique (7% du PIB) vit une crise sans précédent, non pas de la pandémie, mais des décisions et mesures prises pour y faire face et ce depuis un an.
Les frontières internationales sont rouvertes depuis le 15 juillet, mais l’union Européenne n’ayant pas ouvert son sol aux citoyens sénégalais, le gouvernement a pris la décision suicidaire d’appliquer la réciprocité. Résultat : les réceptifs tentent de survivre sans touristes. Mais la seule clientèle locale ne suffit pas.
Afin de soutenir le secteur, la BCAO (Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest) a donné instruction sur demande gouvernementale, de faire suspendre les échéances de prêts tant pour les entreprises que les salariés du privé impactés à compter de mars 2020 et ce jusqu’à la fin de crise. Cette suspension était finalement prorogée jusqu’au 31 décembre 2020
Or, durant cette période, de nombreux établissements n’ont pas appliqué cette directive, continuant de prélever les échéances pendant cette période.

Le propriétaire de l’hôtel « Cordons Bleus » situé à Ndangane Campement témoigne:
« Je suis personnellement client à la SGBS depuis 14 ans sans le moindre incident sur mon compte, mon établissement depuis 27 ans. J’ai un crédit investissement en cours sur 3 ans. Dès le mois de mars, j’ai sollicité la suspension de mes échéances, pour 3 mois renouvelable. Ma demande a été acceptée et devait prendre effet au 1° avril. Malgré cela, entre cette date et le 31 décembre, j’ai été prélevé de 3 échéances, la dernière en date, début décembre. J’ai écrit à plusieurs reprises en vain pour que les sommes soient recréditées.
Comme j’ai été indument prélevé pendant la période de suspension, j’ai demandé une nouvelle prorogation pour 3 mois à compter de janvier, pour aucun résultat.
Beaucoup de mes confrères ont vécu la même situation. Ils se moquent de la vie de nos entreprises et de nos employés. »
Le secteur du tourisme déjà à terre n’avait pas besoin de cela.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *