TOURISME: GARGARISME MINISTÉRIEL

Saly-Portudal : Alioune Sarr évoque l’impact de la récupération des plages

Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, a estimé que la récupération et la protection des plages de la station balnéaire de Saly-Portudal (Mbour, ouest) aura un impact important sur les activités touristiques.
’’La récupération et la protection des plages de Saly-Portudal aura un impact important d’abord sur les touristes. Cela veut dire que le consommateur, le touriste local mais également étranger va être aujourd’hui attiré par la plage. Mais également, pour les investisseurs dont l’une des grandes demandes exprimées lors du salon Top Reza à Paris l’année dernière, était la récupération des plages’’, a-t-il dit.
S’exprimant, vendredi, au terme d’une visite, pour constater l’état d’avancement des travaux de restauration des plages de cette station balnéaire, en cours de finalisation, M. Sarr a déclaré qu’il y a des investisseurs dans le secteur touristique, hôtelier notamment, qui vont revenir pour réinvestir dans la zone.
’’Si nous combinons ces éléments et la stratégie du tourisme et des transports aériens qui est en train d’être mise en œuvre et l’excellent travail fait par l’Agence sénégalaise de promotion touristique (ASPT) pour attirer les sénégalais vers les destinations du pays, nous pouvons considérer qu’avec ce travail, fait à Saly, nous sommes dans une excellente dynamique pour (…) faire du tourisme, le levier essentiel pour notre économie’’, a-t-il ajouté.
Les travaux seront livrés en décembre prochain, a t-il a fait savoir, saluant ’’un investissement extrêmement important’’.
’’Et il faut que les Sénégalais soient informés de cet important investissement qui est une réponse à l’appel du secteur privé national pour récupérer mais surtout, protéger les plages de Saly-Portudal’’, a encore dit Alioune Sarr.
Le ministre a invité les différentes parties prenantes à voir la meilleure formule qui permet d’assurer un suivi mais également, une maintenance et un entretien des infrastructures.
Il a vanté les potentialités touristiques du pays, citant la réserve de Fatalah, Saly-Portudal, Cap-Skiring, Saint-Louis, Kédougou, les sites mégalithiques du Saloum.
’’Donc, je voudrais réitérer cet appel que je lance à tous nos compatriotes pour qu’ils puissent soutenir le secteur touristique qui est un secteur transversal, qui entraine beaucoup d’autres secteurs : économie maritime, horticulture, élevage, artisanat, etc’’, a t-il dit.
ADE/OID/APS

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Cricri81 dit :

    Si vous ne laissez pas les touristes européens revenir vos investissements ne servent pas à grand’ chose!!!!

  2. Yvesbzh dit :

    Plus C.. que lui ,tu meures !!!
    La méthode Coué , n’est pas la solution
    La solution, ils la connaissent depuis longtemps !!
    Mai fierté mal placée oblige.
    Restez avec touristes locaux !!!
    Vous ne nous méritez pas !!!

  3. Galips dit :

    Un peu de patience, comme l’a dit la chtarbée de Cabanac, Béatrice BRUN, avec l’Akon city les américains vont venir « en masse ».

  4. Reginald GROUX dit :

    Depuis vingt ans, une succession de ministres du tourisme plus incompétents les uns que les autres. Voilà la véritable raison du marasme du tourisme au Sénégal. A quand un vrai professionnel ou un ministre qui sache s’entourer de véritables professionnels ? Pour le moment, on privilégie la famille, les copains et l’incompétence.Le musée Mahicao, connu à l’International et qui a été consulté par l’Assemblée Nationale Française sur le problème des restitutions, n’est toujours pas connu du ministère du Tourisme, pas plus que de celui de la Culture. C’est le plus important site culturel du Sine Saloum, mais on l’ignore, sans doute parce qu’il a été fait par un Blanc, et que ça doit en déranter certains, et à juste titre, vu son succès croissant. Incompétence et mauvaise foi, voilà la gestion du Tourisme (et de la Culture) au Sénégal… Et pendant ce temps-là, le ministre qui n’a pas encore compris que les plages resteraient vides, prononce des discours écrits par un mauvais élève de troisième. On se demande comment on a pu réussir ce grand chelem de ministres incompétents depuis la magistrature de Wade, ça restera sans doute un grand mystère dans l’histoire du tourisme au Sénégal.

  5. le chaman dit :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi, Réginald, je trouve au contraire que ce ministre, Alioun Sarr, est un type exceptionnel, un surdoué de la mauvaise foi, le maître du mensonge, le meilleur dans la catégorie méthode Coué, un artiste pour éponger le budjet déplacements, hôtellerie, et agapes en tout genre et tout lieux. Bref,un de nos meilleurs incapables à ce poste de ministre du tourisme et des avions.
    L’article, vous l’aurez tous remarqué, ne mentionne absolument pas qui a financé cette réalisation, remarquable par ailleurs, ni l’entreprise qui a réalisé les travaux, car à l’entendre, on a comme l’impression que c’est lui, ou plutôt le Sénégal qui finance et réalise.
    Je m’envais vous dire ça après avoir été consulter le panneau fixé à l’entrée de l’hôtel « les Cocotiers « 

  6. le chaman dit :

    Le financement a été assuré par la banque mondiale, l’entreprise chargée des travaux: Van Oord, pour 10 brise-lames et 6 Epis. Rechargement en sable sur 4,5km. Le montant de l’ouvrage n’est pas indiqué.
    La physionomie de l’endroit est vraiment changé ,on vois que pour une fois ce n’est pas des bras cassés qui ont travaillé. Félicitations à l’entreprise (qui ce faisait payer au cul du camion )On ne sait jamais.

  7. Giorgi dit :

    Je suis désolée de constater que la plage de Saly Niakhniakhal est délaissée au détriment des hôtels Nous avions une belle plage de sable et avons récupéré des cailloux et l océan est inaccessible pour tous Un collectif s est créé pour améliorer « cette route »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :