LA CASAMANCE CHERCHE DÉSESPÉRÉMENT DU TOURISME INTÉRIEUR

Un « package abordable » proposé pour développer le tourisme domestique

Air Sénégal, la compagnie aérienne nationale du Sénégal, a signé une convention de partenariat avec l’Agence sénégalaise de promotion touristique (ASPT) et un réceptif hôtelier basé à Cap-Skrring (Ziguinchor, sud), en vue d’offrir « un package abordable » de nature à encourager les Sénégalais à pratiquer le tourisme domestique.
« Nous avons procédé à la signature d’un partenariat entre Air Sénégal, l’ASPT et un réceptif hôtelier basé dans la zone de Cap-Skrring pour établir une offre packagée avec le billet d’avion, les frais de séjour au Cap-Skrring en vue d’encourager le tourisme local », a indiqué le ministre du Tourisme et des Transports aériens.
Alioune Sarr a présidé la cérémonie de signature de ce partenariat, dans le cadre de la tournée qu’il a effectuée vendredi dans les sites touristiques de la Casamance, pour les besoins de la promotion du tourisme domestique.
Le ministre, accompagné des responsables de l’Agence sénégalaise de promotion touristique, de la SAPCO (société d’aménagement et de promotion des zones touristiques), des autorités administratives et locales ainsi que d’autres acteurs du secteur.
Alioune Sarr a notamment visité l’île de Karabane, celle des oiseaux et l’île d’Efrane, qui font partie des destinations touristiques les plus attractives de la Casamance.
Plusieurs réceptifs hôteliers ont été également visité dans la zone de Cap-Skrring, mais aussi à Ziguinchor où le ministre du Tourisme a échangé avec les artisans, les guides touristiques et d’autres acteurs de la chaine de valeur touristique.
Il a appelé les hôteliers sénégalais à s’inspirer de ce partenariat « pour que nous puissions disposer dans toutes les destinations touristiques du pays d’offres comprenant le billet d’avion et les frais de séjour ».
« J’ai sensibilisé tous les hôteliers de Cap-Skrring pour qu’ils puissent faire partie de ce partenariat. Le tourisme domestique est une voie obligée pour l’ensemble des acteurs. La maladie du Covid-19 nous a enseignés que chaque pays doit compter sur ses propres forces et ressources internes », a indiqué Alioune Sarr.
« Nous invitons tous les compatriotes à venir au secours du secteur touristique. Les Sénégalais gagneraient même à visiter les sites touristiques du pays pour bénéficier de la qualité culturelle qu’offrent nos sites historiques », a-t-il plaidé.
MTN/BK/aps

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Ceci s’appelle du négationnisme , ce refus de voir la réalité en face, Et d’admettre que le seul moyen de sauver le secteur du tourisme passe par le retour des étrangers.
    Le tourisme local ne sauvera ce secteur du désastre actuel ,peu de Sénégalais ont les moyens De s’offrir des vacances leurs préoccupations étant principalement d’affronter le quotidien
    Il faut parfois savoir reconnaître ses erreurs et mettre sa fierté dans sa poche avec son mouchoir par dessus

  2. Bernard dit :

    Chaque semaine, un journaleux écrit un papier sur l’AIBD, sur M’Bour ou la Casamance.
    La vérité c’est que les marabouts-imams ne veulent pas d’étrangers au Sénégal pour pouvoir continuer à gouverner (piller + violer + voler + etc) et cela sans témoin étranger. Comme ils tiennent le Président et les Ministres par les c……. rien ne va changer ces prochaines années pour le tourisme et les talibés. Pauvre peuple sénégalais, asservi et spolié.

  3. trevidic dit :

    Pourquoi voulez vous aller en CASAMANCE aujourd’hui ?
    Dans la mesure ou le touriste risque au minimun de se faire dévaliser , voir beaucoup plus !
    Le paysage est magnifique ,et, l’ensemble de la population sympathique .
    Seul les habitants peuvent résoudre d’une façon ou d’une autre la sécurité , avec ou sans le
    concours de DAKAR.

  4. AlphaD dit :

    Un article une fois de plus bien sybillin : « un accord avec UN réceptif hôtelier » Ce n’est pas UN réceptif qui va changer la donne. Ne serait-il pas plus intéressant de savoir quel réceptif ? Air Senegal va au mieux envoyer 50 touristes par jour. Rien du tout donc. Si cela se concrétise, après quelques mois, Air Sénégal va stopper cette hémorragie en raréfiant les rotations puis en oubliant définitivement par manque de rentabilité.
    C’est le genre d’annonce pour faire taire les plouks. On se déplace en bande pour faire sérieux, mais on n’y croit pas beaucoup. C’est un peu comme l’esclavagiste qui oblige ses esclaves à manger ce qu’ils produisent ou encore se chatouiller pour se faire rire.
    Je fini par penser que ces « responsables » parachutés par je ne sais quel miracle sont finalement totalement déconnectés de la réalité, ignorant que leur bonne survit avec 25 ou 50.000 francs par mois, ignorant le prix du 4×4 ou du logement mis à leur disposition…
    Trente ans, quarante ans que la Casamance va mal. La Casamance est enclavée : deux bateaux par semaine quand ils ne sont pas en panne ou ne font pas naufrage, quelques petits avions sur Dakar ou Banjul, quand ils ne se crashent pas, des routes peu sûres en passant par la Gambie complètement corrompue, des bandes d’indépendantistes ou de voyous un peu partout. N’est-ce pas finalement un tableau bien sombre ? On va faire appel à la générosité des Sénégalais du Nord : ils sont tellement riches, eux. Enfin… oui les parachutistes et les amis des parachutistes : ça fait un peu de monde. Un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :