ENFIN TERMINE!

«L’Echangeur de l’émergence» : un ouvrage 100% sénégalais, selon le chef de l’Etat

a4d4feda555f650d98d4431037e244f7.jpg

Le président de la République, Macky Sall, a procédé à l’inauguration de l’Echangeur de l’émergence. Cet ouvrage qui a couté 7 milliards de francs CFA devrait constituer une fierté nationale car, étant le premier ouvrage réalisé, de sa conception à sa finalisation, en passant par son financement, par le Sénégal.
«L’ouvrage que nous inaugurons aujourd’hui n’est pas seulement symbolique que par son nom. L’Echangeur de l’émergence c’est surtout le symbole par la dimension stratégique qu’il revêt dans le dispositif d’amélioration de la fluidité du trafic à Dakar », a déclaré le chef de l’Etat lors de son discours inaugural de cet échangeur érigé sur le lieu qui abritait le «Pont Sénégal 92».
Se penchant sur les caractéristiques de l’ouvrage, le président Macy Sall informe que : «l’Echangeur de l’émergence est le premier ouvrage du Sénégal réalisé en 2×3 voies pour un coût total de plus de 7 milliards de francs Cfa. En plus du pont, les travaux comprennent un dispositif d’éclairage adéquat pour la sécurité des usagers et des riverains ; 5 km de bretelles, un système d’assainissement de collecte et de drainage des eaux vers le bassin stockage. Ce système sera complété bientôt par l’Onas afin de régler définitivement le problème des inondations qui affectent ce site depuis déjà plusieurs décennies»
Cet échangeur est de l’avis du président Macky Sall, le premier ouvrage réalisé du début à la fin par des Sénégalais, et financé par le Sénégal. Ce qui devrait faire de lui l’une de nos plus grandes fiertés.
Les travaux qui ont généré plus de 300 emplois directs ont démarré en mars 2015 et ont été achevés avant les délais prévus de 16 mois, malgré les contraintes liés au développement et au déplacement des réseaux concessionnaires dans la zone. Et en dépit de la complexité des travaux, cet ouvrage a été entièrement conçu par des ingénieurs sénégalais de l’Ageroute, cet ouvrage a été réalisé par une entreprise sénégalaise; cet ouvrage dont l’étude a était faite par les Sénégalais mais aussi dont le bureau de contrôle est sénégalais. Cet échangeur a été entièrement financé par les ressources du budget de l’Etat. C’est donc un projet totalement autonome».
Pressafrik

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. jpc dit :

    merci pour cet article , mais si l’ on ne sait pas où c’ est : je joins un autre article qui situe cette oeuvre Le président Sénégalais, Macky Sall, a inauguré, ce samedi, l’échangeur de l’émergence situé à cheval entre les quartiers de Grand Yoff, d’Hlm Grand Yoff, de Patte d’oie et de Grand Médine. Construit en 16 mois, cette infrastructure située au cœur de la banlieue dakaroise, est calibrée pour durer 300 ans et a coûté un peu plus de 7 milliards de Fcfa.
    Cet ouvrage va améliorer très sensiblement la mobilité urbaine dans cette zone au trafic particulièrement dense. En effet, le pont a une longueur de 50 mètres avec une chaussée 2×3 voies de 10,75 mètres de large et deux trottoirs de 1,25 mètre de large chacun en plus d’un terre-plein central séparant les deux voies. Si on y ajoute le plan d’assainissement, l’éclairage public et l’aménagement paysager, on disposera d’une infrastructure à la touche moderne.
    La construction de cet échangeur entre dans le cadre plus global d’une politique de désenclavement urbain de Dakar décidée par le chef de l’Etat à travers le Pse. Au-delà de cet échangeur, c’est l’ensemble de la route des Niayes du rond-point de Liberté jusqu’à Malika qui est concernée par ces travaux pour des marchés d’un montant total de 110 milliards de Fcfa.
    Le président de la République, Macky Sall en a profité de cette inauguration pour titiller ses adversaires politiques en déclarant qu’une telle infrastructure ne peut être construite par « un nullard ». Une manière pour lui de répondre aux critiques sur son bilan. « Quand je prenais le Sénégal en avril 2012, la croissance économique était de 1,7 %. Nous sommes partis avec moins de 200 milliards de Fcfa, nous avons travaillé. Aujourd’hui nous avons un taux de croissance de plus de 6 % et tous les clignotants sont au vert », a-t-il lancé. Tout e appelant les Sénégalais au travail et à laisser « les amusements » car la campagne électorale n’a pas encore sonné.
    Pape Jean Guèye

  2. issa gibb dit :

    Si les sénégalais ont construit ce pont-échangeur, sans aucune aide extérieure, même financière. C’est très très bien, qu’ils se prennent en mains ! Indépendance, prend son sens !

  3. REVOL dit :

    DOMMAGE qu’il n’est pas pu prendre en charge l’aéroport de DIASS , avec des délais respectés cela ferait plus de 6 ans qu’on se poserait sur ce nouvel aéroport.

  4. j dit :

    qu’il n’est pas pu prendre en charge l’aéroport de DIASS , avec des délais respectés cela ferait plus de 6 ans qu’on se poserait sur ce nouvel aéroport pour les touriste Belges et la route de Mbour…!!!.???

  5. Alain dit :

    sont plus malins qu’à Saly, ils ont pensé au système d’assainissement de collecte des eaux de pluies, eux !!!!

  6. Alain dit :

    sont plus malins qu’à Saly, ils ont pensé au système d’assainissement de collecte des eaux de pluies, eux !!!!

  7. rico dit :

    En fait, le quartier et ses environs sont une cuvette submergée à chaque pluie…pas difficile

  8. rico dit :

    Ce qui me tue dans ce pays, c’est qu’on ne pense qu’à la bagnole !
    Pas d’ouvrage piétons à des endroits critiques (Yoff Tonghor) par exemple. Conséquence, un mort par jour, le plus souvent.
    Je cite celui-là, parce que, un des plus meurtriers. Mais le manque est criant…
    Faudra combien d’années ? pour qu’on intègre le facteur ?
    Bon, « y a plus de pognon », mais est-ce une excuse ?

  9. eddy dit :

    C est pas faute de leur en donner,on arrete pas!!! et en France on nous serre la ceinture,va comprendre charles…

  10. oyster dit :

    Pour obtenir un résultat durable, il faudrait de la discipline ….
    alors pour celui qui connait la circulation dans ce pays!

%d blogueurs aiment cette page :