Près de 60 milliards contre la maladie

Lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose: Le Fonds mondial accorde 59,5 milliards de FCfa au Sénégal
d55f5cd6e31f7f3751bb5e680b4c57db.jpg
Le Sénégal vient de bénéficier d’un financement de 124 millions de dollars du Fonds mondial pour les trois prochaines années (2014-2016), soit 59,5 milliards de FCfa, afin de poursuivre la croisade contre le Sida, le paludisme et la tuberculose et réduire davantage leur prévalence.
Le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme redonne espoir aux personnes touchées par ces maladies. Il vient d’octroyer un financement de 124 millions de dollars, soit 59,5 milliards de FCfa, au Sénégal, pays qui s’est distingué, ces dernières années, par de bons résultats dans le cadre de la lutte contre les pathologies susmentionnées. Selon Francesco Moschetta, gestionnaire de portefeuille de l’Afrique de l’Ouest et du centre, 60 millions de dollars seront affectés à la lutte contre le paludisme, 48 millions de dollars pour la croisade contre le Vih/Sida et 14 millions de dollars dans le combat contre la tuberculose pour le compte du Sénégal.
Le gestionnaire informe que les fonds seront disponibles au courant de l’année. Le Programme national de lutte contre le paludisme sera financé au mois de mai, alors que le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) et le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt) recevront leur enveloppe en juin 2014.
Le Fonds mondial a ainsi dégagé un montant total de 16 milliards de dollars Us pour plusieurs pays et ce, pour les trois prochaines années. Cette aide enregistre une augmentation de 20 %, en dépit de la crise financière qui touche beaucoup de pays africains. Ceux de l’Afrique de l’Ouest et du Centre recevront 4,58 milliards dollars de l’enveloppe globale, représentant 31% de l’allocation mondiale. Ce décaissement a connu une hausse de 64% par rapport au financement de 2010-2013.
Ces informations ont été données, avant-hier, à Dakar, par les responsables du Fonds mondial de la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme qui ont rencontré la presse au terme d’un atelier international organisé dans la capitale sénégalaise. Ce financement aidera à engranger d’autres acquis dans la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Il va couvrir 85% des besoins en diagnostic et en soins. Selon un document remis à la presse, ces montants sauveraient 5,8 millions de vies supplémentaires.
Toutefois, pour être éligible à ces financements, les gouvernements doivent donner leurs contributions en fonction de leurs capacités. « Les pays à faibles revenus doivent financer la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme à hauteur de 5 % au minimum. Les pays qui ont plus de ressources financières sont priés de contribuer à 30 %, voire 40 % », a indiqué Tina Draser, manager régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Elle a ajouté qu’un pays comme le Sénégal doit démontrer au Fonds mondial qu’il contribue à hauteur de 5 % au minimum. « La contribution de chaque pays est le ticket d’entrée pour bénéficier du financement, parce que nous voulons que chaque Etat contribue à la lutte contre ces maladies afin de nous aider à assurer la durabilité des programmes. Le Fonds mondial ne peut pas prendre en charge à 100 % le financement », a signalé Mme Draser. Le directeur régional de l’Onusida pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr. Mamadou Diallo, qui a pris part à cette conférence de presse, a salué la générosité du Fonds mondial à l’endroit des pays africains. « Ce financement nous permettra de réduire davantage la prévalence de ces maladies et améliorer les conditions de vie des patients », a-t-il soutenu. Quant au manager régional de l’Afrique Centrale, Ronald Tran-Ba-Huy, il s’est félicité  des acquis obtenus tout en faisant un plaidoyer pour leur maintien.
Eugène KALY
DR. MAMADOU DIALLO, DIRECTEUR REGIONAL DE L’ONUSIDA POUR L’AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE: « LES PERFORMANCES EXPLIQUENT L’AUGMENTATION DU FINANCEMENT »
L’augmentation du financement des programmes de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose par le Fonds mondial est due aux bons résultats obtenus par les pays africains qui ont considérablement réduit la prévalence de ces maladies. Faisant le point, le directeur régional de l’Onusida pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr. Mamadou Diallo, a révélé que les nouvelles infections ont connu un recul de près de 38 %. « Mieux, de 2005 à 2013, le nombre de décès liés au Sida a baissé de 34 %. Pendant la même période, nous avons connu une réduction de 53 % du nombre d’enfants qui naissent avec le virus du Sida de mère infectée. Cela veut dire que les  programmes de prévention, en particulier en direction des femmes, des filles et des jeunes, ont bien fonctionné puisqu’ils ont permis de protéger nos populations contre cette pandémie », a-t-il  assuré.
Dr. Diallo a ajouté que les programmes du Sida des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ont mis un nombre important de personnes vivant avec le Vih/Sida sous traitement (Arv). Dans ces régions, en 2005, ce nombre est passé de 8.000 malades à près de 2 millions. Des performances qui ont encouragé et motivé le Fonds mondial à augmenter les financements.
E. KALY/Lesoleil

Vous aimerez aussi...