Dakar-Bamako, une formalité…

Corridor routier DAKAR-BAMAKO « allégé »

5599606-8351727.jpg

Le transit routier inter-Etats (Trie) sur le corridor Dakar-Bamako démarre dimanche prochain après plusieurs reports.

Le Transit routier inter-Etats (Trie) va apporter un gain de temps considérable au profit des transporteurs de la zone Cedeao, à en croire le vice-président de la Chambre de commerce de Dakar, docteur Daouda Thiam. Les véhicules agréés effectuent le trajet sans rupture de charge, le délai de route étant de sept jours. Le moyen de transport utilisé, en l’occurrence le véhicule ou le conteneur, doit être préalablement agréé par la direction des Transports routiers et sera matérialisé par la délivrance d’un macaron unique et d’un

certificat d’agrément. Ce régime douanier permet de transporter toute marchandise en suspension des droits et taxes, d’un bureau de douane d’un Etat membre de la Cedeao à un bureau de destination d’un autre Etat membre, sous le couvert d’un document unique appelé carnet Trie.

Selon le commandant Abdou Faye, chef du bureau de la Coopération internationale à la Direction générale des douanes, sa mise en œuvre appelle l’intervention de plusieurs acteurs comme la direction des Transports terrestres, la Chambre de commerce de Dakar, les transporteurs, etc. Les marchandises, en transit, importées et destinées au Sénégal ou au Mali sont régies par le Trie. Par contre, le bétail, le coton et les marchandises qui empruntent la voie ferroviaire, sont exclus du régime Trie. Le plombage et le scellement électronique du véhicule sont obligatoires. Les formalités en cours de route sont réduites au strict minimum après scellement du véhicule.

Le long du corridor Dakar-Bamako, seuls deux points de contrôle par pays sont désormais reconnus. Ces points sont à Diamniadio et Kaffrine au Sénégal et à Kayes et Kati au Mali. La police, la gendarmerie, la douane et les eaux et forêts sont appelées à se regrouper à ces deux endroits pour effectuer leurs opérations de routine. Les deux axes routiers du corridor sont le tronçon Dakar-Diamniadio-Kaffrine-Tambacounda, Kidira-Diboli-Kayes-Kati-Bamako et la route du sud Dakar-Tambacounda-Kédougou-Saraya-Kéniéba-Kati-Bamako. Par ailleurs, l’escorte douanière est obligatoire pour des produits sensibles à la fraude comme le sucre, les huiles végétales, le double concentré de tomates, les cigarettes, les produits pétroliers, les piles électriques, etc.

Mamadou Lamine DIATTA

Vous aimerez aussi...