Violences à Dakar

un mort par balle à Dakar dans des violences politiques

manifestation-dakar-police-17-mars-2011.jpg

Un homme a été tué par balle jeudi à Dakar dans des violences politiques entre partisans du pouvoir et de l’opposition, a-t-on appris de sources concordantes à la veille d’importants rassemblements politiques prévus vendredi dans la capitale sénégalaise.

« Il y a bien eu un mort par balle », à la suite d’un incident entre opposants et partisans du pouvoir dans un quartier de Dakar, a déclaré à l’AFP Alioune Tine, président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), information confirmée par le Parti socialiste (PS, opposition).

« Je m’incline devant la mémoire de celui qui est décédé. Il y a eu un bras armé, très haut placé qui a commandité » cette violence, a affirmé la porte-parole du Parti socialiste (PS), Mme Aïssata Tall Sall.

Un responsable de la police à Dakar, interrogé par l’AFP, a confirmé cet incident. « Il y eu un mort, une personne blessée mortellement au thorax », a-t-il dit sous couvert de l’anonymat.

Selon Mme Sall, « cinq (véhicules) pick-up, remplis de nervis » du pouvoir qui ont attaqué la mairie du quartier de Sicap-Mermoz, dirigée par le responsable de la section jeunes du PS, Barthélémy Dias. Ce dernier a été cité par des médias comme l’auteur de coups de feu.

Selon la porte-parole du PS « le maire (Barthélémy Dias) était en état de légitime défense » face aux assaillants. Elle a annoncé une « plainte pour tentative d’assassinat » contre les auteurs présumés de l’attaque menée par les partisans du président Abdoulaye Wade contre la municipalité de Sicap-Mermoz.

Aucun responsable du parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) n’était immédiatement joignable.

Cet incident survient à la veille de deux rassemblements prévus vendredi à Dakar, un des partisans du président Wade et un du Mouvement des forces vives du 23 juin (M23), coalition de partis et d’organisations de la société civile opposés à la candidature de Wade en 2012.

La coalition au pouvoir, menée par le PDS, organise un congrès d’investiture du chef de l’Etat comme candidat à la présidentielle de 2012, suivi d’un meeting.

Le M23 a de son côté prévu un « congrès du peuple pour dire non à un troisième mandat anti-constitutionnel de Wade ».

La candidature du président Wade, officiellement âgé de 85 ans, alimente la polémique depuis plusieurs mois au Sénégal.

Le chef de l’Etat, qui s’est déclaré certain de sa victoire au premier tour, a été élu la première fois en 2000 pour sept ans, réélu en 2007 pour cinq ans après une réforme constitutionnelle en 2001 qui a institué un quinquennat renouvelable une fois. En 2008, le septennat a été rétabli.

Pour l’opposition, il a déjà épuisé ses deux mandats légaux mais pour ses partisans, le décompte doit se faire à partir de 2007, sur la base de la nouvelle Constitution de 2001.

L’opposition n’a pas réussi à s’entendre sur un candidat unique et plus de vingt candidatures ont d’ores et déjà été annoncées pour ce scrutin de 2012, dont le premier tour est prévu le 26 février.

Outre M. Wade, plusieurs barons de la politique sénégalaise sont candidats: les anciens Premiers ministres Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, le leader du PS, Ousmane Tanor Dieng, et les ex-ministres des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio et Ibrahima Fall.

La liste définitive des candidats retenus doit être publiée fin janvier par le Conseil constitutionnel.

APS

Arrestations, intimidations et confiscations

tous azimuts de la police à Dakar

Arrestations, intimidations et confiscations tous azimuts de la police à Dakar

Toutes les sérigraphies du Sénégal sont actuellement prises d’ assaut par la Police pour leur interdire de confectionner des tee-shirts pour des formations politiques de l’ opposition ou des mouvements citoyens tel que le M23.

Seuls les tee-shirts du PDS (Parti Démocratique Sénégalais) sont acceptés par la police.

Plusieurs arrestations tous azimuts sont actuellement opérés partout à Dakar, la Police fait de descentes inopinées chez des personnes soupçonnés d’ avoir des relations avec les leaders de

l’ opposition, ou des mouvements citoyens.

A quelques heures de l’ investiture de  Wade et du congrès du M23, la population Dakaroise est dans le désarrois totale.

IBRAHIMA CAMARA

Vous aimerez aussi...