Forces armées Françaises

Sénégal: "pas le dernier pays à maintenir une base française en Afrique"

militaires_francais

DAKAR – Le Sénégal "ne sera pas le dernier pays à maintenir une base (militaire) française en Afrique", a affirmé vendredi à Dakar le président sénégalais Abdoulaye Wade.

 

Interrogé par la presse, en marge des cérémonies en hommage aux Tirailleurs sénégalais, sur le devenir de la base militaire française de Dakar, il a répondu: "Je ne sens même pas la présence française ici".

 

"Si le Gabon et Djibouti disent qu’ils ne veulent pas de ces bases, je peux vous assurer que le Sénégal ne sera pas le dernier pays à maintenir une base française en Afrique", a-t-il déclaré à plusieurs journalistes.

 

"Il ne peut pas y avoir d’agressions extérieures, j’ai beau réfléchir, je ne vois pas qui peut agresser le Sénégal", a-t-il souligné.

 

"Et "les accords de protection du chef de l’Etat ou de gouvernement, personnellement, je n’en ai pas besoin. Si cela existe, il faut les supprimer. Je suis suffisamment protégé par mon armée", a-t-il poursuivi.

 

Le président Wade s’était déjà dit, cette semaine, "prêt à annuler l’accord de défense entre la France et le Sénégal", dans la perspective de la renégociation de tous les accords militaires de la France en Afrique, annoncée en février par le président Nicolas Sarkozy.

 

Interrogé dans l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur sur cette annonce, M. Wade avait estimé que c’était "une très bonne chose".

 

"Il y a les accords de protection qui prévoient une intervention en cas de menace intérieure ou extérieure contre un régime. Ces accords sont secrets. Et il faut en finir, que les choses soient claires", avait déclaré le président sénégalais.

 

Quelque 9.000 soldats français sont déployés au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Tchad, en Centrafrique et à Djibouti. Des accords lient également la France au Togo et aux Comores.

 

La France et le Sénégal sont liés par un accord de défense depuis 1974, et quelque 1.200 soldats français sont "pré-positionnés" à Dakar dans le cadre des Forces françaises du Cap Vert (péninsule de la région dakaroise).

 

Interrogé par l’AFP à ce sujet le secrétaire d’Etat français à la Défense et aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel, a répondu: "au Sénégal, j’ai compris par les propos du président Wade et par la discussion que j’ai eu avec lui que nous étions dans un climat parfaitement serein et amical".

 

"C’est un sujet sur lequel, je crois, il n’y a pas de difficultés", a-t-il précisé, après avoir assisté à Dakar aux cérémonies en hommage aux Tirailleurs sénégalais.

 

Un chargé de mission français, l’ambassadeur itinérant François Ponge, était mercredi à Dakar pour évoquer avec le Sénégal la renégociation des accords de défense entre les deux pays. Il a refusé tout entretien avec la presse.

AFP

Vous aimerez aussi...