PLUS DE 1000 MENDIANTS NIGERIENS RENVOYES A NIAMEY

Sénégal : au moins 580 Nigériens qui mendiaient à Dakar, déjà rapatriés dans leur pays

Plusieurs centaines de migrants nigériens qui mendiaient dans les rues de Dakar et dont la situation révélée par un reportage télévisé au Sénégal a fait grand bruit, ont été rapatriés dans leur pays dans la nuit de vendredi à samedi, rapporte l’AFP. Le vol, affrété par le gouvernement nigérien, qui comptait 580 personnes dont beaucoup d’enfants, est arrivé à 01H20 (00H20 GMT) à l’aéroport de Niamey. « L’image de notre pays est traînée dans la boue, c’est pourquoi le gouvernement veut prendre ce phénomène à bras le corps », a déclaré le ministre nigérien de l’Intérieur, Hamadou Adamou Souley, au pied de la passerelle de l’avion. Le président nigérien Mohamed Bazoum avait convoqué en début de semaine une réunion « sur le phénomène de la mendicité ».

« Le gouvernement de la République du Niger a appris avec stupéfaction la présence dans les rues de Dakar au Sénégal de plusieurs centaines de ressortissants Nigériens s’adonnant à la mendicité », avait déclaré mardi le porte-parole du gouvernement Tidjani Idrissa Abdoulkadri, dans un communiqué lu à la télévision publique.

« Il s’agit d’un trafic illicite de migrants et de la traite de personnes organisés par des groupes criminels en direction de certains pays voisins et même au-delà », avait-il assuré. Un message repris par le ministre de l’Intérieur samedi: « Ce n’est pas la misère qui est à la base (de ce phénomène) mais des réseaux mafieux organisés qui procèdent à la traite et au trafic de ces êtres humains ».

«Personne n’ira mendier s’il a les moyens de vivre dans de meilleures conditions. La mendicité n’est pas une bonne chose », affirmait de son côté Ousmane Issoufou, l’un des rapatriés à la descente de l’avion.Selon une source diplomatique africaine, les ressortissants nigériens rapatriés dans la nuit de vendredi à samedi sont partis de l’aéroport international Blaise Diagne au sud-est de Dakar. A Dakar, ils étaient hébergés dans des tentes au stade Léopold Sedar Senghor, selon la même source qui précise que ces derniers ont été raflés mercredi à travers la capitale sénégalaise. D’autres ressortissants également raflés mercredi, ont été hébergés eux par le Samu social à Dakar et attendaient encore d’être rapatriés samedi matin. Un autre vol est attendu à Niamey samedi au départ de Dakar. Selon un responsable du Samu social de Dakar, environ 335 migrants étaient présents vendredi soir sur leur site.

Parmi les migrants se trouvaient des bébés et des personnes âgées, a constaté une journaliste de l’AFP. Un homme de 70 ans, Enoussa Ayouba, a confié qu’il ne souhaitait pas retourner à Niamey, après s’être rendu à Dakar il y a trois semaines, avec ses deux femmes et leurs six enfants. Il espérait trouver de meilleures conditions de vie. Outre le Samu social, la Croix Rouge était également présente auprès des migrants à Dakar. Le Niger, particulièrement sa partie ouest, est frappée par une grave crise alimentaire en raison de la sécheresse et des violences jihadistes empêchent les paysans de cultiver leurs champs, selon l’ONU et les autorités.

AFP / ndarinfo.com

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. francia dit :

    Comment ça !!!!! on ne s’entraide pas entre « frères  » !!!

  2. amy dit :

    Non mais c’est quoi ces nigériens qui viennent voler le pain de nos petits talibés. Ils ne sont pas installés dans des daaras qui les exploitent, juste une mafia nigérienne. Allez ouste, dehors, Pas besoin de concurrence qui va faire de l’ombre à nos mafias religieuses

  3. Stephane dit :

    Très bien ! De la place pour nos Sénégalais dealers de crack qui se baladent de parc en parc à Paris

  4. Ndiaye dit :

    Voilà où cela mène quand on exploite éhontément les minerais des pays avec des contrats léonins depuis des décennies sans en payer le vrai prix.

  5. Glock dit :

    Une excellente leçon, à l’Europe de l’appliquer !

  6. Yvesbzh dit :

    Ça ne se fait pas d’enlever le pain de la bouche de nos chers marabouts.

  7. Le chaman dit :

    Que ça soit ici ou là-bas, le ventre des femmes ne sert la plupart du temps qu’à fabriquer des pauvres, et ces gamins sont condamné en plus à être exploité par d’autres pauvres ou comme au Sénégal, par des soit disant religieux qui ne sont en fait la plupart du temps que des crevures qui se servent de la religion Musulmane comme paravent,
    Pourquoi les vrais vrais autorités religieuses laissent faire et ferme les yeux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :