AIBD: 2 MILLIONS DE PASSAGERS

Aibd: Près de 2 millions de passagers enregistrés en 2018

Le nombre total de passagers enregistré à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Dakar s’est établi à 1.998.965, au terme des dix premiers mois de l’année 2018, selon les données établies par l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA).
Comparé à la même période de l’année 2017 où ils se situaient à 1.807.424, ces passagers connaissent une augmentation de 191.541 en valeur absolue, et 10,6% en valeur relative. Cette progression est due à la fois aux passagers en transit et à l’arrivée. Les premiers ont vu leur nombre progresser de 17,9%, s’établissant à 150.2740, contre 127.448 à fin octobre 2017.
Les passagers enregistrés à l’arrivée ont augmenté de 13,7% à 894.331, contre 786.859 en 2017. Les passagers au départ ont aussi contribué à l’augmentation globale avec un nombre qui passe de 893.117 durant les dix premiers mois de 2017, à 954.359 un an plus tard (plus 6,7%).
Quant au fret enregistré, il est en baisse de 6,5%, passant de 30.114 tonnes durant les dix premiers mois de 2017, à 28.166 tonnes durant la même période en 2018.
Concernant le mouvement des aéronefs, il est en baisse de 5,6% avec 26.069 avions ayant touché le tarmac de l’AIBD à fin octobre 2018, contre 27.615 à fin octobre 2017.
Awa Diallo-mediasenegal avec apa

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rapide calcul : 894 331 passagers à l’arrivée, y compris ceux en transit, auxquels il convient de retrancher les vols de proximité, les hommes d’affaires et les nationaux qui rentrent pour les vacances ou le Magal. Où sont nos 3 500 000 touristes qu’un ancien ministre du tourisme claironnait il y a trois ou quatre ans ? C’est la preuve irréfutable que le tourisme a été confié, il y a peu encore, à des irresponsables déconnectés des réalités et qui racontaient n’importe quoi, et preuve que ce que les professionnels dénonçaient n’était que pure vérité. Sauf à imaginer que trois millions de touristes sont arrivés par la route cette année-là… Combien de centaines de millions cela à-t-il coûté à l’état, on se le demande, et combien de réceptifs ont dû fermer à cause d’une politique touristique confiée depuis des années à des amateurs, on ne le saura sans doute jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :