PROPLAST VEUT 200 BOUTIQUES

Vers la création de 200 boutiques dédiées au rachat du plastique

Le directeur de Proplast Industrie, Macoumba Diagne a annoncé, ce jeudi 15 novembre, la mise en place sur tout le territoire sénégalais de 200 boutiques dédiées au rachat de déchets plastiques.
A en croire Mr Diagne qui s’exprimait en marge de la célébration de la Journée mondiale du recyclage du plastique axée sur le thème “Recyclage du plastique au Sénégal : enjeux environnementaux, économique et sociaux”, « le recyclage des déchets plastiques constitue une opportunité socio-économique, car il favorise la création de richesse et d’emplois » soulignant que « le moment est aujourd’hui venu pour que l’ensemble des acteurs puissent se retrouver pour réussir et transformer le péril plastique en une opportunité ».
Selon le patron de Proplast, sa société entend promouvoir un environnement plus propre et plus sain en permettant à l’économie d’y trouver son compte par la création d’emplois et de la valeur ajoutée :
Déjà Dix boutiques de récupération dénommées “kiosque recuplast” sont implantées au niveau de la commune de Sicap Liberté (commune située dans la capitale sénégalaise) , pour racheter les déchets plastiques au prix de 75 franc le kilogramme.
Le directeur de Proplast d’expliquer que « les récupérateurs sont les premiers maillons de la chaîne de production. Le recyclage est un concept de développement durable, car créant de la richesse et de l’emploi ».
Notant par la suite que « le recyclage est une nouvelle stratégie permettant de transformer ces déchets en matières premières ».
Pour rappel ,Proplast est une PME située dans la région de Thiès à 70 km de Dakar. Son créneau, la collecte et le recylage des déchets plastiques. La matière valorisée est exportée dans 6 pays d’Europe et d’Afrique dont le Mali, la Mauritanie, l’Espagne et la France.
En 2016, l’entreprise a acheté 1096 tonnes de plastique pour une valeur de plus de 100 millions de FCFA. L’impact social de Proplast est élevé: 130 emplois directs et un millier d’emplois indirects.
Ndeye Magatte Kebe – African Daily Voice (ADV)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. issa gibb dit :

    Excellente initiative pour lutter contre l’affreuse pollution des plastiques au Sénégal…
    Et un espoir, de voir un jour, ce pauvre Sénégal propre ???
    Car après les plastiques, il y a les papiers et les cartons, etc…
    Pour palier à l’incompétence innée des bras cassés gouvernementaux à lutter contre l’insalubrité publique.
    Le Sénégal ne s’en sortira qu’avec les citoyens responsables de la Société Civile
    Les autres pourris corrompus et incompétents… Dehors en 2019 ! On a déjà donné et rien vu venir….

  2. Stéphane dit :

    Très bien ce pays à vraiment besoin que l’on prenne au sérieux cette pollution

  3. Bernard dit :

    Quelle belle initiative ! Pourvu que cela marche et que les « religieux » ne rançonnent pas trop cette nouvelle société civile. Quant aux papiers , laissez quelque chose à manger aux chèvres …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :