Tara Tata!

Hausse du carburant : Les propriétaires de « Tata» menacent de garer leurs véhicules
nouveau-bus-tata.jpg
L’association pour le financement du transport urbain (Aftu) pourrait surprendre sa clientèle par une grève générale, si l’Etat ne prend aucune mesure pour la baisse du prix du litre du gasoil ou l’effectivité de la hausse de 25 % sur la grille tarifaire actuelle.Ses membres ont fait face à la presse hier à Dakar.
L’Association pour le financement du transport urbain (Aftu) a posé hier le premier acte du combat qu’elle entend mener pour sa survie : prendre à témoin l’opinion sur les difficultés actuelles qui l’assaillent par le canal d’une conférence de presse tenue à son siège sis à Sacré-Cœur. Selon Djibril Ndiaye, secrétaire général de la structure, la seule solution qui vaille demeure soit la baisse du prix du litre du gasoil, soit l’application effective de la hausse de 25 % sur la grille tarifaire des bus Aftu. Sans quoi, avertit-il, ‘nous allons vers une grève générale à l’occasion de laquelle les 402 bus ‘King Long’ et les 166 minibus en circulation seront tous immobilisés, de même que les cars ‘rapides’’.
Cette menace de paralysie du transport urbain qui s’inscrit dans la seconde phase de leur plan d’action entraînera, sans nul doute, un calvaire pour les populations surtout en ce début d’année scolaire. Programmée sans précision de date, elle sera mise à exécution si le gouvernement ne réagit pas favorablement à ses revendications. M. Ndiaye et ses camarades transporteurs sont d’autant plus engagés dans le combat que leur entreprise, soutiennent-ils, est au bord de la faillite. ‘Nous demandons à l’Etat de prendre immédiatement les mesures qu’il faut pour que Aftu ne coule pas. De 396 F Cfa en 2005, année du démarrage du projet Aftu, le prix du litre du gasoil est passé à 798 F Cfa.
Or, depuis lors, les tarifs n’ont pas connu d’augmentation. Aujourd’hui, sur une recette de 90 mille F Cfa, un bus de marque ‘King Long’ brûle 60 mille F Cfa en carburant’, peste Djibril Ndiaye. A ce rythme de la hausse du prix du litre du gasoil – cinq fois depuis 2005 – les transporteurs regroupés au sein de l’Aftu croient que le Sénégal a le plus cher prix de ce carburant de toute la sous-région ouest africaine. ‘Depuis six mois que cette augmentation de 25 % sur la grille tarifaire actuelle a été décidée à la suite de démarches menées par le ministre des Transports suivant une enquête sur les astuces de l’exploitation notamment l’augmentation des trajets, la pneumatique, les traites, aucune application n’a été notée dans la réalité. Mieux, on avait proposé à l’Etat un forfait de 25 francs sur les tickets en lieu et place de cette hausse de 25 % qui serait plus cher. Mais, jusque-là, rien’, vocifèrent-ils.
Pourtant, cette colère des transporteurs urbains du Sénégal aurait pu être évitée, selon le secrétaire général de Aftu, si le chef de l’Etat leur avait prêté un peu d’attention.‘L’Aftu a maintes fois démarché une audience avec le président de la République Abdoulaye Wade, mais les efforts fournis sont restés vains, malgré la diligence de la tutelle, Mme Nafi Ngom Diouf’, explique M. Ndiaye.

Vous aimerez aussi...