Le Sénégal annule sa décision de reprise de la gestion de ses aéroports

Le Sénégal annule sa décision de reprise de la gestion de ses aéroports
dakar
Le gouvernement du Sénégal a annulé la décision, prise il y a un an, de reprendre la collecte des redevances aéroportuaires à la suite de divergences avec l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), a rapporté, dimanche, la radio privée dakaroise (RFM) citant un communiqué du ministère des Infrastructures, de l’Equipement, des Transports aériens et des Télécommunications.

La décision d’annulation de la mesure prend effet à partir du 10 mai 2008, date à laquelle le Sénégal avait officiellement repris la gestion technique et commerciale de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar et des aérodromes nationaux.

L’utilisation des redevances d’atterrissage et de balisage jusqu’ici collectées par Dakar et reversées à l’ASECNA et évaluées à environ 46 milliards de francs CFA (92 millions de dollars US) par an, a été à l’origine de divergences entre le gouvernement du Sénégal et l’organisation chargée de la sécurité de la navigation aérienne en Afrique.

L’ancien ministre des Transports aériens et de l’Artisanat, Farba Senghor, avait déclaré le 9 mai dernier, à la suite d’une réunion avortée avec le directeur général de l’ASECNA, Youssouf Mahamat, et le président du Conseil d’administration, Jacques Courbain, que « l’Etat du Sénégal va percevoir pour son compte toutes les recettes liées à l’atterrissage et au balisage » qui étaient jusque-là collectées par Dakar et reversées à l’Asecna pour l’ensemble des Etats membres de cette organisation.

Dakar avait annoncé son départ de l’Asecna en novembre 2007 en invoquant « un manque de transparence » sur la gestion des ressources financières de l’agence et un « déficit d’investissement » au niveau des installations aéroportuaires du Sénégal.

Il avait ensuite suspendu sa décision de retrait à un audit dont le rapport final avait été également contesté par l’ancien ministre, Farba Senghor.

Le Sénégal avait alors dénoncé en mai 2008 le contrat en vigueur depuis 1987 qui le liait à l’Asecna et qui donnait la gestion des aéroports et aérodromes sénégalais à cette organisation.

Fondée en 1959, l’Asecna, dans laquelle sont associés 17 pays africains et la France, est chargée du contrôle de la circulation, du guidage des avions et de la transmission des informations dans un espace aérien de 16 millions de km2.

Vous aimerez aussi...