Verdict des « danses obcènes »

La justice sénégalaise a prononcé jeudi six relaxes, avec mise à l’épreuve pour trois danseuses, et deux condamnations à un mois de prison ferme dans le procès de huit personnes accusées pour la tenue en 2005 à Dakar d’une soirée privée marquée par des "danses obscènes".


dakadanse
 Le tribunal des flagrants délits de Dakar, qui a jugé l’affaire, a condamné à un mois de prison ferme et à 200.000 FCFA (304 euros) d’amende l’initiateur de la soirée, et le barman de la boîte de nuit dakaroise où elle s’est déroulée. Les deux hommes, qualifiés d’organisateurs, ont été reconnus coupables de "complicité d’attentat aux bonnes moeurs", selon la décision lue par la présidente du tribunal, Catherine Aïssata Ba, dans une salle d’audience comble. Les six autres prévenus, dont trois danseuses, ont été relaxés pour ce motif. Les danseuses ont en revanche été déclarées coupables de "complicité d’outrage public à la pudeur" et placées "sous le régime de la probation", pour un délai de six mois à compter de jeudi, a ajouté la juge. Au terme de cette décision, "elles devront se soumettre aux mesures de contrôle" prévues par la loi, "et répondre éventuellement à toute convocation" de la justice, a-t-elle précisé. La cour n’a pas suivi le réquisitoire du procureur, qui avait demandé lundi de trois mois à un an de prison ferme contre les prévenus. La justice a en outre ordonné "le retrait de la vente de tout support audiovisuel des images incriminées".  Le film de la soirée incriminée circulait depuis l’été sur internet et est vendu sur CD à Dakar avec un titre en wolof: "Guddi town, yëngël down", traduisible par "Jeu de fesses lors d’une nuit citadine". 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. ericdakar dit :

    oui le film est pas mal : un peu sombre toutefois !!
    Ndeye Gueye y est sublime comme d’hab !!!

  2. NGO TJOMB VERONIQUE dit :

    la justice Sénégalaise a ainsi pu faire comprendre aux pratiquants de cet art qu’il n’est pas le bien venus dans les états .Cela dit toutes les pratiques venues d’ailleurs ne sont pas bonnes à copiées surtout lorsqu’elles bafouent la pudeur.

%d blogueurs aiment cette page :