LE SÉNÉGAL ACCUMULE LES SCANDALES

Une carrière des ciments du Sahel à Bandia : Le désastre écologique

Faut-il en rire ou en pleurer ? A cause de la maladresse de nos gouvernants, le Sénégal se retrouve parfois dans des situations qui peuvent paraître drôles. Voilà ce que ça fait quand, on ne se préoccupe guère des intérêts des populations à force de céder aux seuls désirs de grands groupes financiers.
A 65 km de Dakar sur la route de Mbour, se trouve Bandia. Bandia, c’est son village, également sa réserve. Cette dernière entièrement clôturée s’étend sur une superficie de 3500 ha. D’ailleurs, tous les tumulus de la forêt de Bandia ont été classés par les Monuments historiques en 2003. Bandia est une beauté de la nature et fait partie des zones visitées par les touristes au Sénégal. Contrairement aux autres parcs nationaux, à l’instar de Dioudj ou de la Langue de Barbarie dédiés aux oiseaux, celui de Bandia se distingue par ses nombreux mammifères qui y ont été réintroduits. Ainsi, on y trouve des rhinocéros, des girafes, de grandes antilopes, des gazelles dama, des élans de Derby, des buffles, des singes patas, des vervets, des phacochères, des hippotragues, des zèbres, des chacals et des mangoustes. Près de 120 espèces d’oiseaux, ainsi que des autruches, des tortues géantes et des crocodiles demeurent dans le Parc de Bandia.
C’est cet environnement béni de la nature que des forces veulent détruire, si l’on ne prend garde. Le quotidien Libération nous apprend que c’est en catimini que 236 ha de la forêt classée de Bandia viennent d’être affectés en catimini aux ciments du Sahel de l’industriel Latfallah Layousse pour l’exploitation d’une deuxième carrière. Or, tout le monde sait que l’exploitation d’une carrière a toujours eu des conséquences néfastes sur l’environnement.
Que nous vaut donc ; cette sortie du Président de la République qui « dans sa volonté de préserver nos massifs forestiers, et de renforcer, les actions de contrôle de l’exploitation de nos forêts, à travers une application rigoureuse et inclusive du code forestier, et la relance pragmatique des campagnes de reforestation, a instruit le Ministre de l’Environnement, et du Développement durable, de prendre toutes les dispositions utiles, pour une bonne préparation de la journée de l’arbre. » C’était lors du dernier Conseil des ministres.
Rien que du trompe-à l’œil. Tant que le gouvernement, malgré les vœux pieux, est à la remorque d’hommes d’affaires qui en réalité se moquent du bien-être des populations, de la préservation de l’environnement. Ce serait un des plus gros désastres écologiques que de laisser les Ciments du Sahel exploiter une deuxième carrée dans la forêt classée de Bandia. Bandia, cette beauté de la nature.
Ndeya G..Thiémokho BORE/xibaaru.sn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. rico dit :

    Le port de Ndayane sera pas loin…

  2. Guillon dit :

    C ‘est certainement pour le développement du tourisme. Apres le scandale de la Saumone ca continu

  3. Beatrice BRUN dit :

    Je ne peux que souhaiter un Parti politique ECOLOGISTE fort, avec des élus au Parlement, qui se mette en place.
    🌴🍁🌿🌳🌾🦓🦁🐯🦍🐒🐫🐘🦏🐘🐟🐊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :