LES JEUNES VEULENT DU TRAVAIL

Présidentielle au Sénégal : les attentes d’une jeunesse plombée par le chômage

C’est le grand défi du prochain quinquennat au Sénégal : l’emploi des jeunes. Dans un pays où les moins de 40 ans représentent 70 % de la population, un chômeur sénégalais sur deux est un jeune de moins de 35 ans, alors que 200 000 jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail. Les diplômés sont paradoxalement les plus touchés. Et c’est sans parler du sous-emploi – l’informel, les petits boulots – qu’occupe la plupart des Sénégalais de cette tranche d’âge. Tous les candidats à la magistrature suprême mettent d’ailleurs les jeunes, dont beaucoup d’entre eux affirment suivre le processus électoral avec attention, au cœur de leur programme. Alors que la campagne touche à sa fin, qu’attendent ces électeurs du scrutin du 24 février ? Réponse en image avec un reportage dans les rues de Dakar et de Saint-Louis à quelques 250 km au nord de la capitale.
REGARDER LE REPORTAGE
france24.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pdp dit :

    Rien d étonnant à ce qu ils ne trouvent aucun boulot. Remettre en cause l enseignement, surtout le scientifique qui fait défaut et revoir les pédagogies développées en primaire. Classes surchargées avec des enseignants qui délivrent un enseignement de masse c à d aucune approche comment on peut se servir de son cerveau par la réflexion l esprit d analyse et de logique. On rajoute à cela 80% de bacheliers sortant du litteraire, et on crée une masse de chômeurs. Il y a toute une génération foutue, qui vivra de petits boulots.
    Il faudrait agir très vite pour inverser la tendance …….

  2. Galips dit :

    La chine a résolu le problème avec sa politique de l’enfant unique.

  3. Xx dit :

    Y a-t-il des lycées techniques au Sénégal ? de ceux qui permettent d’apprendre le B.A. BA d’un travail ou d’une spécialité ? ce sont ces voies là qu’il faut suivre, le « littéraire » c’est bien pour l’intellect, mais pour l’efficacité à un poste de travail, çà ne suffit pas (outre la difficulté à trouver un emploi dans ce secteur). Et c’est vrai, l’enseignement de l’école primaire ne semble pas au top non plus ! Si la base des connaissances est incomplète, difficile de progresser et d’aller de l’avant… Et puis, il faudrait des entreprises qui embauchent, beaucoup plus d’entreprises… en tenant compte du développement exponentiel de la population !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :