EXPLOSION DES SERVICES INFORMATIQUES

L’Afrique, nouveau champ de bataille pour les sociétés de services informatiques

Depuis dix ans le marché des services informatiques en Afrique connaît une croissance à deux chiffres. Mobile money, numérisation des administrations, les géants mondiaux du secteur se battent désormais sur le continent. Dans cette bataille les sociétés africaines tentent de se faire une place au soleil.
IBM, Accenture, Oracle, SAP ou encore les français Capgemini et Atos, les leaders mondiaux des services numériques sont en Afrique. Les plates-formes de mobile money, de commerce électronique, les logiciels de gestion de fichiers numériques, ce sont eux. Ils proposent des solutions aux entrepreneurs africains. Omar Cissé est le directeur général de Intouch, une société sénégalaise présente dans une dizaine de pays et qui travaille dans les systèmes de paiement électroniques.
« Atos héberge notre plate-forme, et assure la gestion de l’exploitation et de la sécurité. Et nous essayons de trouver de nouveaux partenaires technologiques pour nous permettre de faire évoluer notre solution. »
Ces dernières années, les entreprises de services du numérique africaines commencent à devenir visibles et souhaitent récupérer une partie de ce marché monopolisé par les Américains et les Européens. C’est le cas du Sénégalais Gaïndé 2000. Née voici seize ans, l’entreprise est spécialisée dans la transition numérique des administrations. Comme l’explique Mor Talla Diop, directeur du développement international de Gaïndé 2000, son entreprise fait valoir sa sensibilité africaine par rapport aux géants mondiaux.
« Il est clair qu’aujourd’hui il y a de nombreuses multinationales qui oeuvrent dans le domaine des nouvelles technologies, qui ne sont pas forcément toujours adaptées aux réalités africaines. Nous, nous sommes une entreprise qui avons grandi dans l’environnement local, avec une vraie compréhension des logiques métiers. Et c’est ce qui fait aujourd’hui notre vrai avantage, parce que nous ne sommes pas une entreprise qui se contente de donner un logiciel, de le paramétrer et de tourner le dos. Nous vivons au quotidien ces réalités, toutes les difficultés en termes de conduite du changement, d’accompagnement et de formation des usagers, ce qui nous permet aujourd’hui de bien comprendre les dynamiques pour avoir des projets réussis. »
Les sociétés africaines bénéficient aussi d’un coup de pouce des institutions internationales qui les soutiennent dans la quête de nouveaux marchés, ainsi Gaïndé 2000 a pu décrocher des contrats en Asie centrale.
« Nous sommes quand même reconnus par la Banque mondiale, ce qui nous a permis de pouvoir devenir une entreprise de référence dans les cinq prochaines années. Ce qui fait qu’eux, en tant que prescripteurs, à chaque fois qu’ils ont certains besoins, ils font appel à ces entreprises déjà présélectionnées. »
Le made in Africa se développe dans les services du numérique, avec deux atouts reconnus. Une capacité d’innovation importante et une connaissance des modes de consommation plus fine que celle des groupes internationaux.
RFI/Olivier Rogez

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Et après, on apprend que les députés sénégalais ont voté de censure d’Internet à la majorité, Pourquoi ???
    Ils espèrent encore toucher des parts de gâteaux, des pots de vins, des dessous de tables dans l’Informatique et le Numérique ou ils veulent se protéger d’un nouvel outil surpuissant, véritables contre-pouvoirs, pour garder leurs postes et leurs privilèges éhontés…
    Mais là, ce sera plus dur , car c’est incontrôlable…. çà se passe dans des tuyaux, des fibres optiques, très loin des financements d’un chantier routier ou immobilier, de la vente et du commerce de produits par containers ou par transports routiers, contrôlables et quantifiables pour pratiquer la corruption…
    Mais, c’est un contre-pouvoir absolu, puissant qui va faire élire Donald Trump à la place d’Hilary Clinton par les Russes … Où des hackeurs rentrent dans des systèmes informatiques et coupent l’électricité d’une grande ville pendant plusieurs heures… Où des plans de sécurité policières et militaires sont volés comme le plan de sécurisation de Paris avec les positions des groupes de CRS pourle Samedi IV des « Gilets Jaunes » …
    Les pros appellent çà : Entrer dans le Nouveau Monde, la Nouvelle Ere, la Nouvelle Economie… Ce qui votent contre ou qui loupent le train, vont rester sur le quai de la gare , une fois de plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :