VIOLENCES ENTRE ÉTUDIANTS ET FORCES DE L’ORDRE

Les étudiants dans la rue après la mort d’un des leurs à Saint-Louis

Des manifestations violentes ont éclaté mardi dans plusieurs universités du Sénégal après la mort d’un étudiant au cours de heurts avec les forces de l’ordre à Saint-Louis (nord), où des gendarmes ont été blessés et des édifices publics saccagés.
« Un étudiant est décédé » mardi à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis lors d' »échauffourées » avec les forces de l’ordre qui ont « fait une vingtaine de blessés, dont 18 gendarmes », a déclaré à la radio le ministre de l’Intérieur, Ali Ngouye Ndiaye.
Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les cause du décès, selon les autorités.
Etudiant en lettre, Mouhamadou Fallou Sène, 25 ans, « a succombé à ses blessures » à la suite de ces « affrontements entre les forces de l’ordre et les étudiants dans le campus », a précisé le rectorat de l’UGB dans un communiqué.
« C’est avec une profonde émotion que je présente mes condoléances à la famille du défunt Mohamed Fallou Sène, étudiant de l’UGB. J’ai instruit le gouvernement de faire toute la lumière et de situer les responsabilités. Une information judiciaire a été immédiatement ouverte », a réagi dans la soirée sur Twitter le président sénégalais Macky Sall.
Les autorités avaient fait appel lundi aux forces de l’ordre « pour sécuriser les restaurants universitaires » après « un mot d’ordre de 48 heures de restauration gratuite (Journées sans tickets) » lancé par l’association des étudiants de l’UGB « pour protester contre le retard du paiement des bourses », selon le rectorat de la deuxième université du pays.
Après la mort d’un des leurs, des étudiants ont mis à sac le bâtiment abritant la direction des oeuvres universitaires et le siège du rectorat de l’UGB, selon un correspondant de l’AFP.
Dans l’université, divers débris jonchaient le sol au milieu de documents administratifs vandalisés, de portes et vitres brisées, après le passage des étudiants.
Pierres sur les voitures
En signe de solidarité, des étudiants ont manifesté dans au moins quatre des cinq universités publiques du Sénégal, à Ziguinchor (sud), Bambey (centre) et Dakar, selon la presse locale.
A Dakar, de petites barricades de blocs de pierre et de branchages étaient tenues par quelques centaines d’étudiants, dont certains étaient armés de bâtons ou de barre de fer, sur les chaussées menant à l’Université Cheikh Anta Diop, où une forte odeur de gaz lacrymogène était perceptible, selon des journalistes de l’AFP.
Des étudiants ont lancé des pierres sur les forces de l’ordre, mais aussi sur des voitures passant à proximité, brisant plusieurs pare-brise et occasionnant un gigantesque bouchon sur l’un des principaux axes pour quitter le centre-ville.
Selon les médias sénégalais, des véhicules ont également été incendiés et un commandant de police blessé dans la capitale sénégalaise.
Violences excessives
L’étudiant de Saint-Louis a été tué « par balle », ont affirmé à l’AFP des sources estudiantines, selon lesquelles « plus de 20 étudiants » ont été blessés à Saint-Louis dans les violences avec les gendarmes.
« Nous regrettons cet incident survenu à Saint Louis », a précisé le ministre de l’Intérieur. Il a annoncé l’ouverture d’enquêtes « pour situer les différentes responsabilités » et indiqué que les bourses seraient payées aux étudiants.
Un syndicat de l’enseignement supérieur a appelé mercredi soir à la démission du recteur de l’université de Saint-Louis.
« Les étudiants de ce pays, avant de percevoir leurs bourses, inhalent d’abord du gaz ou perdent la » vie, a dénoncé dans un message sur Whatsapp un étudiant en colère.
La Ligue sénégalaise des droits humains, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme et Amnesty International Sénégal ont, dans un communiqué commun, « condamné l’usage excessif de la force par les forces de sécurité ».
Les trois ONG ont déploré les « retards récurrents dans le paiement des bourses », « principale cause de la violence dans les universités ».
Les deux derniers cas de décès d’étudiants tués au Sénégal lors de confrontations avec les forces de l’ordre remontaient à 2001 et 2014.
APS/AFP/tv5monde.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Un étudiant tué par balle réelle et plusieurs étudiants blessés par balles réelles …
    Avec les bourses des étudiants pas payées par le gouvernement, comme d’habitude…
    Et des excuses hypocrites d’un Président à la familles de l’étudiant assassiné par sa police …

    En plus des derniers cas d’étudiants tués par la police en 2001 et 2014 et les étudiants, sauvagement tabassés à Thiès en 2016 dans une manifestation pacifique pour avoir simplement un professeur dans un poste vacant… Cela rappelle aussi étrangement, les 6 manifestants martyrs tués par balles réelles lors de l’élection présidentielle parce qu’ils manifestaient pour contester la 3ème candidature anticonstitutionnelle de Wade à l’élection.. Ce responsable assassin qui se la coule douce entre sa villa au Sénégal, sa maison à Versailles et son appartement au Qatar, près de son fils chéri Karim qui a pillé le Sénégal, avec lui…

    Le Sénégal, un pays démocratique ??? C’est une grosse escroquerie, un mensonge sans nom…
    Un pays qui tire et tue ses citoyens à balles réelles dans les manifestations pacifistes, populaires ou estudiantines…Qui est dénoncé par les instances internationales pour les meurtres commis par ses policieres dans ses commissariats et par les gardiens dans ses prisons, les humiliations et les persécutions que subissent les minorités sexuelles par les policiers…
    Un pays où le racket routier policier est devenu une activité florissante première de la corruption , tandis que l’hécatombe routière ne les intéresse pas en laissant rouler des véhicules corbillards et des camions surcharges assassins sur les routes sénégalaise…
    Un pays qui laisse des milliers d’enfants talibés dans l’esclavage de la mendicité forcée, enfants esclaves qui subissent les pires maltraitances que le monde humain et civilisé ne peut supporter ou imaginer jusqu’à laisser des escrocs religieux, des pseudos enseignants coraniques qui sont des pourritures humaines cyniques, véreuses et sadiques appelés marabouts, battre à mort leurs élèves talibés, cacher leurs meurtres aux parents et aux autorités et jeter les corps des élèves talibés assassinés dans les décharges publiques comme seules sépultures, tout cela au nom de l’apprentissage du Coran ??? Le Prophète Mahomet qui dans ce même livre qu’il a écrit, interdit la mendicité des enfants ??? Chercher l’erreur ou l’hypocrite religiosité du Sénégal !
    Un pays où l’état, son gouvernement, son administration, sa police et sa justice jusque dans ses instances de la Protection de l’Enfance sur-corrompue, sont complices du trafic négrier d’enfants et de leurs exploitations esclavagiste dans la mendicité cité ci-dessus, si lucrative…
    Un pays dirigé, par des sectes confrériques musulmanes surpuissantes, milliardaires et rétrogrades, sans partage avec le peuple sénégalais qui est laissé volontairement dans la misère, l’ignorance, la soumission et des superstitions stupides au XXIème siècle…
    Un pays avec plus 350 partis politiques où les politiciens sont trop occupés à se remplir les poches au lieu de s’occuper du bonheur du peuple, dans des pots de vins affairistes, à détourner les aides internationales et qui ont fait du Sénégal, le pays Roi de la Corruption et de la Mendicité ???

    Un pays qui se dit religieux et démocratique ne tire pas à balles réelles sur sa jeunesse !
    Qu’Allah le Tout-Puissant accueille près de lui, ce pauvre malheureux étudiant assassiné à Saint Louis par des policiers et le petit talibé battu à mort à Mpal par son marabout et tous les autres jeunes sénégalais tués par leurs frères sénégalais adultes…Que Dieu condamne ces responsables meurtriers, politiques, policiers et marabouts, à brûler aux Enfers pour l’Eternité, pour le mal fait à l’Humanité, au Sénégal, à sa jeunesse et à ses enfants esclaves et innocents , si il existe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :