INCONTOURNABLE TURQUIE ?

Construction d’infrastructures: la Turquie est-elle devenue incontournable au Sénégal?

Si Diamniadio, à une trentaine de kilomètres de Dakar, prend les formes d’une ville nouvelle, c’est grâce aux entreprises turques bénéficiaires de marchés publics d’infrastructures. Au Sénégal, l’offensive de la 13e puissance économique mondiale porte ses fruits, comme ailleurs en Afrique.

Assis dans la très confortable loge présidentielle du nouveau stade Abdoulaye-Wade de Diamniadio, le Président turc Recep Tayyip Erdogan, flegmatique comme un Anglais, bouillit intérieurement de fierté, sans doute. Il a à l’esprit, à un moment ou à un autre, que c’est une entreprise turque, Summa, qui a sorti de terre cette infrastructure footballistique de dimension mondiale sans précédent au Sénégal. Le coût déclaré de l’ouvrage: 238 millions d’euros (environ 156 milliards de francs CFA).
Ce montant est à rapprocher de la dynamique des échanges commerciaux entre les deux pays. Ils ont atteint 550 millions de dollars (317 milliards de francs CFA) en 2021, a indiqué Erdogan lors du Forum d’affaires tenu à Dakar le 21 février 2022. Les importations sénégalaises chiffrées à 450 millions de dollars (environ 259 milliards de francs CFA) font pencher la balance commerciale du côté de la Turquie

« Les principaux produits importés de la Turquie restent les carreaux, les barres de fer, l’acier, autres matériaux de construction, produits divers… L’amplitude du déficit commercial sénégalais dans ce partenariat bilatéral est due au fait que les entreprises turques adjudicataires de marchés publics s’approvisionnent pour l’essentiel en Turquie même. Cette démarche explose le volume des importations sénégalaises. Le nouveau stade de Diamniadio en est la parfaite illustration, en particulier pour ce qui touche aux matériaux de construction », explique l’économiste sénégalais Mady Cissé, chercheur au Centre d’études pour le financement du développement local, sollicité par Sputnik.

L’implantation des Turcs dans le tissu des infrastructures sénégalaises ne se dément pas. Avant le stade national de Diamniadio, les entreprises du pays d’Erdogan avaient déjà montré leur savoir-faire. C’est le consortium Limak-Summa qui a finalisé, en décembre 2017, l’aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), laissé en jachère par les Saoudiens de Binladin Group. Auparavant, le Centre international de conférences Abdou-Diouf (CICAD) avait été livré par les Turcs pour un coût de 100 millions de dollars (environ 58 milliards de francs CFA). Dans cette même ville nouvelle de Diamniadio, en attendant de livrer l’université Amadou-Makhtar-Mbow, les businessmen turcs sont les artisans du complexe sportif Dakar Arena, du Parc des expositions, du Marché d’intérêt national, etc. Cette coopération avec la Turquie permet sans doute au Sénégal de garnir, pour s’en glorifier, une galerie d’infrastructures qui demandent à être rentabilisées. Mais en attendant, le déficit commercial sénégalais va s’aggraver.

« Pour un début d’équilibre dans les échanges commerciaux, il faut amorcer un processus: pousser les entreprises turques à s’approvisionner en matériaux de construction sur le marché sénégalais, si la production locale le permet. La promotion du content local est un premier levier indispensable, sinon la Turquie va continuer à gagner doublement dans ses rapports avec le Sénégal. Pour certains programmes, ce sont des banques turques qui préfinancent des entreprises turques. Du coup, le Sénégal est obligé de rembourser capital, intérêts sur la dette en plus du paiement de la facture aux entreprises… turques. C’est une forme d’exportation directe de biens et services », analyse Mady Cissé.

« Le challenge pour l’Afrique: le transfert de technologie »

L’offensive économique turque n’est pas limitée au Sénégal, c’est une stratégie globale qui est déroulée à l’échelle du continent africain grâce à un réseau dynamique d’ambassades de plus en plus nombreuses et adeptes d’une diplomatie économique agressive et efficace. En prenant part à l’inauguration du stade Abdoulaye-Wade, le Président Erdogan en était à sa cinquième visite au Sénégal et plus en Afrique. Lors du Forum d’affaires Sénégal-Turquie du 21 février, il a révélé que « les échanges commerciaux entre son pays et l’Afrique sont passés de 5,4 milliards de dollars [3.151 milliards de francs CFA, ndlr] en 2003 à 34,5 milliards de dollars [plus de 20.000 milliards de francs CFA, ndlr] en 2021 ».
« Le tissu industriel turc est composé à 99% de petites et moyennes entreprises (PME), exactement ce dont les pays africains ont besoin. C’est là le grand intérêt de l’Afrique à coopérer avec ce pays. En misant sur le transfert de technologie, elle a favorisé l’arrivée massive d’entreprises étrangères, dont 5.000 allemandes, dans son propre tissu économique. C’est un élément d’inspiration pour les pays africains intéressés », soulignait l’agroéconomiste sénégalais Mbaye Sylla Khouma, lors d’un récent entretien avec Sputnik.

Fournisseur d’armes, notamment de drones, à l’État central éthiopien dans sa guerre contre la rébellion tigréenne, perturbateur des plans du chef de guerre Khalifa Haftar en Libye, la Turquie intervient dans les secteurs de la santé et du matériel médical, dans l’agriculture, le développement durable, les infrastructures en Angola, au Togo, au Nigeria, en République démocratique du Congo, en Guinée-Bissau… Avec le Sénégal, un accord relatif à la lutte anti-terroriste et à la coopération sécuritaire devrait être paraphé d’ici le mois de mars. À cet effet, le ministre sénégalais de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome était à Ankara au mois de janvier 2022. Mais avec la 13e puissance économique mondiale et ses 80 millions d’habitants, « il faut savoir faire des affaires ».

« Le challenge pour l’Afrique, c’est de s’inspirer des Turcs en réussissant ce qu’ils ont obtenu avec les grands groupes occidentaux: le transfert de technologie. Il me paraît incongru, par exemple, que les groupes turcs interviennent dans de grands projets d’infrastructures sans être en partenariat avec des champions locaux », soulignait Mbaye Sylla Khouma.

sputniknews.com

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bernard dit :

    Ne dit-on pas FORT COMME UN TURC ? Dommage que ce peuple de travailleurs soit gouverné par un manche de pioche !

  2. amy dit :

    comme cela est dit  » il est incongru que les groupes turcs interviennent dans de grands projets sans être en partenariat avec les champions locaux. Vous avez des noms à nous proposer car bien sûr nous serions heureux que nos champions sénégalais puissent prouver leur savoir faire. Marre que cela soit les étrangers qui viennent nous manger la laine sur le dos. Après les colons, voilà les turcs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :