TOURISME EXPERIENTIEL…

« Tourisme expérientiel » : L’ASPT veut « mieux adapter » l’offre sénégalaise aux nouvelles tendances de consommation touristique

Comme décliné dans le PSE, le Sénégal ambitionne de devenir « la Destination touristique de référence » et de faire du Tourisme « un vecteur de développement social et territorial par le biais du relèvement de la qualité et de la diversité de l’offre touristique ». Pour traduire cette option stratégique, le linistère du Tourisme et des Transports Aériens, à travers le Plan stratégique de développement du tourisme et des transports aériens 2020-2025, a engagé le chantier pour la montée en gamme du tourisme sénégalais vers un « Tourisme expérientiel » qui nécessite de « mieux adapter l’offre aux nouvelles tendances de consommation touristique, à l’évolution et au changement de profil des touristes, aux besoins et exigences en termes d’expériences, notamment dans le digital ».

Dans ce sillage, un travail coordonné devra dès lors s’engager avec l’ensemble des parties prenantes, publiques et privés, en vue de matérialiser cette vision. Les acteurs touristiques devront être accompagnés dans la mise en tourisme efficiente de leur territoire par le développement de produits et circuits à forte valeur ajoutée répondant aux attentes des clientèles cibles. Et la mise en œuvre de ce programme se fera de manière séquentielle et le PDTE dans sa sous-composante « Programme de repositionnement et renforcement de la destination » finance la phase test dans les pôles de Saly-Petite Côte, Dakar et Delta du Saloum. Dakar comme destination phare du segment MICE et le Delta du Saloum, en tant que vivier d’expériences éco-touristiques qui complètent l’offre balnéaire de Saly-Petite Côte.

« Créer et développer des offres de tourisme expérientiel en phase avec les attentes des clientèles cibles, la structuration de ces offres et leur modélisation en opportunités d’investissement »

C’est dans ce cadre que l’Agence Sénégalaise de Promotion Touristique (ASPT), en partenariat avec la Sapco-Sénégal, s’est attachée les services du cabinet VOLTERE, spécialisé dans le conseil et la stratégie dans les métiers du tourisme. Ce, pour « créer et développer des offres de tourisme expérientiel en phase avec les attentes des clientèles cibles, la structuration de ces offres et leur modélisation en opportunités d’investissement ». En effet, ces offres devront être en phase avec les atouts de chaque territoire et être co-construites avec les entreprises touristiques. Leur mobilisation et leur formation sont donc une composante essentielle de cette mission par laquelle elles devront renforcer leurs capacités en création d’itinéraires attractifs et en commercialisation.

Dans cette perspective, des rencontres de partage avec les acteurs publics et privés du secteur du tourisme ont été organisées les 11, 12 et 13 janvier 2022 au niveau des différents pôles touristiques concernés, notamment Saly, Sine-Saloum et Dakar. Ainsi, un atelier s’est tenu, ce jeudi 13, à Dakar, sous la présidence du Secrétaire général de l’ASPT, Mamadou Diallo, par ailleurs, représentant du Directeur général de l’ASPT. Elle a noté la présence du chef de service régional du tourisme de Dakar, Mme Ndèye Awa Badji, du ministère de l’Environnement et du développement durable, d’acteurs du tourisme à Dakar, entre autres.

Il s’agit ici, des rencontres de partage public-privé avec les acteurs dans les pôles touristiques sur le développement de produits touristiques et mise en œuvre d’un Programme de promotion des investissements touristiques des Pôles Dakar, Saly-Petite côte et Delta du Saloum.

Elles visent à « compléter et partager, avec les professionnels du Tourisme, l’inventaire des produits touristiques préalablement établi (qui aura été réalisé en amont sur la base de recherche documentaire et entretiens à distance avec des personnes ressources) avec la vision des acteurs de terrain pour que cet inventaire soit le plus exhaustif possible et reflète la réalité des 3 pôles ; stabiliser l’image des 3 pôles touristiques au regard de l’inventaire des produits touristiques et des premières pistes de réflexion ; partager les orientations de développement des pôles et conforter le positionnement marketing des différents pôles concernés ; mobiliser et impliquer les acteurs sur la structuration des projets de fiches produits ; mettre en place des cadres d’échange et de mise en réseau afin de favoriser une dynamique de développement de l’offre et enfin, sensibiliser les acteurs aux problématiques de l’ASPT, les informer de la démarche en cours et notamment la tenue prochaine du forum de l’investissement touristique, et anticiper leur appropriation du positionnement marketing qui sera proposé pour ces 3 destinations dans le cadre de l’étude.

Un diagnostic sans complaisance du secteur touristique à Dakar

Au cours de la rencontre, les acteurs ont saisi l’occasion pour faire un diagnostic sans complaisance et partagé du secteur. En effet, ils ont, tour à tour, souligné la nécessité de revisiter ou revaloriser le tourisme interne, la problématique de la sécurité, de l’hygiène, de la mobilité à Dakar, la dégradation des plages et la pollution des plages à Dakar, la revalorisation de la chaîne de valeur, la cherté de la destination Sénégal, entre autres.

Ils ont également souligné la nécessité d’avoir une approche intégrée du secteur touristique et la redynamisation des villages artisanaux du pays.

Cheikhou AIDARA – Seneweb.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Patrick Ursat dit :

    Déjà pour attirer les touristes en plus grand nombre il faut baissé les taxes aeroportuaires qui sont parmi les plus chères au monde….
    Ensuite quand vous voyez l’état de la route en centre ville de Saly,ville balnéaire, vous vous posez des questions sur le devenir touristique de cette ville
    Et ensuite il y a la propreté, malgré que des progrès est été fait avec des jeunes qui nettoient les rues dans les villes,mais il y a beaucoup de travail à faire encore…
    Je vis au Senegal et je trouve dommage que pas grand chose ne soit fait pour le touriste,malgré les déclarations à tout va,il suffirait de peu de choses, mais bon……
    C’est dommage pour le peuple sénégalais qui est très accueillant et qui pourrait je l’espère profité des retombées économiques du au tourisme…….peut etre!!!

    • Marc Mccn dit :

      Les amis ne rêvez pas…le tourisme 1er business apporteur de devises et d’emplois dans tous les pays où ça existe, France et USA en tête, ça n’intéresse pas les oligarchies africaines qui dirigent les pays du continent,  » je ne vois pas où est la plus value du tourisme » dixit Wade quand président. Les touristes ils n’en veulent surtout pas, et pourquoi si ça rapporte autant ? Tout simplement parce que le touriste qui n’a pas que son porte monnaie à vider au Sénégal par exemple, eh bin il a aussi une langue 👅 et pas que pour faire des bisous aux gazelles ennamourées (du Visa…), et il s’en sert pour parler parler et parler jusqu’à éventuellement donner des mauvaises idées politiques sociales et culturelles au bon peuple sénégalais nonobstant toujours analphabète à 74% des 16 millions qu’ils sont…et ça, c’est pas bon, pas bon du tout pour la galette et ceux qui se la bouffent en douce…. Voilà. C’est tout simple.

  2. feixa dit :

    j adore le senegal mais c est d une saletee a faire peur faite un tour au marche de m bour vs allez comprendre

  3. yvesbzh dit :

    encore et encore un article sur le tourisme
    Cela fait des décennies de bla bla bla.
    ils savent ce qu’il faudrait faire depuis des années.
    Mais ils s’y refusent obstinément, ce qui fait l’affaire des connards de marabouts.
    Je ne les plaint plus depuis belle lurette.Qu’ils restent entre eux, et ne viennent plus demander l’aumone aux colonisateurs.

  4. Reginald GROUX dit :

    Je n’ai pas vu l’information circuler sur cette réunion au niveau du Sine Saloum, dommage, j’avais mon mot à dire (c’est peut être pour cette raison que je n’ai pas été invité…). Le musée Mahicao que j’ai créé à Djilor Djidiack n’apparaît toujours pas sur les écrans radars à Dakar alors que c’est l’une des grandes réussites en matière de culture au Sénégal, de l’avis unanime. Donc bla bla bla et re bla bla, comme d’habitude, si l’on se souvient des communications sur les touristes américains, puis chinois, qui devaient déferler en masse au Sénégal… Wait and ses !

Répondre à feixa Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :