L’OR DE KEDOUGOU

Industries extractives en 2019: 44,7 milliards de FCfa des entreprises minières de Kédougou dans le budget de l’État

La contribution des entreprises minières de Kédougou dans le budget de l’État se chiffre, pour l’année 2019, à 44,7 milliards de FCfa. Il est cependant recommandé de renforcer l’impact socioéconomique de l’exploitation minière et la gouvernance locale des fonds miniers au profit des communautés.
La vocation minière de Kédougou ne s’est pas démentie dans le rapport de conciliation 2019 du Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie). Selon le document, la région a contribué à hauteur de 44,7 milliards de FCfa dans le budget de l’État, soit un tiers des 161 milliards de FCfa générés par le secteur en 2019. Cette précision a été faite, vendredi dernier, à Kédougou, par l’Itie lors d’un atelier. Selon Alioune Badara Paye, secrétaire permanent adjoint du Comité national Itie, ce rapport va servir à la 2ème validation du Sénégal aux Normes Itie en mai prochain. « Ce rapport revient sur toute la chaine de valeur des industries extractives. Les recommandations formulées vont dans le sens de renforcer la gouvernance et la transparence au Sénégal », a-t-il dit. M. Paye a insisté sur le fait que, de façon globale, les entreprises minières ont précisément versé 147,58 milliards de FCfa auxquels sont venus s’ajouter d’autres prélèvements perçus par l’État au nom des tiers (Uemoa, Cedeao). Pour dire que ce n’est pas la totalité des 161 milliards qui est allée dans le budget de l’État. À côté, il y a eu 903 millions qui ont été dépensés au profit des communautés, a-t-il expliqué. « Le secteur de la santé s’est retrouvée avec 13 % de l’enveloppe et l’éducation a absorbé 31 % », a confié M. Paye.
En ce qui concerne les fournisseurs, le secrétaire permanent adjoint du Comité national Itie a soutenu que des centaines de milliards de FCfa ont été dépensés pour l’acquisition de biens et services, d’équipements par les entreprises dont 33 milliards sont allés aux fournisseurs d’hydrocarbures (carburant, lubrifiant). Ceci montre, selon lui, la nécessité pour les hommes d’affaires de Kédougou de s’emparer de cette question de contenu local. « Seuls 4 % de cette manne sont captés par des entreprises implantées à Kédougou, détenues par des populations de Kédougou et fournissant des biens et services », a-t-il indiqué. Alioune Badara Paye a promis l’appui du Comité national Itie, afin que ces sociétés puissent mieux profiter du contenu local.
Amadou DIOP/lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Diop dit :

    Faudrait peut être penser à transformer cet or
    Extraire et exporter le produit brut ce n’est plus d’actualité

Répondre à Diop Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :