LE RACISME IMBÉCILE DES INCULTES DANGEREUX

GLOIRE À DANIEL SORANO, FILS DU SÉNÉGAL

Ce n’est pas un « insignifiant hasard biographique » qui rattache Sorano au Sénégal mais bien son sang tout entier. Il ne fait décidément pas bon de porter un nom à consonance européenne au Sénégal si l’on en croit Boubacar Boris Diop
On peut être tout à la fois un grand romancier et un brillant intellectuel et méconnaître un pan de l’histoire de son pays. Boubacar Boris Diop en fait la magnifique démonstration dans son article paru sur SenePlus où il raye d’un trait de plume définitif la « sénégalité » de Daniel Sorano !
Il faut relire l’acte d’accusation : « Nous sommes des milliers à passer chaque jour, que Dieu fait, devant le Théâtre National Daniel Sorano. Que savons-nous de son parrain qui fut, semble-t-il, un grand acteur français ? La réponse à cette question est aussi simple que troublante : nous ne savons rien de ce monsieur Sorano. A part un insignifiant hasard biographique – son père a été greffier à Dakar au début du siècle dernier – rien ne le rattache à notre pays. De son riche répertoire, pas une pièce ne concerne, même de loin, l’Afrique ou encore moins le Sénégal où il n’a du reste jamais mis les pieds. »
Sur sa lancée, le procureur Diop passe également par pertes et profits les origines sénégalaises de Gaston Berger – en lui concédant tout de même une grand-mère née Fatou Diagne – et finit par avouer son agacement devant le métissage culturel « irritant » (sic) prôné par Senghor.
« On ne peut sommer un peuple de cultiver le souvenir de personnalités auxquelles rien ne le relie », continue le procureur ajoutant que le président Senghor « aurait pu tout aussi bien appeler ce théâtre « Alexandre Pouchkine » ou « Alexandre Dumas ».
Les suggestions de Diop sont intéressantes car la généalogie de Pouchkine révèle qu’il avait un arrière-grand-père originaire du Cameroun, vendu comme esclave par le sultan Abd El Khader en 1703, et celle de Dumas père nous apprend que sa grand-mère paternelle était d’origine guinéenne ce qui aurait pu, pour l’un et pour l’autre, retenir un instant l’attention du président-poète, amoureux de ce métissage qui irrite tant !
Mais le président a choisi un sénégalais, n’en déplaise à M. Diop ! La généalogie de ce pauvre « monsieur Sorano », révèle en effet que ce dernier est le pur produit du métissage sénégalais. Voyez un peu : ses deux parents et ses quatre grands-parents sont nés au Sénégal et portent les noms de Sorano, Le Gros, Michas et Pécarrère, toutes étant issues de familles métisses de Gorée et de Saint-Louis. Ce n’est donc pas un « insignifiant hasard biographique » qui rattache Sorano au Sénégal mais bien son sang tout entier qui parle pour lui !
Il ne fait pas bon, décidément, de porter un nom à consonance européenne au Sénégal si l’on en croit M. Diop lui qui affirme que « débarrasser nos artères des noms de Jules Ferry, Pompidou, Charles de Gaulle et autre Béranger Féraud est une œuvre de salubrité publique ». « L’accusateur public » du prochain « comité de salubrité publique » est tout trouvé ! Fouqier-Tinville, Saint-Just et Robespierre ont fait des émules dans notre pays !
Jules Ferry et Bérenger Féraud ? Je suis le premier à applaudir ! Mais, enfin, que viennent faire dans cette galère Pompidou et Charles de Gaulle ? Des sinistres esclavagistes ? Dans cette folie, on a oublié Roosevelt qui n’a aucun sang sénégalais – du moins a priori – et ce pauvre Peytavin, premier ministre des Finances à l’indépendance qui – pour mémoire – a pourtant abandonné la nationalité française !
Monsieur Diop aurait pu se réjouir que le Sénégal ait donné un de ses fils au monde du cinéma et du théâtre. Ayant joué dans 44 pièces de théâtre, 26 films et téléfilms, salué notamment pour son rôle de Cyrano de Bergerac, Daniel Sorano mourut à 41 ans en 1962, alors qu’il venait de signer pour jouer dans le film Le Guépard de Luchino Visconti. Il méritait certes mieux que ces propos méprisants qui en disent long sur le terrorisme intellectuel d’aujourd’hui !
Jean-Christophe Senghor/seneplus.com

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Regis Costet dit :

    Ce procureur « Diop », C’est peut-etre n’diaye,ou djeff ou capitaine…enfin,c’est un bon sénégalais un vrai,pas une saloperie de toubab.

    • Djeff dit :

      Continuez à bien retenir mon, bien heureux de voir que je trotte dans votre esprit. Et cela va continuer.
      Et je suis sur que vous n’avez même pas lu la tribune de Diop, et donc que vous êtes incapable de débattre. Non vous et vos amis ne servez que votre condescendance et paternalisme d’un autre temps, dans un pays dans lequel vous n’apportez rien. Alors oui, si je peux être votre cauchemar pour vous faire revenir à la réalité…

      • Kosso dit :

        oh oui, il faut venir souvent déposer ton étron,par ces temps difficiles on a besoin de se fendre la gueule avec tes délires.

  2. le chaman dit :

    Très belle plaidoirie de Mr Jean- Christophe Senghor. Ce Boubacar Boris Diop n’est qu’un con inculte de la pire espèce. Le problème c’est que il a beaucoup d’émules.

    • Kosso dit :

      Comme le ndiaye qui ne sait que provoquer parce que conscient d’être citoyen d’un pays scotché dans le sous développement dans l’attente »des sous du pétrole et du gaz ».
      Tout ça à cause de ces fumiers de colons qui sont partis après avoir bouffé toutes les cacahuètes.

  3. Ndiaye dit :

    Arretez de noyer le poisson la remarque de Diop est pertinente.
    Qu’a fait ce M. sorano pour le senegal et les senegalais, à part d’avoir des traces de sang lointain de senegalais qui coulait dans ses veines? rien que ça!
    Encore un autre nom à débaptiser!

    • Ivan dit :

      En résumé, pour évaluer une personne, il faut faire un test ADN pour déterminer son origine, et si la personne n’a que des traces de sang lointain de sénégalais, sa parole n’est pas crédible. Cela rappelle la théorie d’un certain Adolf au sujet des races.

  4. Schilling dit :

    Le racisme imbécile…
    Même ici au Sénégal des incultes imbéciles pensent se rendre intéressants, en quête de notoriété, en adoptant une posture anti-blancs. Ils sont malheureusement ridicules.
    La société sénégalaise est cultivée, indépendante, critique et sait identifier ce genre de personnage opportuniste.
    Merci Monsieur de remettre les pendules à l’heure; du Sénégal!

  5. trevidic dit :

    Bonjour,
    On ne retient que le négatif en tout , sauf que construire un avenir sans tenir compte du positif du passé est
    signe d’une décadence .

  6. Glock dit :

    Étaler, revendiquer son inculture, sa bêtise, son racisme … ah ! les cons !!!!

  7. D. Bâ dit :

    Les amis Sénégalais n’ont pas, hélas, l’esprit cartésien !
    Réfléchir sainement fait avancer l’humanité(en principe !).
    Se morfondre dans le passé historique (ou « aménagé » au gré de certains) c’est faire un pas en avant et deux pas en arrière. C’est donc une reculade perpétuelle ! Hélas !

  8. Poumpy68 dit :

    Pour ma part, je trouve ce Jean-Baptiste Senghor complètement con, notamment dans le titre qu’il a choisi et également les conclusions qu’il tire des erreurs relevées dans la tribune de Boubacar Boris Diop au sujet de Daniel Sorano. Les propos de B. B. Diop sont visiblement incompris ici par les toubabs du Sénégal qui préfèrent se complaire dans leur arrogance crasse, condescendante et vulgaire. Eternels donneurs de leçons, comme d’habitude…

  9. Poumpy68 dit :

    Jean-Christophe Senghor…Jean-Baptiste est un abbé…

  10. Benjamin dit :

    Ignorant que je suis … j’aimerai connaitre les noms de ceux qui ont baptisés les pays ? Il serait souvent intéressant de ne pas le savoir !

Répondre à Djeff Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :