LE TRAVAIL DURANT LE RAMADAN

Le travail s’ajuste aux exigences du Ramadan

Au Sénégal, Ramadan rime avec réaménagement des horaires de travail. Que ce soit dans les établissements scolaires, les universités, l’administration publique et autres services et commerces, on s’évertue à trouver, un mois durant, la meilleure manière de mener de pair les activités professionnelles avec la recommandation divine que constitue le jeûne.
Au Centre sectoriel pour la Formation professionnelle aux métiers des industries agro-alimentaires, situé dans la commune de Fass-Colobane-Gueule Tapée (périphérie de Dakar), l’ambiance est studieuse en cette matinée de mercredi, en dépit de quelques élèves trouvés dans la cour de l’établissement.
La plupart de leurs camarades sont en classe, renseigne le responsable pédagogique et technique selon qui les horaires ont changé, Ramadan oblige.
«Avant le Ramadan, les cours étaient dispensés entre 8h et 17h, mais actuellement, les étudiants font cours de 8h à 16h », souligne-t-il. Même s’il ne le dit pas on devine que le souci des autorités du centre est de libérer à temps leurs pensionnaires pour qu’ils puissent rentrer chez eux avant la coupure du jeûne.
C’est dans le même créneau que s’inscrit l’Institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion (ISEG) dont le directeur des études, Abdoulaye Gaye, explique avoir été obligé de revoir les heures de cours des étudiants inscrits en cours du soir. « Au lieu de 20h30, les cours se terminent maintenant pour eux à 18h30 », explique-t-il.
A l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, le plus grand campus du Sénégal, une circulaire renseigne : « Les horaires du mois de ramadan sont fixés ainsi qu’il suit : du lundi au Vendredi : 8h-15, le Samedi 08h-12h ».
Du côté des entreprises, notamment au Consortium d’entreprises (CDE), une note de service déclare : « La direction générale informe l’ensemble du personnel de l’entreprise de la modification de l’horaire durant le mois de ramadan. Heure d’embauche 08h, heure de descente 16h ».
Oumou Khaïry Fall – Apanews

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. issa gibb dit :

    Ramadan ou pas Ramadan, la photo montre de jeunes enfants entrain de travailler et porter des pierres ???
    Après les enfants talibés mendiants esclaves, malgré l’abolition de l’Esclavage… Le Sénégal ne sait pas non plus, que le travail des enfants est interdit par les Institutions Internationales… Finalement, sur toutes les lois humaines et internationales, ce pauvre est toujours en zone rouge, en border-line manifeste :
    Dur, dur, de naitre et d’être un enfant sans aucun droit de ce pays irresponsable qui exploite ses enfants en toute impunité !
    Les femmes et les enfants travaillent… Et les hommes font la sieste et prennent le pognon gagné à leur réveil… Une drôle de mentalité, l’adulte mâle sénégalais ???

  2. Francia dit :

    oui bien triste de voir de tels comportements envers tous ces enfants …
    que dit le Coran sur cela ? comment peux t on aller à la mosquée sans culpabiliser ?
    comment peut-on s’enrichir sur le dos des enfants ?
    j’imagine toujours quand je vois ces gosses , mon petit fils , qui leur ressemble et ça me fait mal !
    oui les hommes sont sous l’ « arbre à palabres  » pas tous mais beaucoup et les autres ne réagissent pas !

Répondre à Francia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :