L’artisanat en question

Les coopératives en avant pour la relance de l’artisanat
DSCF1684.JPG
Des artisans sénégalais membres de l’Union nationale des coopératives artisanales d’art, de production et de services du Sénégal (UNCAAPSS) misent sur l’organisation, en mai prochain à Dakar, Salon de l’artisanat coopératif « pour amorcer le décollage » de l’artisanat.
‘’L’originalité de ce salon, c’est la coopérative. On parle de salon de l’artisanat et de coopérative parce que nous sommes persuadés que l’outil coopératif, comme organisation, est peut-être le système d’organisation le plus pertinent qui va permettre à l’artisanat d’amorcer son décollage’’, a soutenu Abdoul Wahab Dieng, membre du comité d’organisation.
S’exprimant lors d’un point de presse organisé en prélude de la tenue du salon prévu du 7 au 11 mai prochain à la Place de l’Obélisque, M. Dieng a souligné que les acteurs du secteur tenaient à organiser cette manifestation pour apporter des réponses aux difficultés auxquelles ils sont confrontés.
‘’L’artisanat n’a pas encore joué le rôle qui devait être le sien, car il y a plusieurs contraintes au niveau de l’artisanat. Le premier problème est celui de l’organisation et la deuxième chose, ce sont les difficultés d’approvisionnement, de production et de commercialisation’’, a-t-il dit.
M. Dieng a justifié ainsi le choix du thème : ‘’La promotion commerciale des produits et services de l’artisanat’’. Selon lui, les acteurs du secteur souhaitent pérenniser cet événement commercial.
‘’Nous voulons l’organiser, annuellement, pour qu’il soit le rendez-vous où nous allons créer un cadre d’échanges entre les acteurs eux-mêmes, entre les artisans et l’Etat, les collectivités locales, les partenaires au développement et le grand public’’, a-t-il ajouté.
L’artisanat est un secteur pourvoyeur d’emplois, mais il est ignoré et pas apprécié à sa juste valeur par la majorité des Sénégalais à cause de son manque d’organisation et de structuration, a déploré Abdoul Wahab Dieng.
‘’Aujourd’hui, une meilleure organisation du secteur lui permettrait d’avoir une meilleure visibilité de son apport en termes de création d’emplois. Une coopérative d’artisans va certainement contribuer à la création d’emplois, à l’insertion des jeunes dans des circuits commerciaux et, de fait, les retombées seront visibles’’, a-t-il soutenu.
Outre cette contribution au développement économique du pays, la structuration en coopératives serait une opportunité pour les artisans d’avoir un interlocuteur direct avec l’Etat et qui pourra réclamer aux autorités du pays les parts du marché public qui doivent leur revenir de droit.
‘’Le rôle de l’Union (UNCAAPSS) sera d’organiser les artisans qui seront forts et pourront réclamer à l’Etat leurs parts des marchés publics et demander que la quote-part de ces marchés soit plus adaptée aux artisans qui pourraient ainsi produire de la qualité’’, a-t-il dit.
SK/SAB/APS

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. babacar dit :

    l’artisanat passe par le tourisme et une bonne qualité sans agresser les touristes ou parfois les insulter , ce que nous avons vu récemment place des bougainvilliers , tout est à revoir ! depuis combien de temps le Sénégal vit sur ses acquis ?
    Lorsque vous faites faire des petits travaux la note triple , voir plus si c un blanc , qui va changer les mentalités ?

  2. maryse dit :

    il serait temps vu la conjoncture que le commerce au sénégal change de visage et que les prix ne st pas en fonction de la couleur qu’ils ont en face d’eux encore ds mentalites a changer!!!!!!!!!!!!!

%d blogueurs aiment cette page :